Vendredi 22 novembre 2019
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

Des paysans cambodgiens témoignent en France contre le groupe Bolloré

Par Pierre Motin | Publié le 02/10/2019 à 13:47 | Mis à jour le 02/10/2019 à 14:20
Photo : Les forêts ancestrales des bunongs ont été rasées pour créer des plantations d'hévéas. Crédits : FIDH
bunong cambodge bolloré procès

Plusieurs membres de l’ethnie bunong étaient entendus le 1er octobre par la justice française pour  témoigner contre des entreprises liées au groupe Bolloré accusées d’ accaparement de terres.

Une dizaine de membres de l’ethnie bunong ont témoigné mardi 1er octobre devant le tribunal de grande instance de Nanterre dans le cadre d’un procès intenté au groupe Bolloré, à sa filiale Compagnie du Cambodge et à la Socfin-KCD.

Les 80 plaignants du village de Busra, dans la province du Mondulkiri, accusent ces entreprises de s’être rendues coupable d’accaparement de terres en 2007 pour développer des plantations d’hévéa , bouleversant le mode de vie des Bunongs basé sur la sacralisation de leurs forêts, une agriculture itinérante et la collecte des produits de la forêt.

Représentés par leur avocat Fiodor Rilov, ces membres de l’ethnie bunong ont décidé à l’été 2015 d’assigner la filiale du groupe Bolloré auprès de la justice française pour demander la restitution de leurs terres ainsi que des dommages et intérêts. La plainte vise le groupe Bolloré ainsi que sa filiale Compagnie du Cambodge et la Socfin-KCD, une société de droit cambodgien, pour avoir obtenu une concession sans concertation avec la minorité bunong et de façon illégale.

Le groupe Bolloré, qui est le premier actionnaire de la Socfin-KCD avec 39% de son capital, nie toute responsabilité. Or, l’audience du 1er octobre avait justement pour objectif d’apporter la preuve que le groupe était à la base des activités de la Socfin en demandant la communication de plusieurs documents. Terres Rouges Consultant, une société liquidée en 2012 et domiciliée dans la tour Bolloré, gérait directement les plantations d’hévéas d’après l’avocat des plaignants.

La défense demande aux plaignants cambodgiens de fournir des documents prouvant qu’ils disposent du droit de propriété ou de jouissance des terres qu’ils disent avoir perdues. Cependant, de nombreux Cambodgiens occupent des terres depuis des décennies sans posséder de titres de propriété formels, un phénomène qui touche d’autant plus les minorités ethniques.

Massifs au Cambodge, les accaparements de terres ont touché des centaines de milliers de Cambodgiens depuis 2010 selon la Fédération internationale des ligues des droits de l’homme (FIDH), qui avait publié dès 2011 un rapport sur les violations des droits de l’homme liées aux plantations d’hévéas de la Socfin-KCD

La décision de justice est attendue le 8 novembre dans cette affaire.

 

Tant que vous êtes ici, nous avons un petit mot à vous dire. Lepetitjournal.com Cambodge est un média indépendant qui a fait le choix de laisser ses articles en ligne et accessibles à tous. Face au phénomène de baisse des recettes publicitaires qui touche l'ensemble des médias, nous avons besoin de votre soutien.

Si notre travail vous satisfait, vous pouvez désormais nous soutenir via notre compte Tipeee, une plateforme de dons en ligne. Chacune de vos contributions, grande ou petite, nous est précieuse et participera directement à la vie de Lepetitjournal.com Cambodge. Merci !

Nous vous recommandons

6 Commentaire (s)Réagir
Commentaire avatar

Zabee jeu 03/10/2019 - 07:41

Horrible et une fois de + ou comment faire passer des droits légitimes pour des requêtes sans aucune chance d'aboutir.... Écœurée ! Isabelle (qui se demande si une fois ses commentaires seront publiés)

Répondre
Commentaire avatar

Romel jeu 03/10/2019 - 06:59

Votre site "réagir" ne fonctionne pas. 2 messages envoyés et "erreur" donnée en réception.

Répondre
Commentaire avatar

Manu. H. lun 07/10/2019 - 21:59

Ah oui, c'est vrai : business is business, comme vous dîtes... Eh bien non, aujourd'hui les entreprises lucratives doivent intégrer les aspects environnementaux et sociaux dans leur business plan. Ici, il semble que ce ne soit pas le cas : la justice française en jugera (autant que faire se peut).

Répondre
Commentaire avatar

Romel jeu 03/10/2019 - 06:58

En dehors de quelques portraits bien brossés, de reportages sur des lieux du Cambodge, vos articles ne méritent pas l'aide que vous demandez. Votre dossier "Bolloré vs Bunong" est inacceptable. Depuis des jours tout est dans les médias. Vous n'ajoutez ni analyse originale ni informations nouvelles. Vous n'avez pas interrogé les personnes fondatrices de cette exploitation, vous n'informez pas non plus sur le travail de l'ambassade qui a aidé notamment au choix du partenaire de Bolloré.

Répondre
Commentaire avatar

Zabee ven 04/10/2019 - 10:02

lOl quand on a pas d'arguments valables on s'attaque au messager.

Répondre
Voir plus de réactions

Expat Mag

Hambourg Appercu
HISTOIRE

Les villes hanséatiques : un incontournable de l'histoire allemande

À la fois vestiges historiques et réalités politiques, les villes hanséatiques comme Hambourg et Brême sont une spécificité unique au monde. Des précisions pour comprendre leur nature et fonction.