Lundi 30 mars 2020
Édition Internationale
Édition Internationale
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

L’expatriation ou l’occasion d’un chemin vers soi-même ?

Par Caroline Potelle | Publié le 25/02/2020 à 21:00 | Mis à jour le 25/02/2020 à 21:04
expatriation coaching

Pour le conjoint expatrié, une expatriation peut se révéler une formidable opportunité de faire le point quant à sa trajectoire professionnelle : définir ce que l’on aime, ce que l’on souhaite changer et pourquoi pas, en profiter pour se reconvertir ? Ce bilan est également l’occasion de se connecter à soi, en clarifiant ses besoins et ses aspirations, mais aussi ses envies et ses rêves ! Caroline Potelle, coach de carrière, nous en dit plus.

 

Quand on largue les amarres

Votre conjoint a eu une proposition de poste à l’étranger et vous avez accepté ? C’est donc le début d’une aventure, en couple ou en famille. Cela fait maintenant plusieurs années que vous enchainez les expatriations au gré des changements de poste de votre conjoint ?

Quoi qu’il en soit, pour bon nombre d’entre-vous, cela a probablement impliqué à un moment donné de quitter un poste que vous occupiez depuis des années et que vous aimiez peut-être.

Se retrouver à la maison, consacrer beaucoup de temps à ses enfants, perdre son indépendance financière, dans un pays où l’on n’a plus ses repères, peut s’avérer assez déroutant dans un premier temps. Pourtant, je suis convaincue que derrière chaque difficulté apparente peut se cacher une opportunité !

 

L’expatriation, une opportunité pour se reconvertir

 

L’occasion de faire un bilan

L’expatriation peut s’avérer un excellent moyen de faire un bilan : votre métier ou entreprise vous convenait-il vraiment ? Qu’est-ce qui vous plaisait ? Qu’est-ce que vous auriez voulu changer au contraire ? Et si c’était à refaire ? Quel serait votre job idéal ? Cette période

d’expatriation est l’occasion de prendre le temps de savoir ce que l'on veut vraiment et d'avoir le temps de mettre en place d’éventuels changements de direction. Quel luxe ! Cela peut consister à préparer un futur retour en France par des formations par exemple ou développer une activité nomade.

 

Petit retour sur ma propre expérience

Ingénieur de formation et de métier, je me suis tournée vers l’enseignement en post-Bac, guidée par une envie de transmettre. J’ai toujours été particulièrement intéressée par le développement personnel et l’humain, ce que je cultivais à travers mes lectures notamment. De là à en faire un métier, la question ne se posait pas ! SAUF que… je me suis expatriée à Istanbul il y a quelques années. Et j’ai décidé de profiter de cette période pour prendre rendez-vous avec moi-même et faire le point sur ce que j’aimais professionnellement, avec l’agréable impression d’avoir un vaste champ de possibles en face de moi. Et me voilà devenue coach, après une solide formation, spécialisée dans l’accompagnement des ingénieurs vers plus de bien-être. Virage à 180 degrés donc, d’un métier à dominante scientifique à un autre centré sur l’humain.

Il est clair que sans cette expatriation, j'aurais probablement poursuivi l’activité professionnelle que j’exerçais jusqu’alors, prise dans le tourbillon d'un quotidien qui ne laisse pas toujours de place à l'introspection ou à l'audace de franchir le pas pour changer radicalement de voie...

Quels ingrédients pour se reconvertir ?

Pour entamer une reconversion, il faut notamment, à mon sens :

- se connecter à soi pour exprimer ses envies et aspirations profondes, oser sortir de sa zone de confort,

- se confronter à ses peurs : de ne pas y arriver, de ne pas être la bonne personne, d’être jugée, de manquer d’expérience etc, ce qui implique de mieux se connaître et d’identifier ses talents.

- prendre des risques (dont celui de faire des erreurs),

- s’entourer de personnes inspirantes et/ou elles-mêmes en reconversion professionnelle (les copines expatriées entrepreneuses se reconnaîtront…), passer à l’action.

Les carrières aujourd’hui ne sont plus linéaires. Les expériences accumulées nous forgent et nous permettent de savoir ce que l’on veut (ou ne veut plus !). Le chemin à parcourir en vaut la chandelle : quel plaisir de se sentir parfaitement aligné(e) avec le métier que l’on exerce !

