TEST: 2248

Quid de la politique américaine dans la région si Biden est élu ?

Par Raphaël FERRY | Publié le 05/11/2020 à 03:29 | Mis à jour le 05/11/2020 à 03:48
Facebook de Joe Biden

Tous les quatre ans le monde frissonne le 4 novembre en attendant les résultats de l’élection américaine. Peut-être plus encore cette année tant la personnalité du président sortant est clivante et sa manière de faire de la diplomatie personnelle.

 

A l’heure où le scrutin est encore cours de dépouillement et que nous devrons attendre encore des heures, voire des jours avant la proclamation des résultats, il est d’actualité de nous demander quels seraient les changements dans la politique américaine dans cette partie du monde.  Dans cas de victoire de Joe Biden.

L’élection présidentielle américaine génère forcément un débat sur les mérites de la politique étrangère américaine au cours des quatre années précédentes. Or, le bilan de l'administration de Donald Trump en Asie du Sud-Est stratégique, - un champ de bataille clé pour l'influence vis-à-vis de la Chine - suscite des opinions plus polarisées que d'habitude. 

Ceux qui considèrent que la politique de Trump envers l'Asie du Sud-Est est mal orientée et imparfaite peuvent citer une longue liste d'erreurs, depuis son retrait du pacte commercial du partenariat trans-pacifique (TPP) dès son premier jour de mandat, jusqu'à sa décision en 2019 de ne pas envoyer un fonctionnaire suffisamment haut placé au sommet de ASEAN à Bangkok.

De l'autre côté, M. Trump a rétabli des liens précédemment endommagés avec la Thaïlande, et a renforcé les relations avec le Vietnam, empêchant ces deux pays de se rapprocher encore plus de la Chine.

 

La question de savoir si une administration Biden conduirait différemment la politique régionale est évidemment une question de conjecture. Beaucoup pensent qu'une victoire de Joe Biden induirait un changement sans pour autant revenir à la politique conduite sous l'administration Obama.

Le commerce global de l'Amérique avec l'Asie du Sud-Est est plus élevé aujourd'hui que lorsque M. Trump est entré en fonction en janvier 2017.

Depuis l'année dernière, l'administration Trump a lancé deux nouvelles initiatives qui pourraient injecter des centaines de millions de dollars de nouveaux investissements américains dans la région, offrant une alternative aux ? Nouvelles routes de la soie.

L'opinion régionale sur Trump a fluctué au cours des quatre dernières années, ce qui n'est pas inattendu pour un leader si clivant.

 

Pourtant, le vice-président de Trump, Mike Pence, s'est rendu dans la région pour les sommets de 2017, tandis que Trump lui-même s'est rendu (redondant) en 2018. Il a également donné à la région un signe de confiance en choisissant Singapour et le Vietnam pour accueillir ses pourparlers de paix avec le leader nord-coréen Kim Jong Un.

En choisissant Singapour et le Vietnam pour accueillir ses pourparlers de paix avec le leader nord-coréen Kim Jong Un, Trump montrait à la région un intérêt, sinon une priorité politique. Mais en 2019, les dirigeants de la région se sont sentis snobés lorsqu'il n'a pas envoyé un haut fonctionnaire pour le sommet de ASEAN de cette année-là,

Trump n'a sans doute jamais retrouvé la confiance de la région après sa décision, en janvier 2017, de retirer l'Amérique du TPP, un pacte commercial conçu sous Obama qui aurait inclus Brunei, la Malaisie, Singapour et le Vietnam parmi les autres signataires asiatiques, dont le Japon. Le pacte a été ouvertement conçu par Obama pour exclure la Chine.  

Les gouvernements de la région étaient plus mitigés quant à son abandon apparent de la promotion des droits de l'homme et de la démocratie, que l'administration Trump a ouvertement mis de côté en faveur de la construction d'alliances stratégiques où les échanges entre militaires ont pris le pas sur la diplomatie traditionnelle.

Trump a sans doute passé plus de temps à essayer de défaire l'héritage d'Obama dans la région, défini par son "pivot" de la politique asiatique, qu'à mettre en place une alternative cohérente et stratégique - de manière significative à un moment où la Chine déversait des ressources financières et diplomatiques massives dans la région.

Il n'est pas certain que Biden, s’il est élu cherchera réciproquement à démanteler les politiques et initiatives de l'administration Trump en Asie du Sud-Est.

