Antoine Wend, X Factor : «Ma carrière idéale serait entre la France et la Lituanie»

Par Anne-Claire Voss | Publié le 04/01/2022 à 18:00 | Mis à jour le 05/01/2022 à 04:51
Portrait d'Antoine Wend lors de X Factor en Lituanie

Méconnu des Français il y a encore quelques mois, le chanteur Antoine Wend, accompagné par le pianiste Mindaugas Pundzius, a conquis un nouveau public en remportant X Factor en Lituanie. lepetitjournal.com a rencontré cette nouvelle voix francophone, qui s’implante à l'étranger.

 

Un Français et un pianiste lituanien ont remporté ce 26 décembre X Factor… en Lituanie, une première pour un chanteur étranger. Dorénavant adoubé sur la scène musicale du petit pays balte, comment Antoine Wend, architecte de formation, a quitté Rouen pour les lumières de Vilnius ? Pour lepetitjournal.com, le jeune chanteur normand se remémore les rencontres internationales qui l’ont mené jusqu’à la victoire.

 

 

Pourquoi avoir participé à X Factor en Lituanie ?

Pour contextualiser, j’étais chez ma meilleure amie lituanienne cet été. Un pianiste nommé Mindaugas Pundzius me suivait sur les réseaux et a vu dans mes stories que j'étais sur place. Il m'a alors écrit sur Facebook pour m’informer qu'il avait l'opportunité de participer à X Factor, mais qu'il fallait être en groupe. Il m'a donc proposé de le faire à deux. J’ai de suite été partant. C’était une réelle chance pour moi ! Avant, mon meilleur entraînement était les piano-bars. Aujourd’hui, nous avons gagné X Factor en Lituanie, et ce, en duo.

 

 

Mon voyage en Corée du Sud a été déterminant pour mon avenir de chanteur

Avez-vous souvent voyagé ?

Je souhaitais partir pendant ma troisième année lorsque j’étais encore en école d’architecture. Sans trop réfléchir, j’ai choisi la Corée du Sud. Après un an dans ce pays, j'ai rencontré trois de mes meilleurs amis dont une qui étudiait la musique contemporaine. Elle a eu un rôle important dans ma carrière, c’est elle qui m’a rassuré en me confirmant que j'avais du talent. Ce voyage a été déterminant pour mon avenir de chanteur, j’avais besoin de prendre en confiance.

 

Aujourd’hui, j’adore voyager avec un petit sac à dos, partir sans trop prévoir et profiter des opportunités sur place. Lorsque je travaillais sur Paris, je ne posais aucun jour de congés durant l'année et je me réservais tous les ans un mois de voyage. Je suis alors parti en Australie pour voir un concert de Sia et faire un road trip sur la côte Est. Mais aussi aux États-Unis, à New-York et à Miami pour changer d'air. L’Inde compte parmi mes plus beaux souvenirs.

 

 

Le chant, c’est 10% de technique et 90% de confiance en soi

 

Quel est le lien entre voyage et la musique ?

Le lien que je fais entre mes voyages et la musique est assez… évident. Durant mes voyages, je cherche des piano-bars pour m’entraîner face à un nouveau public. J’écoute et je rencontre des personnes talentueuses. Cela me permet de me sortir de ma zone de ma confort et de prendre en confiance. Le chant, c’est 10% de technique et 90% de confiance en soi. Ma force, je l’ai trouvée à travers ces aventures.

 

 

SOS d’un terrien en détresse de Daniel Balavoine me colle désormais à la peau en Lituanie

 

Pourquoi avoir interprété des chansons françaises en Lituanie ?

Dans les concours de chant, la première musique présentée est la plus importante. Pour ma part, j’ai choisi SOS d'un terrien en détresse de Daniel Balavoine. C’est une musique que je connais sur le bout des doigts depuis deux ans et que j'affectionne énormément. Je ne savais pas avant d’être sur place, mais les Lituaniens raffolent de la musique française. En l'occurrence, j'ai bien fait de croire en moi et en cette chanson. C’est important d’être fier de ses origines (rires).

 

 

Quelles sont les opportunités pour un musicien français en Lituanie ?

Ce n’est que mon avis, mais je pense que la pop française d’aujourd’hui manque de voix. Quand nous travaillions en France avec mon compositeur, nous avions du mal à nous trouver un créneau sur lequel je me retrouvais. La Lituanie m’a accueilli les bras ouverts. Je pense que mes musiques auraient pu marcher en France aussi, mais auraient été accueillies différemment.

 

 

J’aimerais démarrer ma carrière dans mon pays de sang, la France, en plus de mon pays de coeur, la Lituanie

 

Quel lien X Factor a t-il créé entre vous et le public lituanien ?

Je ne suis pas quelqu’un qui est attaché à sa maison ou à son appartement. Je souhaite que ma vie se concentre autour de mes projets, et être là où mon public m’écoute. Pour ce début de carrière, ce sont les Lituaniens qui m’entendent le plus. Mais j’aimerais commencer ma carrière dans mon pays de sang, la France, en plus de mon pays de coeur, la Lituanie. Être à cheval entre ces deux régions en étant fatigué des allers-retours, ce serait un rêve ! Cela signifierait que ma musique fonctionne. Néanmoins, mon équipe et moi-même sommes heureux que les médias francophones relayent ma victoire. J’attends les Français. J’ai vraiment hâte de pouvoir les rencontrer.

 

 

J’ai obtenu un contrat chez Universal grâce à X Factor

 

Quels sont vos futurs projets ?

Tout d’abord, j’ai obtenu un contrat chez Universal grâce à X Factor ! Nous signons en janvier. Les futurs projets sont la prochaine sortie de mon premier single, puis d’un deuxième et plus encore. Ce serait un EP de 6 musiques mais nous n’avons pas encore de date. J’aimerais composer quelques partitions avec Mindaugas Pundzius, pianiste avec qui j’ai gagné ce concours. L’aubaine serait d’avoir un(e) guitariste, un(e) batteur(se), une basse, créer un groupe pour avancer humainement et techniquement. Je reste jusqu’en janvier en Lituanie et j’y reviendrai plus tard. J’en profiterai pour passer un moment en France.

Anne-Claire Voss

Anne-Claire Voss

Diplômée d'un Bachelor en Management et médiation culturelle à l'ICART (Paris), elle décide de réaliser un Master en journalisme à l'ISFJ (Paris) et de se former avec notre rédaction.
0 Commentaire (s) Réagir
Dans la même rubrique
À lire sur votre édition internationale