Vendredi 22 novembre 2019
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

Un Turco-Mexicain victime de disparition forcée au Cambodge

Par Pierre Motin | Publié le 20/10/2019 à 20:00 | Mis à jour le 22/10/2019 à 09:27
Photo : Osman Karaca et sa femme Grace.
osman karaca cambodge

D’après une dépêche de l’agence de presse turque Anadolu, les services de renseignement turcs ont récemment arrêté un ressortissant turco-mexicain au Cambodge et l’ont ramené en Turquie. Les ONG de défense des droits de l’homme dénoncent une disparition forcée.

Selon l’agence Anadolu, Osman Karaca, aussi nommé « l’imam de Mexico » dans la dépêche, a été arrêté pour avoir « fondé et dirigé une organisation terroriste armée ». Il lui est reproché d’être proche du mouvement de Fethullah Gûlen, un imam turc exilé aux Etats-Unis accusé d’avoir été à l'origine d’une tentative de coup d’Etat contre le pouvoir turc en 2016.

D’après la femme d’Osman Karaca, des policiers ont arrêté son mari lundi 14 octobre à Phnom Penh.Sa femme n'a eu aucune information à son propos depuis lors. M. Karaca travaillait dans le secteur de l’éducation au Cambodge.

Après l’échec de la tentative de coup d’Etat de 2016, le gouvernement turc a lancé une féroce répression à l’encontre des partisans de Fetullah Gülen, et a fermé les nombreuses écoles liées à son mouvement religieux. Les autorités turques ont cherché à extrader des personnes liées au mouvement de Fetullah Gülen dans de nombreux pays.

Dans une déclaration publiée vendredi 18 octobre, l’ONG de défense des droits de l’homme Amnesty International a indiqué qu’Osman Karaca avait subi une disparition forcée. « Le Cambodge a un bilan honteux de connivence avec les gouvernements qui veulent ramener des individus sur leur territoire sans respecter les procédures régulières », se désole Nicholas Bequelin, directeur du bureau régional d’Amnesty International pour l’Asie orientale, l’Asie du Sud-Est et la Pacifique. « Les autorités cambodgiennes doivent immédiatement confirmer la localisation géographique et le sort  d’Osman Karaca après qu’il a été emmené dans un véhicule de police. » Pour l’ONG, si Osman Karaca est ramené en Turquie, il fait face à un risque avéré de mauvais traitement et d’autres violations des droits de l’homme. 

Selon Phil Robertson, directeur adjoint du bureau Asie de Human Rights Watch, « Osman Karaca va probablement être torturé, subir plusieurs années de détention provisoire dans des conditions horribles, pour finalement être condamné sous de fausses accusations par un tribunal bidon ».

 

Tant que vous êtes ici, nous avons un petit mot à vous dire. Lepetitjournal.com Cambodge est un média indépendant qui a fait le choix de laisser ses articles en ligne et accessibles à tous. Face au phénomène de baisse des recettes publicitaires qui touche l'ensemble des médias, nous avons besoin de votre soutien.

Si notre travail vous satisfait, vous pouvez désormais nous soutenir via notre compte Tipeee, une plateforme de dons en ligne. Chacune de vos contributions, grande ou petite, nous est précieuse et participera directement à la vie de Lepetitjournal.com Cambodge. Merci !

 

0 Commentaire (s)Réagir