SIHANOUKVILLE - La Snake House: Embargo contre le venin

Par Lepetitjournal Cambodge | Publié le 25/07/2010 à 05:01 | Mis à jour le 08/02/2018 à 12:52

Serpenter entre les feuillages pour tomber par là sur un bassin de crocodile et une famille de perroquet et par ici sur un python jaune de 2 mètres... C'est l'une des activités que propose la Snake house de Sihanoukville créée par Nikolay Dovoshenko. Une autre, moins drôle, est la visite de l'hôpital, à quelques centaines de mètres de là, où il soigne avec une équipe de spécialiste les morsures de serpent. Étape sur un fléau au Cambodge ...

Arrivé en 1993 de Russie, Nikolay aide dans un premier temps le Cambodge à venir à bout de la contrebande d'animaux sauvages. A l'époque, il est le seul à se soucier de ces problèmes. Malgré la guerre et les problèmes politiques, il mène sa mission à bien, notamment grâce à l'aide du ministre de l'Ecologie et à celle de Médecins du monde, association pour laquelle il montre une grande sympathie. Puis il construit sa maison et son hôtel, qui abrite aujourd'hui des dizaines de vivariums remplis de reptiles allant du boa constrictor à l'iguane, en passant par la vipère. Il s'autofinance complètement et utilise son argent pour trouver de nouveaux antidotes, qu'il achemine de Bangkok à Sihanoukville, mais aussi pour payer les frais d'hospitalisation des personnes qui arrivent là, mordues et souvent presque mortes.

Hand of help, l'organisation créée par Nikolay, délivre les premiers secours et diffuse des connaissances sur le danger des morsures de serpents et les piqûres d'autres animaux dangereux. Elle forme du personnel de santé capable d'administrer le sérum anti-venin, d'identifier les serpents et surtout de protéger les serpents non venimeux, nécessaires à l'écosystème. Ils ont également imprimé des livres avec des images de serpents afin de faciliter l'identification des espèces.

Les morts par morsures de reptiles ont fait et continuent de faire  plus de morts que les mines antipersonnelles. Chaque année, rien que dans la petite région de Sihanoukville, environ 800 personnes sont mordues et 60 % n'en réchappent pas, plus de la moitie étant des enfants.

Morsure de serpent (hand of help)Plus de morts par morsure que par mines antipersonnelles
Un adulte mordu par un cobra n'a plus que 5 heures à vivre, un enfant encore moins. A moins que l'aide ne vienne vite... En effet sur les quelques milliers de victimes par année un tiers ne reçoit pas de soins à temps et meurt, et un tiers reste handicapé. C'est là qu'interviennent Nikolay et de ses deux Snake man, qui entendent éradiquer ce problème.

Donc que faire en cas de morsure ? Tout d'abord pour recevoir les premiers soins, appelez immédiatement le 034 934 331. Ensuite la première règle, ne pas paniquer, très drôle ! Mais vital, car cela accélère le rythme cardiaque et donc la pression sanguine et laisse le venin se propager plus rapidement. On peut tenter de se rassurer en se disant que 70% des morsures sont faites par des serpents non venimeux. Pas sûr que cela marche, mais on peut toujours essayer. Il faut ensuite identifier le serpent : sa couleur, sa taille, la forme de sa tête et son comportement. Toute information est importante afin de déterminer quel anti-venin est adapté. Si la morsure est sur la main ou sur le bras, il faut le placer en écharpe ou trouver un bout de tissu pour soutenir le bras. Si c'est à la jambe, il faut essayer de faire une attelle pour soutenir la jambe et le bandage ensemble. Le tout en faisant bien attention de ne pas trop serrer pour éviter de créer une pression supplémentaire, le but étant simplement d'immobiliser. Les langues de vipères vous conseilleront de laver la plaie avec des remèdes à base de plantes ou d'aspirer le venin avec la bouche, mais les professionnels de la Snake house déconseillent ces pratiques. La seule chose à faire est de rester le plus immobile possible.

Python blanc à la Snake House (LePetitJournal.com Cambodge)La Snake House est le seul établissement spécialisé du pays

Une fois arrivé à la clinique de Sihanoukville, l'équipe de Nikolay vous prend en charge et décide quel anti-venin est adapté. La recherche pour les antidotes est là encore une initiative de Nikolay qui, grâce à ses compétences de biologiste, fait ses propres recherches afin de trouver la combinaison miracle, il dispose déjà d'un anti-venin pour chacune des huit espèces mortelles du Cambodge. Mais ce n'est pas une science exacte, la survie ne dépend pas que de l'anti-venin, mais aussi de la condition physique de la victime et de la rapidité de la prise en charge. C'est là le principal problème du Cambodge, la Snake house étant le seul établissement du pays à prendre soin et des serpents et des personnes mordues...

Mais hélas pour eux, les serpents sont beaucoup chassés pour leur peau et pour nourrir les fermes de crocodiles devenues légion sur les bords du grand lac intérieur. Chaque année, on compte environ sept millions de serpents tués. Certains parlent de catastrophe écologique.

Et pour avaler la couleuvre, rappelez vous que dans la culture cambodgienne, le serpent est porteur d'une grande fortune, vous n'aurez pas tout perdu !

Marine Le Ray (www.lepetitjournal.com/cambodge.html) lundi 26 juillet 2010


Equipe de Hand of Help (Hand of Help)Hand of Help Organization
034 934 331
E-mail : info@ngo-handofhelp.org
Website: www.ngo-handofhelp.org

Relire notre article du 23 juillet 2010 -  Independence Hôtel : un paradis perché à Sihanoukville
Relire notre article du 24 juin 2010 - Une solution originale pour combattre la pêche illégale ?
Relire notre article du 22 janvier 2010 - TEN103, une guesthouse dans les arbres

0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Cambodge !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

Raphael Ferry

Rédacteur en chef de l'édition Cambodge.

À lire sur votre édition locale