Vendredi 30 octobre 2020

Le Cambodge interdit aux lignes aériennes de transporter Sam Rainsy

Par Lepetitjournal Cambodge | Publié le 03/11/2019 à 20:00 | Mis à jour le 03/11/2019 à 20:00
Photo : Un avion sur la piste de l'aéroport de Siem Reap. Crédits : Dennis Jarvis / Flickr Creative Commons
cambodge sam rainsy vol

L’autorité de l’avion civile cambodgienne a émis une directive interdisant aux compagnies d’aviation commerciales qui desservent le royaume d’embarquer à leur bord l’opposant Sam Rainsy. Le président par intérim du CNRP a promis de revenir au Cambodge le 9 novembre.

Le secrétariat d’Etat de l’aviation civile cambodgienne a indiqué vendredi 1er novembre à Radio Free Asia que l’interdiction concernait aussi sept responsables du parti d’opposition ainsi que sa femme, qui sont aussi accusé de préparer un coup d’Etat au Cambodge. Les autorités cambodgiennes ont souligné que toute compagnie qui laisserait Sam Rainsy monter dans un avion seraient considérées comme complices de l’opposant, et ferait faces à des « graves conséquences ».

Les autorités thaïlandaises ont refusé de délivrer un visa d’entrée à Mu Sochua, la vice-présidente du CNRP, le 20 octobre, alors qu’elle venait d’effectuer un vol entre la Malaisie et la Thaïlande La vice-présidente du CNRP a alors pris un avion pour retourner à Kuala Lumpur.

Le premier ministre Hun Sen a annoncé jeudi 12 septembre que le Cambodge avait décidé d’envoyer des mandats d’arrêt ciblant Sam Rainsy aux dix Etats-membres de l’ASEAN. 

Au moins 30 arrestations de membres du CNRP ont eu lieu au Cambodge depuis la mi-août, lorsque l’opposant Sam Rainsy a annoncé son retour au Cambodge le 9 novembre pour restaurer la démocratie au Cambodge, après l’arrestation du président du CNRP Kem Sokha en septembre 2017 pour trahison et la dissolution du parti deux mois plus tard.

Président par intérim du CNRP, Sam Rainsy vit à Paris depuis 2015. L’opposant, qui détient la nationalité française, fait l’objet de multiples condamnations et plaintes déposées par le gouvernement du premier ministre Hun Sen, qui a déclaré qu’il serait immédiatement arrêté s’il se rendait au Cambodge.

Nous vous recommandons

6 Commentaire (s)Réagir
Commentaire avatar

tigerZ mar 26/11/2019 - 03:38

Tout les pays asiatiques veulent que hun sen reste au pouvoir….comme cela ils peuvent siphonner le Cambodge a leur guise ce qu'il ne pourrait pas faire avec Sam Rainsy.

Répondre
Commentaire avatar

Vivelevélo mer 06/11/2019 - 07:42

Mais où est la démocratie dans tout ça... ?

Répondre
Commentaire avatar

Dara mar 05/11/2019 - 07:54

L'homme fort du pays est en fait un lâche

Répondre
Commentaire avatar

marie-france jeu 07/11/2019 - 10:04

Oui c'est exactement cela.Hunter s'en est un lâche.Vive le Cambodge libéré par Sam Rainsy

Répondre
Commentaire avatar

Anuman mer 06/11/2019 - 10:54

Merci ! C'est une évidence… Mais que faire aujourd'hui contre le pouvoir de l'argent ? Ce sera forcément violent et donc non souhaitable ? Ou peut être si ?

Répondre
Voir plus de réactions

Actualités

Phnom Penh : le sentiment d’insécurité se développe

Le Cambodge est un pays plutôt sûre. Pourtant , ces derniers temps, un sentiment d’insécurité plane sur la capitale sans que des données chiffrées n’aient été établies.

Expat Mag

Un garde du consulat de France à Djeddah attaqué au couteau

A Djeddah, en Arabie Saoudite, un garde du consulat de France a été blessé par un assaillant. Selon la télévision saoudienne, l’agresseur saoudien a été interpellé.