Dimanche 31 mai 2020
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

Coronavirus : un paquebot errant autorisé à accoster au Cambodge

Par Lepetitjournal Cambodge | Publié le 13/02/2020 à 11:58 | Mis à jour le 13/02/2020 à 12:40
Photo : Le MS Westerdam au large de Sihanoukville.
westerdam cambodge coronavirus paquebot

Après une errance de 10 jours dans les mers de la région en raison des craintes liées au coronavirus, le navire de croisière MS Westerdam mouille depuis mercredi 12 février dans le port de Sihanoukville.

Le paquebot de croisière MS Westerdam a accosté jeudi 13 février dans le port cambodgien de Sihanoukville après une errance d'une dizaine de jours dans les mers de la région. Les autorités du Japon, de Taïwan, de l’île américaine de Guam, des Philippines et de la Thaïlande ont refusé d’accueillir sur leur territoire les passagers du navire, de peur que des passagers soient infectés par le coronavirus Covid-19. Parti de Singapour mi-janvier, le paquebot a réalisé sa dernière escale le 1er février à Hong Kong.

« Il s'agit d'un acte humanitaire, a déclaré le premier ministre Hun Sen mercredi soir. Il démontre l’engagement du Cambodge pour les peuples du monde sans discrimination raciale. La véritable maladie est la peur, pas le coronavirus. » 

Une équipe de l’ambassade de France au Cambodge, menée par l’ambassadrice Eva Nguyen Binh, est arrivée jeudi 13 février dans la matinée à Sihanoukville pour assister les autorités cambodgiennes et les trois Français, cinq Italiens, sept Espagnols et trois Luxembourgeois présents à bord du navire, et dont l’ambassade de France a la charge. Le navire compte environ 2200 passagers et membres d’équipage. D’après l’armateur du navire Holland America, les passagers ont été soumis à des examens médicaux réguliers durant leur voyage.

Jeudi après-midi, des échantillons prélevés sur une vingtaine de passagers du MS Westerdam ont été envoyés par hélicoptère à  l’institut Pasteur du Cambodge afin de réaliser des tests et déterminer s’ils étaient infectés. Des bus étaient présents sur le port de la cité côtière pour amener directement les passagers à l’aéroport de Sihanoukville vendredi 15 février si les tests se révèlent négatifs. Les passagers rejoindront par la suite l’aéroport de Phnom Penh et s’envoleront pour leurs pays respectifs.

Des représentants de la police aux frontières cambodgienne et des personnels de santé se sont rendus sur le paquebot pour réaliser les formalités administratives en vue de l’obtention des visas pour les passagers et mener des contrôles médicaux.

Sur le paquebot Diamond Princess, mis en quarantaine au large du Japon, plus de 200 cas de coronavirus ont été confirmés sur 3700 passagers, nourrissant les craintes d’une propagation de l’épidémie par l’intermédiaire des bateaux de croisière.

Le premier malade du coronavirus au Cambodge a pu quitter l’hôpital

Le 25 janvier, les autorités cambodgiennes annonçaient le premier cas de coronavirus sur le territoire. Le sexagénaire chinois et sa famille, venus fêter le nouvel an lunaire à Sihanoukville, ont été maintenus en quarantaine dans l’hôpital de la province pour le malade et dans leur hôtel pour le reste de la famille qui ne présentait pas de symptôme. La mesure de quarantaine a été levée lundi pour toute la famille. Le patient est totalement rétabli et peut de nouveau circuler librement.

Pour l’instant aucun autre cas n’a été détecté au Cambodge. Les contrôles continuent aux frontières ainsi que dans les aéroports internationaux de Phnom Penh, Siem Reap et Sihanoukville.

Le 12 février, 60 564 cas confirmés de coronavirus étaient signalés dans le monde selon les chiffres de l’OMS. La Chine recense à elle seule 60 000 personnes infectées confirmées et déplore 1357 décès. Hors Chine, 25 pays ont signalé des cas de coronavirus. Le nombre d’infections a augmenté de manière significative après que les autorités chinoises ont modifié leur méthode de diagnostic. La région du Hubei, épicentre de l’épidémie a recensé 14 840 cas et 242 morts contre 3000 cas la veille avec l’ancienne méthode.

Pierre Motin, Virginie Vallée

 

Tant que vous êtes ici, nous avons un petit mot à vous dire. Lepetitjournal.com Cambodge est un média indépendant qui a fait le choix de laisser ses articles en ligne et accessibles à tous. Face au phénomène de baisse des recettes publicitaires qui touche l'ensemble des médias, nous avons besoin de votre soutien.

Si notre travail vous satisfait, vous pouvez désormais nous soutenir via notre compte Tipeee, une plateforme de dons en ligne. Chacune de vos contributions, grande ou petite, nous est précieuse et participera directement à la vie de Lepetitjournal.com Cambodge. Merci !

Nous vous recommandons

0 Commentaire (s)Réagir

Que faire au Cambodge ?

BONNES ADRESSES

The Bookish Bazaar, le café-librairie de Kampot

Le Bookish Bazaar est à la fois un café, une librairie, une boutique de souvenirs, une galerie et une salle de jeux. Il s’agit d’un lieu atypique où l’on respire l’atmosphère de Kampot.

Expat Mag

Lima Appercu

Pourquoi le confinement ne fonctionne pas au Pérou ?

Le Pérou est le premier pays en Amérique latine à avoir décrété l’état d’urgence (16 mars), mais il est malgré tout devenu le deuxième pays le plus touché par l’épidémie du Covid-19, après le Brésil.