Mardi 19 juin 2018
Bucarest
Bucarest
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

COMMUNAUTE - 9 raisons pour venir vivre en Roumanie ?

Par Grégory Rateau | Publié le 24/04/2018 à 00:00 | Mis à jour le 29/05/2018 à 07:31
expatriation Roumanie

LePetitJournal.com de Bucarest a très à cœur dans ses nombreuses rubriques de répondre à cette question : pourquoi venir vivre en Roumanie? Notre rédaction a voulu synthétiser les points importants à prendre en compte pour se décider à tenter cette aventure roumaine. Le seul risque? Vous n’aurez jamais plus envie de rentrer chez vous.

 

 

1) Ses paysages à couper le souffle

Connaissez-vous beaucoup d’endroits qui vous donnent la possibilité de vivre en ville et de vous rendre le week-end à la mer, à la campagne ou à la montagne ? Et bien ici c’est possible, vous pouvez habiter dans la capitale et, comme de nombreux Roumains, vous faire des escapades à seulement quelques heures: randonnées sur les hauteurs, aller manger du poisson au bord de la mer noire ou vous faire une petite balade dans les champs pour pique-niquer à l'orée d'un bois. Vous pourrez même rejoindre la Bulgarie pour profiter de ses côtes qui n’ont rien à envier au Portugal ou à la Grèce qui, somme toute, n’est pas très loin non plus (Voir nos «Escapades» et notre «Roumanie en images»). Lorsque vous vous baladerez dans ses parcs ou ses jardins, vous aurez déjà cette délicieuse impression que la nature reprend ses droits pour vous offrir une bouffée d’air frais entre les reflux des pots d’échappements.

danube

beauté-roumanie

 

2) Le sens de l’accueil et l’amitié franco-roumaine

L'histoire d'amitié entre la France et la Roumanie remonte à la naissance de l'état roumain, et cette amitié ne s’est pas tarie depuis, bien au contraire, la saison France-Roumanie qui se prépare pour 2019 en est la preuve, renforçant ainsi les liens diplomatiques de nos deux pays. Cette entente passe par l’art de la table d’abord, où les uns et les autres se battent pour déterminer qui des deux peuples est le plus jouisseur, mais il y a aussi la culture, la littérature, le cinéma, l’histoire, la mode et les mariages franco-roumains qui, eux aussi, ne manquent pas de piment (Voir notre chronique «Couples franco-roumains»). De grands noms de la littérature ont trouvé la gloire dans nos contrées et les Français sont toujours très sensibles à ce pays aux multiples contrastes, qui leur rappelle la France "du bon vieux temps". Lorsque vous prendrez la route, vous trouverez toujours une table de mise chez l’habitant pour vous accueillir et un verre de țuica pour délier les langues, même les plus francisées.

accueil des roumains

 

3) Aux portes de l’Orient et de l’Occident

Lorsque vous bourlinguerez un peu en Roumanie, vous constaterez les multiples influences de son architecture: hongroises, saxonnes, françaises...ou encore une gastronomie à la croisée de l’Orient et de l’Occident avec ses fameux sarmale ou ses salate de vinete inspirés de plats turcs. Dépaysement garanti, dans un pays encore sauvage, loin du tourisme de masse et encore très fier de son folklore traditionnel qui varie en fonction de ses régions. Ce qui est vraiment important à noter, c'est qu'ici, vous aurez la possibilité de sortir des chemins balisés, et retrouver un vent de liberté qui vous rappellera un peu de votre enfance. 

xxx

sarmale

 

4) Les traditions

La Roumanie a su conserver ses coutumes et ses traditions. Il suffit de vous rendre dans une église de campagne à Pâques pour vous en rendre compte, de manger avec les Roumains lors de leurs nombreuses fêtes traditionnelles pour marquer les différentes saisons (Voir notre chronique "Hors piste avec Grégory Rateau"). De l’autre côté de la Roumanie, dans le Maramureș, vous aurez l’impression de remonter le temps, les machines du monde moderne n’ayant pas encore envahi l’espace agricole, les artisans travaillant à l'ancienne, avec des outils centenaires et avec parfois des blouses blanches et des chapeaux fait mains. Les jeunes et les moins jeunes participent tous ensemble à de grands spectacles de danse où chacun met en avant les couleurs et les savoir-faire de sa région.

traditions

tradition

 

5) Son climat

La Roumanie n’est certes pas l’Espagne ou encore le Portugal mais, passé un hiver plutôt court et parfois rude, les beaux jours peuvent durer d’avril à la fin octobre sans problème et en continu. La différence entre Bucarest et d’autres capitales européennes ? La lumière. Ici la grisaille on ne connaît pas, dès l’arrivée du printemps, il n’est pas rare de voir plusieurs semaines s’écouler sans un seul nuage à l’horizon. Et dans ces périodes-là, je peux vous dire que les Roumains sont de sortie du lundi au dimanche non-stop, il faut même jouer du coude pour trouver une terrasse de libre, mais une chose est sûre, chaque soirée sera pour vous une fête.

