TEST: 3873

Un week-end de rencontres francophones à Chiang Mai

Par La rédaction de Chiang Mai | Publié le 08/03/2021 à 00:00 | Mis à jour le 10/03/2021 à 08:47
Photo : Catherine VANESSE - L’ambassadeur de France, Thierry Mathou, et le président de l’Alliance Française de Chiang Mai, Poksak Nilubol, inauguraient le festival du film d’animation, le 5 mars dans les jardins de l’AF, devant une cinquantaine de personnes
L'ambassadeur de France en Thailande en visite a l'Alliance francaise de Chiang Mai

La francophonie a vibré ce week-end à Chiang Mai, avec la visite de l’ambassadeur désigné de France, le festival franco-thaï du film d’animation et un pique-nique de parents francophones autour de l’éducation

Les événements qui réunissent la communauté francophone et francophile sont généralement assez rares à Chiang Mai. Avec le début du mois de la francophonie, plusieurs rencontres ont eu lieu ce week-end du 5 au 7 mars.

Chiang Mai accueillait pour la première fois le festival franco-thaï du film d’animation avec des projections à l’Alliance française, où s’est également déroulée la cérémonie d’ouverture vendredi 5 mars en présence de l’ambassadeur de France en Thaïlande Thierry Matou, du consul Christophe Hemmings et de la Conseillère de Coopération et d'Action Culturelle (COCAC) Eve Lubin. 

Arrivé en Thaïlande au mois de décembre, l’ambassadeur désigné attend encore ses lettres de créances, mais cela ne l'a pas empêché de partir à la rencontre des acteurs de l’écosystème franco-thaïlandais. Il a choisi de commencer par la Rose du nord, ville qu’il a découverte il y a plus de 35 ans alors qu’il était étudiant.

3000
Photos Steve Yarnold

A l’occasion de cette visite de travail de trois jours à Chiang Mai, Thierry Mathou a ainsi pu rencontrer un certain nombre d’acteurs économiques, culturels et scientifiques tels que les chercheurs du PHPT (partenariat entre l’IRD et Université de Chiang Mai), ou encore le directeur du musée MAIIAM, Jean-Michel Beurdelet.

“Cette visite à Chiang Mai est ma première sortie officielle en dehors de Bangkok. J’ai choisi de venir parce que Chiang Mai est la deuxième plus grande ville de Thaïlande et qu’il y a une forte communauté et des lieux tels que l’Alliance française et l’EFEO (École française d'Extrême-Orient), deux outils avec lesquels nous allons nous employer a faire rayonner la France”, a expliqué Thierry Mathou, lors de son discours à l’Alliance française face à une cinquantaine d’invités. 

Insistant sur "la nécessité d’intégrer la communauté française dans les initiatives de l’ambassade", Thierry Mathou a aussi souligné le défi pour les plus jeunes représentants de la communauté francophone d’acquérir ou maintenir une bonne maitrise du français : “Sur les 850 Français inscrits, il y a un peu plus d’une soixantaine d’enfants de moins de 10 ans. Selon moi, il y a là un défi à relever parce qu’un certain nombre d’entre eux sont éloignés de la langue française, il faut que nous trouvions un moyen de rapprocher ces enfants de notre langue et nous allons travailler avec notre conseillère Eve Lubin pour leur permettre d’avoir accès à la langue française. Je ne suis pas en train de dire que nous allons ouvrir une école, mais pourquoi pas”.

Si le contexte de Chiang Mai semble a priori peu propice pour l’heure à la création d’une école francophone, le besoin d’exposer les enfants au français se fait très clairement ressentir.

Consciente de ce besoin, l’Alliance française, sous la houlette de sa nouvelle directrice, Elsa Calley, s’apprête d’ailleurs à proposer au mois d’octobre des cours de Français langue maternelle qui pourront permettre aux enfants ayant au moins un parent francophone de pouvoir maintenir voire développer leur niveau de français. Les parents intéressées peuvent contacter l'Alliance par email ou via la page Facebook.

creation d'un pole educatif francophone a Chiang Mai

Aussi, samedi, une fondation dirigée par un couple franco-thaïlandais, “Permaculture Children's House”, organisait un pique-nique autour de l’éducation francophone dans sa ferme située à San Kampaeng, à une quinzaine de kilomètres à l’est de Chiang Mai. Il s’agissait d’une première réunion de rencontre et d’échange en vue de la création d’un pôle francophone éducatif et ludique. 

Une vingtaine de familles et leurs enfants ont répondu à l’invitation, certaines venant de Mae Rim, tout au nord de Chiang Mai, et d’autres de Mae Wang au sud-ouest, à une heure de voiture, soulignant à quel point la communauté est dispersée géographiquement sur un rayon de 20-30 kilomètres autour de la ville.

Ce rendez-vous a permis de mettre en évidence le besoin pour la majorité des familles présentes de permettre à leurs enfants de pratiquer le français à travers des activités ludiques et éducatives, quelques-unes y voyant la nécessité d’y ajouter des cours de langue. 

“À Chiang Mai, il n’y a pas d’école francophone ou de programme scolaire en français, par contre il y a un besoin pour les enfants dont l’une des langues maternelles est le français de pratiquer cette langue”, confiait Xavier Bruzaud-Grille, directeur de la fondation Permaculture Children's House quelques jours avec l’événement. 

Un prochain rendez-vous devrait avoir lieu au mois d’avril. Un groupe privé Facebook a été créé pour permettre aux parents de continuer à échanger, tous les parents qui souhaiteraient en faire partie sont les bienvenus.

La soirée s’est clôturée par un concert où les enfants ont spontanément pris place sur la scène et où s’est improvisé un atelier d’initiation à la musique.

Sur le même sujet
0 Commentaire (s) Réagir