Jeudi 19 juillet 2018
Bucarest
Bucarest
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

Iohannis explique sa décision de faire renvoyer Laura Kovesi

Par Grégory Rateau | Publié le 13/07/2018 à 00:00 | Mis à jour le 13/07/2018 à 08:09
Photo : (photo source: Presidency.ro)
Klaus-Iohannis-at-NATO-summit-in-Brussels-July-2018-Presidency.ro_

Le président Klaus Iohannis a déclaré ce mercredi 11 juillet que sa décision de signer le décret de révocation du chef du département national de lutte contre la corruption, Laura Codruta Kovesi, devrait être comprise comme "un pas en avant vers le respect de la Constitution et de l'Etat de droit".

 

Il a également déclaré que la lutte contre la corruption se poursuivra en Roumanie "en pleine force".

 

"Je respecte la primauté du droit, la Constitution [...] Je souhaite que la Roumanie renforce la primauté du droit, la démocratie. Le chemin de la Roumanie doit être celui de la consolidation de nos valeurs sur lesquelles reposent à la fois l'OTAN et l'Union européenne ", a déclaré M. Iohannis. Il a aussi expliqué qu'il se devait de respecter la Constitution, étant chef de l'Etat, et c'est pourquoi il a pris la décision de révoquer Laura Codruta Kovesi. "Je veux que quelque chose soit très clair: si quelqu'un est content maintenant que la lutte contre la corruption ait été arrêtée ou ralentie, ce n'est pas le cas. [...] Vous savez très bien que j'ai exprimé mon opinion sur la performance de la DNA à plusieurs reprises. La DNA est une institution de professionnels hautement qualifiés. Ainsi, la lutte contre la corruption continuera en pleine force! Et jusqu'à présent, cette mesure que j'ai prise lundi n'a pas changé mon opinion personnelle sur l'activité de la DNA, y compris sur l'activité de Mme Kovesi. "

 

Klaus Iohannis a donc signé lundi 9 juillet le décret révoquant Laura Codruta Kovesi du poste de procureur en chef de la DNA, conformément à la décision de la Cour constitutionnelle (CCR). C'est le ministre de la Justice, Tudorel Toader, qui a demandé le renvoi de Kovesi en février dernier, invoquant 20 "faits et gestes intolérables" liés à son activité de chef de la DNA. Certains d'entre eux étaient basés sur les décisions de la Cour constitutionnelle et sur les conflits entre la DNA, le Parlement et le gouvernement tandis que d'autres étaient basés sur des reportages et des interviews que Kovesi avait donnés aux médias locaux et internationaux. Tudorel Toader a souligné que les déclarations de Kovesi dans ces interviews ont endommagé l'image de la Roumanie à l'étranger.

 

Iohannis a d'abord déclaré qu'il ne révoquerait pas Kovesi mais Toader a soumis cette situation à la Cour constitutionnelle, lui demandant de se prononcer sur la décision du président de garder Kovesi à son poste. La Cour a statué que Klaus Iohannis devait signer au plus vite le décret de révocation du procureur en chef de la DNA, ce qu'il a fait après s'y être d'abord opposé.

 

Laura Codruta Kovesi sera de retour au bureau de Sibiu à la Direction des enquêtes sur le crime organisé et sur le terrorisme (DIICOT).

 

La procureure Anca Jurma a été nommée procureur en chef par intérim de la DNA. Pendant ce temps, le ministère de la Justice a déjà ouvert le processus de demande pour sélectionner un nouveau procureur en chef de la DNA. En vertu de la loi, le ministre soumettra une ou plusieurs propositions pour le poste au Conseil Supérieur de la Magistrature, et, après avoir reçu l'approbation de l'institution, transmettra la proposition au président.

 

Klaus Iohannis est actuellement à Bruxelles, où il assiste au sommet de l'OTAN.

 

 

 

 

 

source : https://www.romania-insider.com/president-explains-decision-dismiss-dna-head/

Nous vous recommandons

grégory rateau

Grégory Rateau

Rédacteur en chef du site lepetitjournal.com/Bucarest, chroniqueur à Radio Roumanie Internationale et écrivain
0 CommentairesRéagir

Que faire à Bucarest ?

CINE - «Au revoir là-haut», l’amitié sauve parfois

Pour cette nouvelle recommandation-critique, Grégory Rateau vous invite au cinéma Elvira Popescu pour découvrir le dernier film d’Albert Dupontel. Un film ambitieux et très visuel dans le Paris de l’a