Samedi 12 juin 2021
Cambodge
Cambodge

Un musée immersif pour la fin de l’année à Angkor

Par Raphaël FERRY | Publié le 12/04/2021 à 03:00 | Mis à jour le 12/04/2021 à 03:00
Photo : Soreasmey KE BIN, Managing Partner de Confluences
musée immersif Angkor

Les sociétés françaises Iconem et cambodgiennes Confluences associent leurs talents pour créer à Siem Reap une nouvelle attraction touristique et pédagogique : un musée immersif. Véritable bijou de technologie, le projet devrait voir le jour en décembre 2021. Il sera alors le premier de son genre à ouvrir dans le Sud Est asiatique.

 

Pour mieux comprendre de quoi il retourne, lepetitjournal.com est allé à la rencontre de Soreasmey KE BIN managing Partner de Confluence et lui a posé quelques questions.

 

M Ke Bin, pouvez-vous nous expliquer en premier lieu ce qu’est un musée immersif ?
 

C'est un nouveau type de musée vous plongeant dans une expérience immersive en 360 degrés, et multi sensorielles, avec sons et images. Grâce à des technologies de pointe en matière de numérisation 3D de sites patrimoniaux, notre partenaire Iconem, référence mondiale dans ce domaine, permet aux visiteurs de voyager dans le temps et l'espace avec des reconstitutions réalistes des bâtiments tels qu'ils étaient à l époque. Imaginez un espace complètement obscur de 1000 mètres carrés, avec une grande hauteur sous plafond, où les visiteurs sont plongés, via des projections géantes de plusieurs dizaines de mètres de large et plusieurs mètres de haut, dans une histoire retraçant l'histoire des temples et de la civilisation khmère. 

 

 



Quels sont les avantages qu’offre une visite immersive d’un site ?


A la différence d'un musée traditionnel, les visiteurs sont transportés, c'est un vrai voyage qui leur est proposé, dans le temps et l'espace. L'expérience durera un peu moins d'une heure, permettant au visiteur d'avoir un œil nouveau sur les temples, et de comprendre leurs origines, leurs histoires, leurs détails, et en savoir plus sur la civilisation khmère. La plupart des musées du monde entier proposent à présent des expériences immersives où les visiteurs sont projetés dans les œuvres d'art, les voient sous un autre angle, sans forcément voir l'œuvre elle-même. Et cela rencontre un énorme succès, partout dans le monde.  

Dans notre cas, ce que nous proposons de faire est complémentaire à une visite des temples. Celle-ci peut s’avérer éreintante. Je n’ai pas de doute que les visiteurs trouveront aussi un grand intérêt à une pause ludique dans un espace climatisé. En plus de tout cela, il ne faut pas oublier que plus de 70% des visiteurs des temples ne savent rien ou presque de la civilisation khmère et des bâtisseurs de ces merveilles archéologiques. Par le biais des nouvelles technologies et du ludique, nous voulons amener les visiteurs à mieux comprendre leur histoire. 

 

 


Quels sont les savoir-faire d’Iconem et de Confluences en la matière ?
 

Iconem est le partenaire technologique et a produit de nombreuses expositions immersives à succès pour de prestigieux musées ou centres artistiques comme le Louvre, le Grand Palais, l'Institut du Monde Arabe et d'autres. Iconem est connu du milieu scientifique et académique, et est de plus déjà intervenu au sein du Parc archéologique d'Angkor. Nous sommes donc dans une relation de confiance avec les autorités qui savent qu'un tel projet ne peut que bénéficier à l'offre touristique d'Angkor.

Confluences est le partenaire opérationnel, qui permet au projet de voir le jour au Cambodge, en s'occupant de la relation avec les partenaires et officiels locaux, les différentes autorités telles que l'APSARA, le Ministère du Tourisme et d'autres. A terme Confluences se verra aussi confier le déploiement opérationnel du projet. C'est une vraie symbiose de compétences. 

 

Si je me place du point de vue de Confluences, c'est un projet que nous avons initié et sur lequel nous nous positionnons en tant que partenaires. Cela répond à une nouvelle stratégie de notre part qui va nous voir investir dans des projets clés, nous sommes en train de lancer un département dédié et dénommé Confluences Ventures. A terme d'autres projets devraient suivre.
 

 

Quelles sont les étapes techniques pour la réalisation de la visite immersive d’Angkor ?
 

Nous allons numériser les temples d'Angkor, grâce à des technologies très pointues, mélangeant images aériennes, scans 3D et reconstitutions archéologiques. Tout ceci va nous permettre de créer cette expérience afin de raconter une histoire particulière et unique qui évoluera dans le temps, dans les mois et les années qui suivent. Pensez à une expérience comme un film, avec plusieurs épisodes, au fil des mois et des années, permettant aux visiteurs de revenir et d'en apprendre plus. 

Immersive Angkor a également un objectif patrimonial. Nous souhaitons numériser un maximum de temples, via nos technologies 3D et aériennes, afin de les préserver à jamais dans le temps. Car la nature continue de faire son œuvre, ainsi que ce que nous appelons l'érosion touristique. Les temples s'abîment, ce qui est normal. En les scannant aujourd'hui et en créant cette bibliothèque numérique unique en son genre, totalement digitalisée, nous allons apporter une pierre non négligeable au travail et au dossier des archéologues et organismes en charge de la préservation du site. C'est également le but du projet, donner au pays, éduquer des talents locaux et préserver au mieux pour les générations futures. 

Immersive Angkor



Quand pensez-vous ouvrir ?



Nous avons beaucoup travaillé sur la genèse du projet en 2020, afin de démarrer la partie financement et production du musée en 2021, pour une ouverture en Décembre 2021. Nous devrions ouvrir en même temps que le retour des touristes régionaux et internationaux au Cambodge, suite aux campagnes mondiales de vaccination de la COVID19 et aux accords entre pays de l'ASEAN concernant les bulles de voyage. 

Nous sommes très excités à l'idée de ce nouveau musée, unique en son genre au Cambodge et en Asie du Sud Est, proposant une expérience de qualité, technologique et éducative aux visiteurs du site, qu'ils soient nationaux ou étrangers. Nous souhaitons aussi que la bibliothèque numérique 3D créée pour l'occasion puisse être conservée, digitalement, pour les générations futures, afin que les sites survivent à l'épreuve du temps et du tourisme pour l'éternité, en 3D !

 

M KE BIN, lepetitjournal.com vous remercie. Nous resterons très attentifs sur le développement de votre projet tant nous pensons qu’il peut apporter un plus à l’attractivité touristique de Siem Reap, tant au point de vue pédagogique que pour la préservation du site.

 

Immersive Angkor

 

Nous vous recommandons
raphaël ferry

Raphaël FERRY

Installé au Cambodge en 2010. Je suis tout de suite tombé amoureux du pays et de sa population. Curieux de tout, aimant découvrir l’humain, ses passions, ses motivations, son art de vivre…
0 Commentaire (s)Réagir

Que faire au Cambodge ?

LITTERATURE

Mourir à Angkor, le premier roman de Gérard Thévenet

Gérard Thévenet est un personnage truculent. Fort de sa longue expérience du Cambodge, il a toujours une anecdote savoureuse à distiller. Il vient de publier son premier roman : Mourir à Angkor.