TEST: inter

Commerce extérieur : les chiffres à retenir de l’année 2021 premium

Par Maël Narpon | Publié le 08/02/2022 à 17:40 | Mis à jour le 11/02/2022 à 01:05
Franck Riester en conférence de presse au ministère des Affaires étrangères

Le ministère de l’Europe et des Affaires étrangères vient de publier les chiffres du commerce extérieur français en 2021. Si ce pan de l’économie française a été durement touché par la crise sanitaire, certains chiffres records ont été dévoilés aujourd’hui, tels que le nombre de 136.000 entreprises exportatrices, du jamais vu en 20 ans.

 

Ce mardi matin se tenait au ministère des Affaires étrangères la présentation des chiffres du commerce extérieur pour l’année 2021. Le ministre chargé du Commerce extérieur et de l’Attractivité Franck Riester a ainsi annoncé publiquement le bilan d’une année qui est porteuse de nouvelles encourageantes grâce à une performance globale plus positive.

Le pays souffre néanmoins d’une dégradation du déficit commercial pour les biens de 20 milliards d’euros en 2021, en grande partie causé par l’augmentation de la facture énergétique (43,1 milliards d’euros). Le solde des échanges s’établit ainsi à -84,7 milliards d’euros, contre -64,7 milliards en 2020, soit l’équivalent de 3,4% du PIB. On constate en parallèle un rebond des exportations et des importations de 17% et 19% par rapport à 2020, des scores de niveau pré pandémie.

 

Le commerce extérieur contribue positivement au PIB pour la première fois en 10 ans

Le commerce extérieur contribue positivement à la croissance du PIB (+0,2 points) pour la première fois depuis 2012. Pour en arriver là, il a été porté par de nombreux facteurs tels que l'attractivité économique du pays. La France se place pour la deuxième année consécutive comme le premier pays d’accueil des projets d’investissements parmi les pays européens.

Forte de ses 136.000 entreprises exportatrices (niveau record des 20 dernières années) et de ses 50.000 filiales implantées à travers le monde (+ 5%), la France voit sa balance des revenus connaître une amélioration record de 10,9 milliards d’euros. Ce dividende record des filiales à l’étranger est jugé comme un bon signe. Pour Franck Riester, certaines délocalisations « sont vertueuses car permettant d’atteindre de nouveaux marchés ».

Il souligne d'ailleurs que la majorité des secteurs se portent mieux : « Dans la majorité des secteurs, hors automobile et aéronautique, nous sommes parvenus à effacer la crise en dépassant les performances à l’export de 2019. » Seuls les domaines automobile et aéronautique sont à la peine, ils atteignent respectivement 90% et 57% de leurs niveaux pré crise.

De manière générale, nous constatons qu’au niveau global, le creusement du déficit commercial est contrebalancé par des améliorations que l’on doit notamment à l’excédent record connu par l’échange de services qui s’élève à 36,2 milliards d’euros, essentiellement grâce aux services de transport. Cet excédent, couplé entre autres à l’amélioration de la balance des revenus, permet au solde de la balance globale de s’améliorer nettement et de se rapprocher de l’équilibre (-0,9% du PIB contre -1,9% en 2020).

 

Le gouvernement entend poursuivre sa politique de compétitivité et de réindustrialisation

La stratégie du gouvernement pour redresser durablement le commerce extérieur est claire et Franck Riester l’expose en quatre points qu’il qualifie de "leviers" :

  • Le renforcement de la compétitivité du site France, initié en 2017. Il englobe notamment l’assouplissement du marché du travail, la simplification administrative et met l’accent sur l’innovation et la recherche. Il relève une amélioration de la compétitivité-coût depuis 2017 de 5,5%;
  • La stratégie industrielle, qui vise à produire davantage en France en la réindustrialisant (création de 140.000 emplois en 2021). Cette stratégie est au coeur du plan de relance du pays et de son action européenne;
  • La politique commerciale qui vise à ouvrir des opportunités en étant moins naïve et en défendant mieux les entreprises. Ce qui se traduit par la création du poste de procureur commercial européen. Des outils juridiques sont en cours de discussion en Europe comme celui ayant pour but de lutter contre l’absence de réciprocité de l’ouverture des marchés publics;
  • Continuer d’accompagner les entreprises à l’international avec le plan économique de France relance, qui a permis d’atteindre le chiffre de 136.000 entreprises exportatrices en 2021.

 

Mael Narpon - journaliste junior Londres

Maël Narpon

Diplomé d'une licence de sociologie à Pau et à Athènes, il intègre ensuite l'IEJ Londres. Il effectue un stage avec lepetitjournal.com Londres puis rejoint l'édition internationale en tant qu'alternant dans le cadre d'un Master à l'IEJ Paris.
0 Commentaire (s) Réagir
Dans la même rubrique