TEST: 3629

A la découverte de HAMPI dans le Karnataka, capitale du royaume Vijayanagar

Par Annick Jourdaine | Publié le 25/02/2022 à 01:05 | Mis à jour le 25/02/2022 à 10:23
Photo : Ecuries royales pour les éléphants
Hampi karnataka ecuries royales

Visiter Hampi depuis Chennai, cela se mérite. Il existe bien un petit aéroport (Vidyanagar) à une heure et demie de voiture du site et relié à Bangalore. Malheureusement, la liaison n’est pas très fiable et le vol est souvent annulé à la dernière minute. Un autre aéroport plus éloigné (Hubli) permet un vol direct depuis Chennai, mais il faut compter au moins trois heures de voiture pour rejoindre Hampi. Un train de nuit avec changement peut être une autre solution. A vous de voir. Vos efforts seront récompensés : Hampi restera une destination de choix dans votre panthéon indien, quelles que soient vos motivations : historiques, culturelles, beauté des paysages, grands espaces… 

 

Donnons la parole à Krishna, conducteur de tuk-tuk, pour nous parler de son lieu de naissance et de vie. 

 

KRISHNA, chauffeur de tuk-tuk à Hampi depuis 18 ans

Krishna conduit un tuk-tuk depuis 2004. Il avait 19 ans alors, et comme tous les habitants du village de Hampi, il cherchait à profiter du soudain développement touristique du lieu. La vague « hippie » et l’arrivée du tourisme de masse transformaient l’économie locale. Fini le métier de paysan de père en fils. Pour Krishna, ce sera chauffeur de tuk-tuk.

Après quelques mois de location d’un engin, il se lance en achetant un véhicule flambant neuf, toujours en service aujourd’hui. Très rapidement, les clients étrangers deviennent majoritaires. Avant la pandémie, les Russes avaient remplacé les Européens de l’Ouest. Hampi était devenue une sortie culturelle pour les nombreux ressortissants russes venus profiter des plages de Goa. 

Comme partout, la COVID a tout bouleversé. Du jour au lendemain, le tuk-tuk de Krishna est resté au garage. Deux ans sans activité. Pour survivre, Krishna a rejoint son père dans les plantations de bananes et sa femme s’est inscrite au programme MGNREGA des travaux collectifs (ndlr : le Mahatma Gandhi National Rural Employment Guarantee Act, une loi sur le droit du travail et la sécurité sociale qui vise à garantir le "droit au travail" dans les zones rurales), pour 250 roupies par jour. 

 

Krishna et son tuk tuk à Hampi en Inde
Krishna et son tuk tuk , avec le portrait de son acteur de cinéma favori, Punith Rajkumar 

 

Depuis l’autonome 2021, Khrisna tente de reprendre son activité de chauffeur. Les étrangers ne sont pas de retour, mais le public indien est de plus en plus nombreux. Les demandes sont différentes. Les clients indiens ne restent que quelques heures sur place. Il faut vite passer d’un site à l’autre. Les étrangers avaient eux l’habitude de prendre leur temps, de flâner, de s’aventurer sur les pistes non balisées. Krishna aimait leur faire découvrir des endroits cachés et insolites.

 

Paysage de Hampi dans le Karnataka

 

Il insiste pour dire combien il est attaché à son village, pour ce qu’il représente historiquement mais aussi pour la beauté des paysages. Il dit qu’il est très chanceux de pouvoir y vivre tout en rencontrant le monde entier. 

 

Merci à Krishna et ses collègues de chercher à nous faire aimer leur pays. Se laisser porter hors des sentiers battus est justement un des grands charmes de Hampi. 

 

HAMPI , des paysages grandioses

Une rivière, la Tungabhadra, qui s’écoule en méandres au milieu d’énormes blocs de granit dont la couleur change avec l’éclairage, entre le gris, l’ocre, le rouge et le rose ;

Des collines recouvertes de ces mêmes blocs, posés miraculeusement en équilibre dont on a du mal à comprendre comment ils sont arrivés là ;

Des rizières, des bananeraies, des palmeraies qui apportent la touche verte au tableau ;

 

Hampi la rivière, les blocs de rochers, les rizières

 

Tous ces éléments font du site d’Hampi un paysage harmonieux malgré le chaos des blocs de granite issus de l’érosion entamée depuis des millions d’années. 

Admirer le lever puis le coucher du soleil sur un de ces blocs fait partie du programme de tout voyageur. 

 

Un temple en haut d'un bloc de granite à Hampi

 

Un tour de bateau permet un autre point de vue, en découvrant les traces de la présence humaine qui date de plus de 3000 ans. Depuis la rivière, on peut en effet repérer de nombreuses sculptures gravées dans les blocs ainsi que des petits temples ou refuges d’ermites adossés aux rochers. 

