Pollution de l’air: Chiang Mai remonte dans le haut du tableau mondial

Par Catherine Vanesse | Publié le 20/02/2020 à 00:00 | Mis à jour le 09/07/2020 à 13:09
pollution Thailande

Après quelques jours d’embellie, le smog a fait son retour dans le nord de la Thaïlande avec des taux de particules fines 4 fois supérieurs aux taux recommandés par l'Organisation Mondiale de la Santé.

Chiang Mai a renoué depuis le début de la semaine avec le haut du bien triste classement Air Visual des villes ayant les taux de pollution atmosphérique les plus élevés du monde. 

Avec un indice de la qualité de l’air (AQI) dépassant 175, Chiang Mai se classait mercredi à midi en douzième position des villes les plus polluées de la planète. 

Les autorités de Chiang Mai ont pourtant interdit de brûler les déchets un peu plus tôt cette année. La mesure, qui était censée entrer en vigueur le 10 janvier, doit s’étendre jusqu’au 30 avril. Mais cela n'empêche pas les codes couleurs associées au taux de pollution d’osciller entre l’orange et le rouge, selon Air Visual ainsi l’indicateur chinois http://aqicn.org/city/chiang-mai/fr/.

Carte-monde-feux-nasa
La Nasa propose une carte en temps réel qui recense les feux https://firms.modaps.eosdis.nasa.gov/map/

Selon l'Organisation mondiale de la santé (OMS) le niveau d'exposition maximum quotidien aux PM 2,5 ne doit pas dépasser les 25 microgrammes par mètre cube tandis que les autorités thaïlandaises fixent ce seuil à 50 microgrammes. Un indice AQI au-dessus de 100 est considéré comme préoccupant pour les personnes sensibles.

Les épisodes prolongés de smog sur le nord de la Thaïlande ont lieu chaque année entre la mi-février et la mi-avril, lorsque des conditions météorologiques défavorables -air sec sans vent ni pluie- se combinent avec des émissions accrues de particules fines dans l’air. Cette période correspond en effet avec une pratique généralisée du brûlis dans toute la région et les pays voisins qui commence en décembre.

L'activité industrielle et urbaine du pôle Lamphun-Chiang Mai est également pointée du doigt. Néanmoins, les taux de particules fines atteignent des niveaux similaires voire plus inquiétants dans d’autres provinces comme Tak, Nan, Chiang Rai, Phrae, Mae Hong Son ou encore Phayao.

Respirées en quantités excessives et de manière prolongée, les microparticules de pollution peuvent contribuer entre autres au développement de maladies cardiovasculaires et respiratoires voire au cancer du poumon.

Actions citoyennes 

Alors que smog est installé dans le calendrier au point que certains parlent de la “saison des fumées”, plusieurs événements sont prévues à Chiang Mai pour sensibiliser les esprits. 

23 février : l’agence de tour à vélo, Grasshopper Adventures, organise une balade à vélo dans les rues de la ville pour sensibiliser à la pollution. “Le vélo est un moyen de déplacement idéal pour réduire le nombre de voitures dans les rues et qui dit moins de véhicules, dit moins de bruit et plus d’espace pour profiter de la ville” résume l’agence sur la page de l’événement. La balade à vélo est ouverte à tous, les participants sont invités à venir avec leur propre vélo ou à en louer un. Le départ est prévu à 9h devant la boutique Grasshopper Adventure qui se situe à quelques pas de Chiang Mai Gate. 

https://www.facebook.com/events/2662312064003603/

25 février : les problèmes de pollution qui touchent la ville de Chiang Mai sont loin d’être une plaisanterie, pourtant c’est bien par le rire que le Comedy Smoke Show entend se battre à coup de blagues et de dérisions. Le spectacle se tiendra au Free Birds ce 25 février, la moitié des entrées (200bt) sera reversée à l’association “Warm Heart Worldwide's Stop The Smoke Program” qui travaille directement avec les fermiers du nord de la Thaïlande pour trouver des solutions durables en alternative aux brûlis. 

https://www.facebook.com/events/2349149605186231/

28 février : les organisateurs de “Climate Strike Thailand” prévoient une nouvelle marche pour le climat le 28 février à partir de 14 heures à la porte Thapae et invite les habitants de la Rose du Nord à s’unir pour faire entendre leur mécontentement face à la pollution aux particules fines PM2.5. Les participants sont invités à tous porter un masque et à préparer leur pancarte, après une présentation de la situation, les manifestants se rendront depuis la porte Thapae jusqu’au monument aux Trois Rois.

https://www.facebook.com/events/2572395356142371/

Smogathon

Il y a quelques jours, du 8 au 10 février, s’est tenue la deuxième édition du Smogathon Thailand, un rendez-vous qui a réunit jeunes professionnels, étudiants et experts afin de trouver des solutions aux défis régionaux, nationaux et locaux en matière de pollution atmosphérique.

Pendant trois jours, les participants se sont affrontés en équipes pour développer des solutions et les transformer en prototypes pour un jury. Au terme de ce processus créatif, l’équipe “No Grant SMOG”, composée de six étudiants issus de différentes universités thaïlandaises, a remporté le premier prix en imaginant un jeu pour éduquer les élèves du primaire au smog.

Une carte pour savoir où respirer à Chiang Mai pendant le smog 

Lepetitjournal.com/bangkok a créé une carte qui recense les lieux équipés de purificateurs d’air (café, restaurants, espace de coworking, librairies, écoles…). La carte est en développement, nous appelons les internautes à nous partager leurs adresses via les commentaires, Lepetitjournal.com se chargera de les vérifier et de les ajouter afin d’en faire profiter la communauté francophone. 

catherine_vanesse-LPJ-Bangkok

Catherine Vanesse

Après avoir travaillé pendant 8 ans pour RTL Belgique, Catherine s’est expatriée en Thaïlande de 2013 à 2022, collaborant avec des médias locaux ainsi que Lepetitjournal.com pour qui elle a notamment co-dirigé la rédaction de Chiang Mai de 2020 à 2022
0 Commentaire (s) Réagir
À lire sur votre édition internationale