terrasse verona gradina

 

6) La sécurité

Le soir, vous pouvez sortir tranquilles, sans risquer le moins du monde pour votre sécurité (cela paraît évident et pourtant ce n'est plus le cas dans la plupart des capitales européennes). Pour ceux d'entre vous portés sur la bastonnade après seulement quelques verres, vous rencontrerez des hurlements sur votre chemin certes, mais vous aurez peu de chance de tomber sur des poings inamicaux pour vous fracasser le crâne. En bons latins qui se respectent, plus de gueule que de…

xxxx

 

7) La douceur de vivre

Les Roumains sortent beaucoup, il y a de nombreuses terrasses au printemps, des barbecues improvisés sur les bords de route ou dans les auberges, de vieilles maisons aux jardins cachés pour vous prélasser en soirée et boire entre amis (Voir nos «Bucarest de poche»). Ils ne sont pas réglés comme des horloges, ce qui les différencie clairement des Français et les rapprocherait plus en cela des Orientaux. Vous mangerez également quand vous voudrez, et vous n’attendrez pas le week-end pour sortir boire une multitude de bières, seul le présent vous préoccupera et encore, vous serez trop occupé à le vivre. Un bon remède donc pour les gens stressés.

terrassa

 

 

8) Les langues latines

Les Français sont nuls en langues c’est de notoriété publique alors évitons toute polémique sur le sujet. Vous en avez de la chance, c’est ce que je me répète chaque matin, car ici le français y est encore beaucoup parlé. De plus, le roumain est une langue latine, ce qui en facilite la compréhension et l’accès pour échanger et se faire comprendre au quotidien. Un enseignement plus spécifique devra être envisagé pour en maîtriser ses finesses mais la barrière de la langue ne sera pas un problème insoluble dés votre arrivée, comme cela peut être le cas dans plein d’autres pays (Voir notre chronique "Cours de roumain").

xxxx

 

9) Ici tout reste à faire

Pour ceux qui ont un côté aventureux, la Roumanie est un pays en pleine mutation, il y a donc des défis à relever et dans de nombreux domaines. Si vous avez des idées, de la patience et l’envie de prendre des risques pour tenter les choses autrement, la Roumanie peut vous offrir la liberté que vous n’avez pas forcément trouvée ailleurs. Je ne dis pas que les choses seront simples mais à la différence de beaucoup d’endroits déjà largement balisés, la nouveauté a encore une place. Le pays idéal donc, pour vous réinventer car il n’y a pas d’âge pour cela (Voir notre chronique "Franco-Roumanie").

xxxx

 

 

grégory rateau

Grégory Rateau

Rédacteur en chef du site lepetitjournal.com/Bucarest, chroniqueur à Radio Roumanie Internationale et écrivain
6 CommentairesRéagir
Commentaire avatar

COLLEXCIO mar 08/05/2018 - 08:06

La Roumanie est une petite France au niveau culturel, traditions et géographique elle ne sait pas suffisamment faire valoir sa richesse culturelle et touristique , elle reste encore trop fermée sur elle même Certes les grands groupes banques et commerces de haute distribution alimentaire et autres occidentales sont venus envahir le pays mais " qui ne dit mot consent " n est il pas ? il est plus important de faire du business que de garder sa liberté ! en 2007 en touriste vous vaquiez pres d un carrefour et il était rare qu un citoyen lambda sorte de l hypermarché avec autre chose qu un pack d eau minérale et quelques babioles ailmentaires de base et souvent à pied voire en bus de la ville ! aujourdhui rare sont les piétons et trés souvent les voitures rutilantes qui feraient rêver un citoyen français lamba , ceci sans commune mesure avec un salaire et un pouvoir d achat ! les roumains consomment à outrance pour rejoindre le club trés ouvert occidental ! est ce une bonne chose ? n y a t il pas ici une destruction quasi permanente de son particularisme aux portes de l occident et de l orient ? ne parlons pas des politiques qui oeuvrent comme chef d orchestre là où il y a du blé à lever ! la corruption est un sport national , combien de fois ne me suis je pas fait proposer du charbon? du bois du sable ou du gravier ou même de l essence par des locaux ! cela dit comme en France vous avez l accueil qui est à géométrie variable selon les régions comme la mentalité d ailleurs ! il semblerait qu au nord du pays et plus on se rapproche des contrées frontalières , l accueil et la " discipline citoyenne est présente et beaucoup moins au sud vers les contrées maritimes .... alors encore trop souvent le pays est contrasté et le mal sil y a ne vient pas touours de l extérieur mais souvent le venin est encore inoculé de l intérieur ! en conclusion un article qui fait et qui se fait plaisir pas assez libéré teinté de néo colionalisme certain et coloré d une certaine candicité !