Les bateaux traditionnels sont circulaires, fabriqués en bambou, le fond extérieur goudronné pour le rendre imperméables. On les nomme Parisal en Tamoul et Buddi en Kannada. Peu profonds, ils suivent facilement les sauts de la rivière et rebondissent sans dommage sur les blocs des berges. 

 

Un bateau typique de Hampi, le Parisal
Parisal, embarcation ronde traditionnelle pour traverser la rivière et pêcher

 

HAMPI, capitale du royaume Vijayanagar

Tout a commencé au milieu du XIVème siècle avec l’installation du royaume de Vijayanagar (« la cité de la victoire ») en lutte contre le sultanat de Delhi qui cherchait à s’étendre.

Plusieurs versions existent sur la création du royaume dont la plus connue n’est pas forcément la plus respectueuse de la réalité. Comme le note l’historien Eric Paul Meyer, cette version présente la religion brahmanique comme force de résistance au pouvoir islamique de Delhi. L’histoire parle de cinq frères (allusion évidente aux cinq frères Pandava du Mahabharata), issus d’une famille princière de l’Andhra. Convertis de force à l’Islam, ils se seraient installés dans la région d’Hampi en redevenant Hindous grâce l’influence d’un brahmane.

 

Vestiges de la ville royale à Hampi en Inde

 

Quoiqu’il en soit, le royaume de Vijayanagar prospéra et s’étendit jusque dans le sud de la péninsule indienne. La capitale était une ville vaste et très bien organisée avec un réseau d’adduction d’eau perfectionné. L’agriculture était très productive grâce à l’irrigation. Le royaume contrôlait de riches gisements de diamants, d’or, de fer et des bancs d’huitres perlières, ce qui lui permettait d’importer des chevaux pour ses armées. La ville était un grand lieu de commerce, ouvert aux marchands étrangers. 

 

les stands commerciaux de la ville royale à Hampi
Vestiges de la ville royale avec ses stands commerciaux

 

Après trois siècles de gloire, elle fut rasée en 1565 par les troupes du sultanat Bhamani, installé au nord du Décan. De ce passé, il reste aujourd’hui beaucoup des vestiges qui attestent de la puissance et de la richesse du royaume : les longues allées d’enfilades de stands en pierre qui servaient d’abri aux marchands, le palais de la reine et ses bains, les écuries pour les éléphants, les multiples temples et leurs décors finement sculptés. Plusieurs jours sont nécessaires pour en faire le tour. 

 

Palais de la reine à Hampi
Palais de la reine

 

Les bains de la reine à Hampi
Bains de la reine

 

HAMPI, lieu de pèlerinage pour les Hindous

Le site d’Hampi est également un haut lieu de pèlerinage hindou.

Certains viennent honorer Shiva qui aurait médité le long de la rivière Tungabhadra. Shiva y aurait tué Kama, le dieu de l’amour, venu le distraire pendant son recueillement. 

 

Lingam de Shiva à Hampi
Sculptures dans la roche de lingams de Shiva

 

Les pèlerins les plus nombreux sont des adeptes de Rama et de son comparse Hanuman, le dieu singe. Hampi est une étape du Ramayana, l’épopée mythologique de Rama, un avatar de Vishnu, pour retrouver sa femme Sita, enlevée par le démon Ravana, roi du Sri Lanka. La forêt de Hampi est peuplée de singes et serait le lieu de naissance du dieu Hanuman. C’est donc là que Rama et Hanuman se rencontrèrent et qu’ils passèrent alliance pour retrouver Sita.

Un grand temple dédié à Hanuman domine la vallée. Il est accessible par un long escalier, mais l’effort est récompensé par une vue imprenable. 

 

Temple de Hanuman à Hampi
Représentation du dieu Hanuman

 

HAMPI, lieu de rencontres 

Hampi est propice à la détente et la déambulation. Il est bon d’y rester plusieurs jours et de se laisser surprendre par une rencontre comme on peut en faire partout en Inde quand on prend le temps. 

 

Forgeron ambulant à Hampi
Une famille de forgerons ambulants qui propose ses services pour réparer un outil, village après village. 

 

Gypsie travaillant dans les champs à Hampi
Une paysanne de la communauté Gypsi avec ses habits de lumières, brodés et décorés de petits miroirs

 

Une chèvre qui va être offerte aux dieux
Une chèvre que l’on vient offrir au dieu un jour de pleine lune


 

un cornac lavant son éléphante
Un cornac lavant son éléphante 

 

Sur le même sujet
annick jourdaine

Annick Jourdaine

Annick vit à Chennai depuis septembre 2019. L'écriture est pour elle le moyen de prendre du recul et de digérer les émotions que ses yeux et oreilles grand ouverts sur le monde indien provoquent.
0 Commentaire (s) Réagir
À lire sur votre édition locale