Pénuries d'artisans en France : La digitalisation comme réponse ?

Par Article Partenaire | Publié le 25/11/2022 à 17:30 | Mis à jour le 25/11/2022 à 17:30
Digitalisation dans l'artisanat

Le numérique pour faire face à la pénurie d’artisans en France ?

Il n’est pas nécessairement facile de trouver un artisan pour faire réaliser des travaux, ni même pour simplement obtenir un devis. Un constat que fait une majorité de Français avec plus ou moins de vigueur selon les régions. Il existe en effet une pénurie d’artisans en France, et ce depuis plus d’une dizaine d’années.

 

Trouver un artisan qui accepte un nouveau client peut parfois tourner au parcours du combattant si on ne compte que sur le bouche-à-oreille. On remarque ainsi que de plus en plus de particuliers utilisent internet afin de trouver un interlocuteur travaux en élargissant leur champs de leurs recherches. En tant que spécialiste de ce domaine, Prix Pose vous propose une synthèse sur les liens désormais inévitables entre travaux, artisanat et particuliers.

 

Tour d’horizon de l’artisanat en France en 2022

Nous l’avons tous entendu, l’artisanat est la première entreprise de France, forte de 1 800 000 enseignes et de plus de 3 milliards d’actifs (chiffres de la Chambres des Métiers et de l’Artisanat). Il s’agit d’un secteur capital pour l’économie française, mais également pour les particuliers qui ont besoin d’aide pour leurs travaux. En parallèle, les artisans ont un rôle crucial à jouer dans la transition énergétique, car ce sont eux qui rénovent les bâtiments anciens et transforment les passoires énergétiques en logements modernes. Pourtant, au pays de l’artisanat tout n’est pas rose.

 

L’artisanat, un domaine en forte demande

Malgré d’énormes besoins de main-d’œuvre pour atteindre des objectifs climatiques en 2030 ou à plus lointain horizon, en 2050, le secteur de l’artisanat est toujours en pénurie de force active. Les 110 000 apprentis formés chaque année ne suffisent pas à répondre à des besoins importants. Certains ne continuent pas sur leur trajectoire, d’autres s’expatrient et ceux qui restent ne sont pas suffisamment nombreux pour équilibrer le marché. Cette nouvelle force active s’avère trop limitée pour répondre aux départs en retraite, 21% des salariés de l’artisanat ont plus de 51 ans.

 

C’est pour cette raison qu’il est parfois très difficile de trouver un artisan disponible pour réaliser des travaux, ou même pour intervenir face à une urgence.

 

Des entreprises qui affichent complet

Comme le montre une étude Opinion Way, 63% des professionnels affirment avoir déjà refusé une intervention par manque de main-d’œuvre ou de temps.

 

Cette tendance est nettement perceptible par les particuliers qui sont nombreux à éprouver des difficultés pour trouver un intervenant. Cet état de fait explique en partie le recours de plus en plus présent à des travailleurs non déclarés ou à des intervenants non qualifiés. Pratique qui ne manque jamais de décevoir des clients aux abois : manque de sérieux, lacunes de connaissances techniques, absence d’assurance professionnelle et autres.

 

Beaucoup de particuliers doivent donc renoncer à un projet de rénovation ou attendre que le professionnel tant désiré puise intervenir. Six mois, un an, la patience est souvent éprouvée et un projet de rénovation excitant devient un enfer.

 

Des certifications toujours plus nombreuses

On peut aussi mentionner les certifications obligatoires qui se sont multipliées ces dernières années. Certains travaux ne peuvent en effet être réalisés que par des professionnels bénéficiant d’une certification particulière. On pense par exemple ici au travaux bénéficiant d’aide à la rénovation énergétique qui nécessitent d’être réalisés par des artisans disposant d’une certification RGE (Reconnu Garant de l’Environnement).

 

Les artisans, déjà débordés, ne peuvent pas toujours trouver du temps pour effectuer les formations certificatrices, d’autant plus qu’elles représentent un coût non négligeable pour les petites structures. Pour les particuliers, cet état de fait aboutit à une raréfaction des intervenants potentiels d’autant plus grande, le professionnel devant être proche, disponible, abordable et sérieux mais également certifié.

 

Quelles solutions pour équilibrer la situation ?

Des acteurs intermédiaires permettent déjà de faciliter les relations entre les professionnels et les particuliers tout en faisant de la création d’une clientèle un moment plus agréable pour les artisans. Il ne faut en effet pas oublier que les artisans qui créent une clientèle pour une toute nouvelle entreprise ont une charge de travail énorme et doivent redoubler d’ingéniosité. Sans mentionner le fait que nombre des nouveaux artisans sont jeunes et souvent en pleine création d’une vie de famille, une situation difficile à gérer.

 

Prix-pose.com est un intermédiaire facilitant la vie des particuliers et des professionnels, en les mettant en relation de manière semi-automatique. Les particuliers peuvent y trouver des informations sur les différents projets de rénovation et entrer en contact avec des artisans locaux.

