Dimanche 25 février 2018
Édition Internationale
Édition Internationale
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

Faites de vous la priorité !

Par Nicolas Serres-Cousiné | Publié le 16/10/2017 à 18:00 | Mis à jour le 16/10/2017 à 20:35
Coaching faites de vous la priorité

Vous tournez en rond, sans but précis. Vous vous sentez triste, insatisfait, perdu, frustré, bloqué voire inutile ? Dans sa nouvelle rubrique, Nicolas Serres Cousiné, à travers le monde, vous dévoile à travers l’expérience de Chloé, comment, et pourquoi, faire de vous la priorité est un élément essentiel lorsque votre souhait le plus cher est d’avancer sereinement vers une vie qui vous ressemble.

 

« Au début, j’ai eu du mal avec cette notion de faire de moi la priorité, ce n’est pas mon genre de me mettre sur le devant de la scène. Afin que je me sente moins coupable, Nicolas a essayé de me convaincre qu’il est parfois nécessaire de faire preuve de ce qu’il appelle bizarrement le bon égoïsme. En vain. Me regarder le nombril n’a jamais été mon truc ». Si la remarque de Chloé, lancée lors de l’une de nos premières sessions, ne me surprend guère, mon job est pourtant de lui dire qu’elle a tout faux. « Ah, bon ? » Eh oui.

Si elle se retrouve bloquée face à un dilemme typique d’expatrié, « j’ai l’impression de passer à côté de ma vie », c’est parce qu’elle persiste à chercher la solution à ses tourments ailleurs alors que cette dernière est enterrée profondément en elle. Et comme Chloé, bonne et généreuse avec les autres, mais certainement pas avec elle-même, s’est oubliée au passage, ses chances de la déterrer sont infimes, voire nulles. « C’est vrai, au fil du temps, je me suis mise en second plan, j’ai oublié qui j’étais vraiment. Je suis connue comme la femme de et la maman de, mais très peu comme Chloé la femme tout simplement ». Notre héroïne commence à comprendre que pour changer, elle va devoir faire d’elle sa priorité. « Adieu le passé, aujourd’hui je veux vivre une vie riche, en phase avec ma vraie nature, et enfin extirper cette boule d’énergie, cette lumière vive qui me brûle les entrailles ». Vouloir c’est pouvoir. Chloé, courageuse et volontaire, n’a pas fait exception à la règle. Sans trop hésiter, elle s’est posée crânement sur le devant de la scène, la sienne, tout en acceptant de se retrouver sous le feu des projecteurs... et de mes questions.

 

Le bon égoïsme n’est pas une ruse habile pour que mon client se sente moins coupable de faire de lui sa priorité (dixit Chloé). C’est le seul outil que je connaisse capable de lui faire prendre conscience qu’il n’y a que lui qui a les clés de son destin en main et que se regarder dans le miroir le temps de trouver la solution à son dilemme est ok. En un mot ou presque, le bon égoïsme n’est pas de ne penser qu’à soi, mais de penser à soi, à son propre plaisir et à ses propres désirs, en premier. Chloé s’y est vite mise, « j’ai arrêté d’un coup d’être la nounou de mon mari, qui lui ne s’est jamais posé de problèmes existentiels comme moi. Sur ma lancée, j’ai d’abord expliqué à mes deux garçons qu’ils étaient assez grands pour rentrer seuls de l’école, puis j’ai osé dire non aux invitations à diner qui m’ennuyaient d’avance et, bonheur suprême, pas question ! aux pique-assiette soi-disant sympas qui s’invitaient chez nous pour une semaine pas chère à New York ».

 

Que l’on soit accompagné ou non par un professionnel dans ce face à face avec soi, le résultat est le même pour tous les gens concernés. Non seulement le bon égoïsme vous apportera la légèreté, l’insouciance et la fierté nécessaires à toute aventure personnelle, paradoxalement, il vous fera aussi apparaitre beaucoup moins renfermé sur vous-même. En effet, vos proches, mis au courant ou pas de votre choix de vous mettre en avant, ne pourront que se réjouir de vous voir transformé, libéré. « Je m’y suis peut-être mise super vite, Nicolas, mais ton bon égoïsme, quel travail sur soi à faire quand même ! » C’est vrai, faire de soi la priorité, même si ce n’est que temporaire, peut s’avérer être compliqué pour certains (il n’est pas toujours plaisant de se regarder tel que l’on est dans un miroir). Mais lorsque l’on comprend qu’être généreux et bon avec les autres est une qualité, mais que l’être trop est un défaut, le chemin vers une vie qui nous ressemble, si sombre et sinueux à l’origine, devient alors aussi large et ensoleillé que l’autoroute A6.