Certains signes indiquent que M. Biden adopterait une approche plus nuancée. Le sentiment anti-chinois est maintenant une position bipartite à Washington, bien que Biden puisse bien modifier le langage et poncer les bords les plus rugueux de l'approche souvent aliénante de Trump.

Jake Sullivan, l'un des principaux conseillers de M. Biden en matière de politique étrangère, a récemment déclaré à propos de la Chine : "Je pense que le fait que M. Trump ait quelque peu bouleversé les choses en décrivant et en formulant certaines questions relatives à la politique étrangère américaine a créé un espace supplémentaire pour un examen sérieux qui aurait dû avoir lieu depuis longtemps".

Une administration Biden hériterait de certaines initiatives clés lancées par Trump, qu'il pourrait ou non choisir de défaire.

La création, l'année dernière, de l'US International Development Finance Corporation, une institution financière de développement au capital déclaré de 60 milliards de dollars, pourrait modifier considérablement la dynamique  géo-économique de la région si les États-Unis la déploient pour concurrencer les investissements et l'aide chinois dans la région.

 

Alors que la Chine annonce souvent des aides et des investissements d'infrastructure de grande envergure pour les pays de la région, dont un montant impressionnant de 26 milliards de dollars pour les Philippines qui n'est pas encore arrivé, elle omet souvent de donner suite aux décaissements réels.

Trump a cherché à exploiter d'autres vulnérabilités chinoises dans la région. En septembre, Washington a lancé la nouvelle initiative Mékong-États-Unis, qui cherche à rivaliser avec le mécanisme de coopération Lancang-Mékong, dirigé par la Chine, en Asie du Sud-Est continentale.

La poursuite de la politique de Trump envers la région sous une éventuelle présidence Biden pourrait convenir à certaines pays d'Asie du Sud-Est; mais tout changement de gouvernement à Washington qui assurerait un message plus cohérent serait probablement bien accueilli par chacun

Le Vietnam, l'un des partenaires les plus proches de l'Amérique en Asie du Sud-Est, a passé les quatre dernières années à ne jamais vraiment savoir s'il était aimé ou détesté. Trump, alternait entre les louanges et les menaces, notamment en ce qui concerne la façon dont Hanoï a mené sa guerre commerciale contre la Chine.

Au cours d'une interview accordée à Fox News en juin dernier, M. Trump a reproché au Vietnam d'être le "pire agresseur" en matière de commerce avec les États-Unis, même si, quelques mois plus tôt, il avait choisi Hanoï comme cadre de ses négociations de paix historiques avec la Corée du Nord.

Les observateurs régionaux supposent qu'une présidence Biden représenterait au moins un changement vers un discours plus calme et plus cohérent de la part de la Maison Blanche. Cela permettrait aux gouvernements régionaux de s'engager dans une planification politique à plus long terme, notamment sur la manière de se positionner dans la rivalité entre les États-Unis et la Chine pour l'influence régionale.

En raison de son âge et de son expérience diplomatique, Biden dirigerait probablement aussi une administration plus décentralisée, donnant plus d'autorité et de liberté aux diplomates et aux sous-secrétaires sur le terrain en Asie du Sud-Est pour mener leur politique.

On espère également que Biden mettra davantage l'accent sur l'Asie du Sud-Est dans la politique étrangère américaine. La politique américaine ne pourra pas être du Obama 2.0

"La perspective d'une présidence Biden rappelle des souvenirs inconfortables de l'époque d'Obama dont beaucoup d'acteurs asiatiques se souviennent comme étant trop douce envers Pékin", a écrit James Crabtree, un commentateur régional bien connu, en août dernier.

Quoi qu’il en soit, une présidence "Biden" verrait la mise en place d’une diplomatie plus calme et plus cohérente que celle qui a été mise en place sous Trump.

 

Sur le même sujet
raphaël ferry

Raphaël FERRY

Installé au Cambodge en 2010. Je suis tout de suite tombé amoureux du pays et de sa population. Curieux de tout, aimant découvrir l’humain, ses passions, ses motivations, son art de vivre…
1 Commentaire (s) Réagir
Commentaire avatar

Electionus savanus jeu 05/11/2020 - 13:43

Succession de tranches de google translate piochées ici et là pour un texte mauvais, incoherent, pretentieux, maladroit et indigeste, triste presse

Répondre

Soutenez la rédaction Cambodge !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

Raphael Ferry

Rédacteur en chef de l'éditon Cambodge.

À lire sur votre édition locale