Répondre
Commentaire avatar

COLLEXCIO mar 08/05/2018 - 08:04

La Roumanie est une petite France au niveau culturel, traditions et géographique elle ne sait pas suffisamment faire valoir sa richesse culturelle et touristique , elle reste encore trop fermée sur elle même Certes les grands groupes banques et commerces de haute distribution alimentaire et autres occidentales sont venus envahir le pays mais " qui ne dit mot consent " n est il pas ? il est plus important de faire du business que de garder sa liberté ! en 2007 en touriste vous vaquiez pres d un carrefour et il était rare qu un citoyen lambda sorte de l hypermarché avec autre chose qu un pack d eau minérale et quelques babioles ailmentaires de base et souvent à pied voire en bus de la ville ! aujourdhui rare sont les piétons et trés souvent les voitures rutilantes qui feraient rêver un citoyen français lamba , ceci sans commune mesure avec un salaire et un pouvoir d achat ! les roumains consomment à outrance pour rejoindre le club trés ouvert occidental ! est ce une bonne chose ? n y a t il pas ici une destruction quasi permanente de son particularisme aux portes de l occident et de l orient ? ne parlons pas des politiques qui oeuvrent comme chef d orchestre là où il y a du blé à lever ! la corruption est un sport national , combien de fois ne me suis je pas fait proposer du charbon? du bois du sable ou du gravier ou même de l essence par des locaux ! cela dit comme en France vous avez l accueil qui est à géométrie variable selon les régions comme la mentalité d ailleurs ! il semblerait qu au nord du pays et plus on se rapproche des contrées frontalières , l accueil et la " discipline citoyenne est présente et beaucoup moins au sud vers les contrées maritimes .... alors encore trop souvent le pays est contrasté et le mal sil y a ne vient pas touours de l extérieur mais souvent le venin est encore inoculé de l intérieur ! en conclusion un article qui fait et qui se fait plaisir pas assez libéré teinté de néo colionalisme certain et coloré d une certaine candicité !

Répondre
Commentaire avatar

Noel jeu 26/04/2018 - 08:47

Bonjour Hb, Je suis d'accord avec vous sur l'attitude de grands groupes financiers et d'entreprises qui cherchent à voler tous les biens des Roumains, le bois, l'or et tant d'autres richesses. Mais ce n'est pas une raison pour attaquer l'article de G. Rateau qui met en valeur des aspects positifs du pays qui sont bien plus nombreux qu'on tend à le faire penser dans d'autres pays. Bonne journée.

Répondre
Commentaire avatar

Hb dim 29/04/2018 - 08:20

Bonjour, Si, car cet article, espérons à l'insu de son auteur, flirte avec ce mélange de néo colonialisme couleur carte postale et de cynisme économique "tout est à construire" = "pas de limites si on veut faire du business". C'est un pays que j'aime beaucoup mais certainement pas pour ses "opportunités économiques"car les Roumains sont quasiment maintenus en esclavage et pas que par les grandes multinationales. C'est un terrain de jeu fertile pour le néo libéralisme mais aussi pour les petits entrepreneurs occidentaux qui sont contents de pouvoir se faire des ronds en graissant quelques pattes. Je vous réponds sans relire l'article mais de mémoire on lit des énormités genre n'importe qui vous invite c'est totalement faux. Il y a beaucoup de corruption et de violence sociale et au travail. Souvent les immigrés occidentaux se parquent dans les ghettos pour riches du sector 1 et ne voient pas la réalité sociale en sachant que Bucarest est un microcosme. Moi aussi j'aime le Danube, les Carpates, la țuică et les mici faits au grătar mais essayons de ne pas s'y limiter.

Répondre
Commentaire avatar

Hb mer 25/04/2018 - 07:55

Et votre point 9 pue l'attitude "expat" de spoliation économique justifiée vicieusement la bouche en cœur avec l'argument pseudo-humanitaire. Il n'y a pas de quoi être fier. Et ma femme roumaine le pense aussi !

Répondre
Voir plus de réactions

Que faire à Bucarest ?

ESCAPADES - 3 endroits à découvrir dans le dép. de Harghita (1)

Situé dans le centre de la Roumanie, à l’est de la Transylvanie, le département de Harghita, habité majoritairement par des Hongrois, a de nombreux trésors qui méritent d’être découverts. Notre rédact