 

"Don’t wait for the right opportunity: create it." George Bernard Shaw

 

Vous hésitez à vous lancer ?

J'ai accompagné des femmes ayant fait de longues études, qui avaient un poste à responsabilités qu’elles ont quitté pour suivre leur conjoint à l'étranger. Pour certaines, se retrouver éloignées du marché du travail pendant des années a érodé leur confiance en elle

et en leur capacité à reprendre un travail (malgré leur envie !), et ce même quand elles se sont investies dans diverses activités, associatives, culturelles ou sportives.

Or il existe de nombreuses ressources pour y remédier. Une expatriation, c'est en ce sens aussi l'occasion de prendre soin de soi! Développer la confiance en soi par exemple est une piste. Cela implique de déconstruire les croyances négatives et limitantes sur soi, de changer d’angle de vue afin d’oser faire ce que l’on souhaite et oser être soi face aux autres. Cela contribue également à développer une connaissance de soi plus profonde, plus subtile.

Alors prenez conscience de vos talents et qualités, faites taire votre critique intérieur (vous savez ? Cette petite voix qui vous auto-sabote et essaye de scier la branche sur laquelle vous êtes assise…), autorisez-vous l’erreur et foncez ! C’est la promesse d’un riche voyage intérieur… Evidemment, sur le papier, cela paraît simple. Dans la réalité, se faire accompagner est un moyen de travailler la conscience de soi et d’affiner ses choix professionnels.

Pour conclure, je vous invite à vous poser la question suivante : « Et moi, si j’avais une baguette magique qui m’accorderait une totale liberté, quel chemin professionnel je choisirais? »

 

"Ils peuvent parce qu’ils pensent qu’ils peuvent" Virgile

 

Nous vous recommandons

caroline potelle

Caroline Potelle

Coach professionnelle certifiée, j’accompagne les ingénieurs qui veulent s’affirmer, donner un nouveau souffle à leur carrière ou renforcer leurs performances, pour plus de bien-être.
1 Commentaire (s)Réagir
Commentaire avatar

KRISS mer 26/02/2020 - 22:32

C’est bien beau tout ça mais c’est bien plus simple ! On peut très bien être expatrié et rester chez soi ! Pourquoi tant de discours, si on est imbécile chez soi on le reste ailleurs c'est tout! Si on ne s’adapte pas psychologiquement à l’étranger c’est tout simplement qu’on ne s’en est pas préparé intellectuellement soi-même bien avant. Si donc c’est un problème c’est par manque de cette culture générale qui fait défaut énorme actuellement dans l’enseignement et que des abrutis veulent encore en baisser le niveau à l'ENA pour ceux qui justement veulent faire carrière à l’international ! Et voudriez-vous me dire aujourd’hui quelle profession peut ne pas avoir de lien avec l’international ? Seule la culture générale composante des Humanités terme ringard jugé aujourd'hui, vous entraîne déjà à voir ailleurs par la littérature les arts la géographie l’Histoire la philosophie etc nul besoin d’être un érudit, seulement curieux de soi et des autres et ensuite on passe partout. Or toute cette "carapace" française n’est plus enseignée aujourd’hui ! Ainsi cela vous étonne que les pires nunuches que nous rencontrons à l’étranger évoluent dans nos Instances diplomatiques ou enseignantes ! Soit ceux qui enseignent et ceux qui dirigent...ouai n'est-on mieux servi que par soi-même!

Répondre

Actualités

Les droits des frontaliers face au coronavirus

Afin que les frontaliers puissent exercer leur activité à domicile et jouir de leurs droits d’imposition, la France a conclu des accords avec l’Allemagne, la Belgique, la Suisse et le Luxembourg.

PVT/VVT

PVT, VVT, WHV…Tous ces termes regroupent un ensemble de visas temporaires qui permettent à leurs détenteurs de voyager et travailler dans certains pays étrangers.

voir plusZ

VIE/VIA

Le volontariat international en entreprise (VIE) vous permet, sous certaines conditions, d'exercer une mission d'ordre scientifique, technique, commercial etc. dans une entreprise française à l'étranger.

voir plusZ