 

Les professionnels ont ainsi un potentiel de clientèle plus important et peuvent être mis en relation plus facilement, sans devoir passer par de la publicité classique.

 

Trouver un artisan fiable, la synthèse de Prix Pose

Prix Pose vous propose un tour d’horizon des relations entre artisans particuliers. On découvre que ces dernières ne sont pas toujours au beau fixe et que la carte à jouer du numérique dans ce domaine est très importante.

 

Quelles sont les régions les plus touchées par le manque d’artisans ?

67% des Français affirment qu’il est difficile de trouver un artisan sur internet. Un constat qui dénote que ce marché est encore en phase de structuration et requiert de plus gros efforts de mise en place.

 

On remarque cependant que les intermédiaires en ligne ne captent que 11% du marché des travaux. Il faut donc remettre les difficultés à trouver un artisan en perspective.

 

Il existe toutefois des régions de France où il est difficile de trouver un artisan en ligne. Sans surprise les zones les plus densément peuplées et les plus urbanisées offrent une meilleure couverture numérique que les zones très rurales. Ainsi l’Île-de-France et la Provence-Alpes-Côte d’Azur ont un taux de devis sans réponse professionnelle de moins de 25%. À contrario, la Bretagne et la Bourgogne-Franche-Comté ont un taux de demandes irrésolues de plus de 50%.

 

Cette disparité est à mettre sur le compte du manque d’artisans dans les régions plus rurales, mais peut-être aussi sur celui du manque d’attrait pour le digital dans ces régions.

 

Certains domaines mieux lotis que d’autres

Il apparait également que les particuliers ont plus de chances de trouver un artisan en ligne pour certains travaux.

 

Par exemple les devis de pompe à chaleur n’ont que 6% de demandes sans réponses et ceux des menuiseries extérieures 7%. À l’inverse, les demandes de devis pour les forages ou les tubages de cheminée n’ont que peu de réponses de la part des professionnels.

 

On peut noter que les travaux bénéficiant d’aides des pouvoirs publics obtiennent en général plus de réponses que les travaux non subventionnés.

 

Le monde numérique pour faciliter les relations entre clients et artisans

Nous pouvons l’affirmer sans crainte, le digital a un avenir tout tracé dans le domaine du bâtiment. Ses possibilités de mise en relation, mais également de suivi de chantier peuvent apporter un énorme confort tant pour les clients que pour les professionnels. Si les mentalités changent progressivement, il reste encore beaucoup d’efforts à fournir afin de convaincre les artisans de l’utilité de cet outil, et les particuliers de sa supériorité face au bouche-à-oreille.

 

Des clients plus réceptifs au numérique

48% des Français se renseignent sur internet pour leur projet de travaux contre 50% qui le font auprès de proches auprès de proches. Un chiffre qui a explosé ces 10 dernières années et qui était nul il n’y a que 20 ans.

 

Si le digital est encore loin d’éclipser les pratiques traditionnelles, il se popularise sans cesse et trouve son rythme, sa clientèle, ses intervenants et forge sa réputation.

 

À l’heure du tout digital, où il est possible de trouver un repas ou un covoiturage depuis son téléphone, il est logique que les français, notamment les plus jeunes désirent pouvoir entrer en contact avec un artisan de la même manière.

 

Comment le digital peut-il intervenir dans le bâtiment ?

Le digital en tant qu’outil de mise en contact et de gestion des projets est un atout considérable dans le monde du bâtiment. Les particuliers ne le savent pas nécessairement, mais le numérique est déjà très bien implanté dans certains domaines de la construction. Gestion des chantiers et des équipes qui interviennent, préparation des plans, inspection en réalité augmentée, ce qui était futuriste à l’aube des années 200 est désormais monnaie courante.

 

Son rôle en tant que facilitateur des relations de client à artisan est primordial et ne fera qu’accroître au fil des années. Déjà on voit fleurir de nombreuses initiatives qui confortent la pérennité de cet outil, alors que ses parts de marché dans le bâtiment sont inférieures à 20%. Il reste encore une place certaine pour d’autres acteurs, à condition que les artisans intègrent cet outil à leur panel de possibilités.

 

Prix Pose, l’un des leaders du domaine

Dans le domaine des intermédiaires digitaux entre particuliers et professionnels Prix Pose est l’un des leaders, avec une présence sur le marché depuis 2014.

 

Surtout, même s’il est difficile de le percevoir de prime abord, Prix Pose est une entreprise se voulant artisanale. Hors de question pour cette entreprise drômoise de s’éloigner de ses racines, preuve que le numérique est un compagnon adapté aux artisans et à une façon de travailler à mille lieues des start-ups et des nébuleuses initiatives du web.

L’étude complète de Prix Pose est disponible ici si vous désirez en savoir plus.

Article Partenaire

Les “articles partenaires” ne sont pas des articles de la rédaction de lepetitjournal.com. Ils sont fournis par ou écrits sur commande d’un annonceur qui en détermine le contenu.
0 Commentaire (s) Réagir
Dans la même rubrique
À lire sur votre édition internationale