Plan de résilience de la Roumanie : la CE financera la plupart des projets proposés

Par Lepetitjournal Bucarest | Publié le 01/06/2021 à 00:00 | Mis à jour le 01/06/2021 à 00:00
Photo : Gov.ro
ludovic orban présente le plan de résilience de la Roumanie

Le Plan national de relance et de résilience (PNRR) ne sera pas accepté à 100% comme le souhaitait le gouvernement, la Commission européenne ayant eu plusieurs objections, mais la plupart des projets proposés seront financés, a indiqué le président du Parti national libéral (PNL), Ludovic Orban.

 

Le gouvernement roumain soumettra le PNRR le 31 mai et seuls des amendements marginaux, à la demande de la Commission européenne, pourront être opérés par la suite.

"Bien sûr, le plan national de relance et de résilience ne sera pas à 100 % comme nous le souhaitions. La Commission européenne, par exemple, a eu des objections sur le dossier de l'irrigation, sur le mécanisme de soutien aux entreprises et a toujours des objections, mais la plupart des projets et propositions que nous avons inclus dans le PNRR seront financés. Nous disposerons de ressources financières européennes que nous utiliserons pour développer la Roumanie », a déclaré Orban lors d'une conférence de presse (Agerpres).

Concernant le soutien du PNRR à tous les partis politiques, le leader du PNL considère que le gouvernement n'a pas nécessairement à obtenir l'accord des sociaux-démocrates (PSD) d'opposition, qui avaient à leur disposition deux séances de concertation au cours desquelles ils pouvaient présenter leurs propositions.

 

 

 

 

 

source

Sur le même sujet
lepetitjournal.com bucarest

Lepetitjournal Bucarest

Lepetitjournal.com de Bucarest est un quotidien comprenant une newsletter et un site Internet. Il informe notamment sur l'actualité roumaine.
0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Bucarest !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

Grégory Rateau

Rédacteur en chef de l'édition Bucarest.

À lire sur votre édition locale
À lire sur votre édition internationale