 

En conclusion, ne plus être l’ombre de votre ombre, ne plus mettre la faute sur l’autre, ne plus cacher ses envies derrière celles de l’autre et assumer ses plaisirs sans culpabiliser, sont les parfaits outils pour accéder aux découvertes sur vous-même, découvertes qui n’attendent que vous, et uniquement vous !

 

Nicolas Serres Cousiné, le life coach des Français aux Etats-Unis et à travers le monde

 

En savoir plus: Le site de Nicolas Serres Cousiné www.monlifecoach.com,

 

Avertissement: Certains éléments de cette chronique ont été modifiés de manière à préserver l’anonymat du client de Nicolas.

Nous vous recommandons

Nicolas Serres-Cousiné

Nicolas Serres-Cousiné

Établi à New York depuis 1990, formé à New York University et certifié par l’International Coach Federation, Nicolas coache ses compatriotes français vivant à travers le monde avec simplicité, honnêteté et confidentialité.
3 CommentairesRéagir
Commentaire avatar

Nicolas Serres Cousiné mer 18/10/2017 - 19:33

Chères Agatha et Ludivine, L'idée de ce "bon égoïsme" qui a un petit côté provocateur par son nom, je l'admets (!), est de se recentrer à fond sur soi lorsque l'on se retrouve bloqué à un carrefour de sa vie. Non seulement on apprend alors les joies de "se donner", d'assumer ses plaisirs, ses désirs et ses envies, mais aussi, quand cette étape est passée, on s'aperçoit que si l'on continue à donner aux autres, on le fait avec plus de profondeur et de richesse. Nicolas

Répondre
Commentaire avatar

agata mer 18/10/2017 - 08:32

J'ai beaucoup apprécié cet article, qui décrit exactement la situation dans laquelle je suis en ce moment. "Bon égoïsme" - j'utilise cette même expression, bien que le mot égoïsme ait une connotation péjorative. Pour moi, les choses sont simples : j'ai tendance à trop donner aux autres par rapport à ce que je me donne à moi-même. Résultat, je donne plus que ce que j'ai "en stock" et je me retrouve avec les piles à plat. Si tu as un panier plein de pommes et que tu les distribues généreusement, d'une, une fois le panier vide, il n'y aura plus rien à donner, de deux, si à ce moment-là toi tu as envie d'une pomme, tu resteras sur ta faim. Veiller à régulièrement remplir son panier de pommes, et y goûter aussi, à ces pommes juteuses, fraîchement cueillies dans le verger, c'est ça pour moi, "le bon égoïsme".

Répondre
Commentaire avatar

ludivine mar 17/10/2017 - 09:19

Article intéressant, je trouve l'idée du bon egoisme intéressant, mais pour moi c'est toujours de l'égoisme. J'aimerai faire ce que j'ai envie, j'ai déjà progressé, mais maintenant je sais que je ne veux plus vivre là ou on vit et j'aimerai retourner en ville (pour que je puisse travailler) et là que faire, pour moi, c'est enfin prendre soin de moi de faire ce que j'ai profondement envie, pour les autres c'est de l'égoisme car je ne pense qu'à moi :-) compliquée de changer après tant d'année au service de la famille

Répondre

Coaching

Pourquoi vous devez garder votre indépendance financière en expat ?

A chaque nouvelle expatriation, vous revivez la même chose. Alors que votre mari travaille et que les enfants ont repris le chemin de l’école, vous cherchez à donner un sens à des journées vides...

PVT/VVT

PVT, VVT, WHV…Tous ces termes regroupent un ensemble de visas temporaires qui permettent à leurs détenteurs de voyager et travailler dans certains pays étrangers.

voir plusZ

VIE/VIA

Le volontariat international en entreprise (VIE) vous permet, sous certaines conditions, d'exercer une mission d'ordre scientifique, technique, commercial etc. dans une entreprise française à l'étranger.

voir plusZ
Sur le même sujet