Commémoration des journalistes tombés au Cambodge durant la guerre

Par Lepetitjournal Cambodge | Publié le 04/05/2022 à 18:30 | Mis à jour le 04/05/2022 à 12:25
Minute de silence au Cambodge

Hier, journée internationale de la presse, les ambassadeurs de France, des Etats Unis, du Japon et du Laos, ont tenu à leur rendre hommage, devant la stèle qui leur est consacrée à Phnom Penh, aux journalistes morts dans l’exercice de leur travail durant la guerre

 

La stèle consacrée aux journalistes victimes de la guerre civile

Initialement érigée face au Raffles et inaugurée le 6 février 2013, la stèle dédiée à la mémoire des correspondants de guerre disparus au Cambodge entre 1970 et 1975 se trouve reléguée maintenant dans un angle de la petite place face à l’Ambassade de France, à deux pas de la circulation incessante de la rue 47.

 

Ce ne sont pas moins de 37 noms qui y figurent. Au total, neuf Japonais, huit Français, six Américains, cinq Cambodgiens, deux Suisses, un Allemand de l'Ouest, un Indien, un Laotien, un Australien et un Hollandais ont été portés disparus au Cambodge entre 1970 et 1975.

 

stele à la mémoire des journalistes morts au Cambodge

 

Interrogé lors de l’inauguration de cette stèle, Tim Page, photographe indépendant en Asie du Sud-Est dans les années 1960 et 1970, déclarait

« A cette époque, c'était la réalité crue de la mort. Nous voyions une sorte de Jurassic Park se dérouler sous nos yeux. Ce n'est plus le cas aujourd'hui. Nous avons changé la donne au travers des informations que nous pouvions diffuser »

 

Quand on l’interrogeait sur ses motivations à photographier la guerre, Don North, correspondant à l’époque pour les chaînes de télévisions ABC et NBC répondait que  « les journalistes y vont quand même car ils détestent qu'on le leur interdise ».

 

Trois ambassadeurs plaident pour la liberté de la presse.

Les ambassadeurs de France, des Etats Unis, du Japon se sont succédés au micro pour rappeler la mémoire de ceux qui sont morts dans l’exercice de leur métier. 

Ils ont aussi rappelé le rôle crucial d’une presse libre et indépendante dans l’édification et le maintien d’une démocratie.

 

Jacques pellet Ambassadeur de France
M.Jacques Pellet, ambassadeur de France.

 

Jacque Pellet, Ambassadeur de France :

Aujourd’hui nous réaffirmons l’importance de protéger les journalistes en toutes circonstances et appelons tous les gouvernements, dont celui du Cambodge, à assurer un environnement sain à tous les journalistes et leur média.

 

Patrick Murphy, ambassadeur des États Unis : 

Une presse libre est une garantie contre la désinformation. (…) On appelle la presse le quatrième pouvoir, c’est une institution essentielle dans une démocratie fonctionnelle et importante pour le développement économique et une bonne gouvernance.

 

Masahiro Mikami, ambassadeur du Japon :

Si les journalistes ne peuvent pas fournir d’informations précises, la démocratie ne peut pas fonctionner. (…)

30 ans après les accords de Paris, le Cambodge a atteint un certain niveau de développement, et je tiens à l’en féliciter et en même temps je suis convaincu qu’une presse libre contribuera au développement du Cambodge et à la consolidation de sa stabilité et sa prospérité.

Sur le même sujet
0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Cambodge !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

Raphael Ferry

Rédacteur en chef de l'éditon Cambodge.

À lire sur votre édition locale