Édition internationale
Radio les français dans le monde
--:--
--:--
  • 1
  • 0

Rapport du WWF: des milliards de subventions européennes dans des activités nuisibles

Un nouveau rapport du WWF révèle que les États membres de l'UE consacrent chaque année des dizaines de milliards d'euros de subventions européennes à des activités nuisibles à la nature. Même si ces subventions préjudiciables couvrent tous les principaux secteurs de l’économie, la majeure partie d’entre elles proviennent de l’agriculture.

pexels-andrei-prodan-10235249-6216092pexels-andrei-prodan-10235249-6216092
Source de Romania Journal.ro
Écrit par Lepetitjournal Bucarest
Publié le 15 mai 2024, mis à jour le 15 mai 2024

Selon le rapport du WWF, entre 34 et 48 milliards d'euros de subventions européennes sont alloués chaque année par les États membres à des activités préjudiciables à la biodiversité.

Alors que les citoyens sont aux prises avec la crise du coût de la vie, les gouvernements nationaux allouent l’argent des contribuables, sous la forme de subventions européennes, à des projets qui nuisent à la nature. Cela exacerbe la perte de biodiversité, augmentant la vulnérabilité de l’Europe aux sécheresses, aux inondations et aux vagues de chaleur, ce qui a un impact négatif sur l’économie. Ces subventions, appelées « subventions nuisibles à la biodiversité » (BHS), nuisent directement ou indirectement à la nature, entravant les progrès de l’UE vers ses objectifs en matière de biodiversité et sapant ses efforts de conservation.

 

« La plupart des subventions européennes qui nuisent à la biodiversité proviennent de la politique agricole commune (PAC) et de la manière dont les États membres utilisent ces fonds. Cela est dû en partie au montant considérable des fonds de l'UE orientés vers l'agriculture mais d’autres fonds, notamment destinés à la foresterie, à la pêche, aux transports et aux infrastructures hydrauliques, encouragent également la protection de la nature. Des recherches supplémentaires sont nécessaires pour établir des chiffres plus précis, car pour certains secteurs, les données à jour font défaut », déclare le WWF.

« Non seulement les gouvernements dépensent des milliards d’argent des contribuables pour endommager la nature, mais ils sapent également les efforts de l’UE pour la protéger et la restaurer, conformément à ses objectifs déclarés et à ses engagements internationaux. Réorienter ces subventions pourrait facilement combler le déficit de financement nécessaire pour atteindre les objectifs de l’UE en matière de biodiversité », déclare Ester Asin, directrice du bureau politique européen du WWF.

Le cas de la Roumanie – des subventions néfastes dans le delta du Danube

Le rapport illustre les résultats des subventions agricoles accordées dans le delta du Danube, qui nuisent à la fois à la nature et à l'avenir des communautés qui y vivent. La construction de barrages sur le Delta dans le passé, pour faire place à des zones agricoles, est le point de départ qui a conduit à la situation actuelle, où la fertilité des sols a diminué, les populations de poissons ont diminué et les moyens de subsistance traditionnels ont fini par être menacés.

 

« Au cœur de la Roumanie se trouve un trésor naturel : le majestueux delta du Danube. Reconnue réserve de biosphère par l'UNESCO depuis 1998, cette immense zone humide est un sanctuaire pour de nombreuses espèces d'oiseaux et de poissons, bénéficiant d'une biodiversité sans pareille en Europe. Le Delta sert également de bouée de sauvetage cruciale, purifiant l’eau et soutenant les communautés locales pendant des générations. Pourtant, ce havre n’échappe pas aux outrages du temps. Durant l’ère communiste, de vastes projets agricoles ont remodelé le paysage, drainant les zones humides et les transformant en terres agricoles. Cette transformation a ensuite été consolidée par la législation interdisant la conversion des terres agricoles à d'autres usages, ainsi que par le système de subventions introduit lors de l'adhésion de la Roumanie à l'UE en 2007. Au fil des années, le delta du Danube a subi la perte de milliers d'hectares au profit de l'agriculture, entraînant une cascade de conséquences environnementales et socio-économiques. La fertilité des sols a diminué, les populations de poissons ont diminué et les modes de vie traditionnels ont été menacés », souligne le rapport.

Le WWF affirme que cinq zones agricoles couvrent actuellement près de 40 000 hectares de terres dans le delta. « Bien que gérées par les conseils locaux, ces terres sont souvent louées à des entreprises privées pour une durée pouvant aller jusqu'à 30 ans. Ces entreprises réalisent d’énormes profits, mais une petite partie de cette richesse parvient aux communautés locales. Par exemple, à Carasuhat, les entreprises agricoles gagnent plus de 1,8 million d’euros par an mais les redevances versées au conseil local s’élèvent à environ 80 000 euros. ».

Le WWF affirme que les dégâts causés par la conversion du delta à l'agriculture sont également exacerbés par une allocation négligente des subventions européennes par le gouvernement roumain. « Un programme de subventions, DR-115, prévoit des paiements basés sur la superficie des terres, ce qui favorise les grandes exploitations et l'agriculture intensive, plutôt que de promouvoir la durabilité et la conservation. D'autres subventions favorisent l'expansion, le gouvernement roumain prévoyant d'accorder 4,5 millions d'euros de subventions européennes aux agriculteurs pour transformer 36 000 hectares de roseaux en terres agricoles en 2023. C'est un désastre pour les communautés locales du delta, qui y sont fortement favorables (83% contre 97) de retour des terres agricoles à leur état naturel de zone humide, selon les enquêtes. »

Le rapport met en garde contre le risque de désertification dans le delta du Danube dans les années 2071-2100 par rapport à la période 1981-2010. « L’approche agricole actuelle, qui repose largement sur des subventions néfastes, va aggraver le changement climatique, creuser les écarts sociaux et alimenter l’expropriation des terres. Pour protéger cet écosystème unique et les communautés locales, l’argent des contribuables ne devrait plus financer d’autres initiatives destructrices. »

 

source : Romania Journal.ro

Flash infos

    Pensez aussi à découvrir nos autres éditions

    © lepetitjournal.com 2024