Samedi 20 octobre 2018
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

Le président signe le décret de révocation de Laura Codruța Kövesi

Par Grégory Rateau | Publié le 09/07/2018 à 00:00 | Mis à jour le 09/07/2018 à 11:12
Klaus-Iohannis

Le président roumain Klaus Iohannis a signé le décret de révocation du chef de la Direction nationale anticorruption - Laura Codruța Kövesi, procureur général de la DNA, conformément à la décision de la Cour constitutionnelle (CCR), a annoncé la porte-parole de la présidence roumaine, Madalina Dobrovolschi.

 

"Dans un Etat de droit, les décisions de la Cour constitutionnelle doivent toutes être respectées. C'est précisément pour cette raison que les juges constitutionnels ont l'énorme responsabilité de veiller, en garantissant la suprématie de la Constitution, à son esprit, fondé sur les traditions démocratiques du peuple roumain et sur les idéaux de 1989 ", a déclaré Madalina Dobrovolschi.

 

"Cependant, les décisions de la Cour constitutionnelle doivent être respectées et appliquées non seulement par le Président de la Roumanie, mais aussi par la majorité politique, une majorité qui décide des changements législatifs ayant un impact majeur sur la primauté du droit". Elle a conclu sa déclaration en disant que le président Kalus Iohannis attire l'attention sur le fait que, quel que soit le nom du procureur en chef de la Direction nationale anticorruption, cette institution a l'obligation de poursuivre son activité professionnelle au plus haut niveau de performance.

 

En février de cette année, le ministre de la Justice Tudorel Toader a demandé le limogeage du procureur en chef de la DNA, Laura Codruța Kövesi, invoquant 20 actes intolérables et des faits liés à son activité à la tête de cette importante institution. Certains d'entre eux étaient basés sur les décisions de la Cour constitutionnelle sur les conflits entre la DNA, lle Parlement et le gouvernement. D'autres étaient basés sur des reportages et des interviews que Kovesi a donnés aux médias locaux et internationaux. Tudorel Toader a déclaré que les déclarations de Madame Kovesi dans ces interviews ont endommagé l'image de la Roumanie à l'étranger.

 

La section des procureurs du Conseil Supérieur de la Magistrature a émis un avis négatif sur la demande du ministre de la Justice et le président Klaus Iohannis a annoncé plus tard qu'il ne révoquerait pas le chef de la DNA. Il a motivé sa décision en disant que les arguments du ministre de la Justice ne le convainquaient pas. Cependant, le ministre de la Justice a demandé à la Cour constitutionnelle de statuer sur la décision de Iohannis, invoquant un conflit constitutionnel entre la présidence et le gouvernement. La Cour a ensuite statué que le président doit signer le décret pour révoquer Kovesi.

 

La coalition au pouvoir devait prendre une décision aujourd'hui, le 9 juillet, pour décider si oui ou non ils allaient suspendre le président Klaus Iohannis. La raison principale de la suspension était le fait que le président a justement reporté la décision sur la révocation de Laura Codruța Kövesià la tête de la DNA.

 

 

 

(Sources : )

grégory rateau

Grégory Rateau

Rédacteur en chef du site lepetitjournal.com/Bucarest, chroniqueur à Radio Roumanie Internationale et écrivain
7 Commentaire (s)Réagir
Commentaire avatar

REVEDEST mar 10/07/2018 - 18:26

J'aimerai qu'on m'explique, si je comprend bien Dragnea qui vient d'être condamnée à 3 ans et demi de prison vient d'obtenir la tête du plus joli symbole anti corruption de la Roumanie, depuis des décennies? Dommage qu' Hergé ne soit plus des nôtres, il en aurait fait un super album Tintin et Milou! Courage, démocratie et amour pour la douce Roumanie!

Répondre
Commentaire avatar

Hb mer 11/07/2018 - 11:41

On s'en fout que Codruța soit jolie et le peuple ne se nourrit pas de symboles. Pour punir une grève pour les salaires, ArcelorMittal vend le combinat de Galați, sans doute du chômage à la clé. Qu'en dit le pro-UE Iohannis et les clowns de l'USR? C'est une magouille validée par l'UE. Nous sommes d'accord : non à la corruption et oui à la démocratie... Non au chômage et au vol de la force de travail et des ressources naturelles facilité par les règles de l'UE ! Qu'on cesse de nous bassiner avec une procureure qui sera remplacée par aussi compétent qu'elle. Codruța aime trop les caméras et la tele, la lutte contre la corruption n'est pas une émission de real-tv.

Répondre
Commentaire avatar

Petre21 lun 09/07/2018 - 23:34

Monsieur DRAGNEA doit savourer sa victoire! Il n´y avait pas trop de risques s´agissant de la décision de la CCR qui ne statut que sur le respect de la "lettre" de la Constitution pour la décision de révocation de la cheffe de la DNA. Meme si l´esprit de la Constitution est tout ă fait ignoré dans cette affaire! Puisque l´on se sert d´elle a des fins personnelles et non dans l´intérêt du Pays...

Répondre
Commentaire avatar

Gogu lun 09/07/2018 - 19:15

Un conard de président.. !!!.. Soit ce le début de la mort de la Roumanie, soit le début d'un guère civile.. Quand la Roumanie a commence de vider la corbeille avec les communistes et politiciens corrompus, le président a détruit la petit morceaux de lumière qui pouvait nous diriger vers les pays évolué.

Répondre
Commentaire avatar

Florilège lun 09/07/2018 - 16:33

Le meilleur président roumain, post communiste vient de céder devant des menaces , dignes de voyous de l'ère communiste. Pas sûr qu'il ait ses chances lors des prochaines élections si le peuple roumain ne lui pardonne pas le limogeage de son héroïne, Laura Codruta Kovesi. Espérons que malgré ces péripéties, la démocratie l'emporte en Roumanie. Sinon, elle perdra sa crédibilité et ses investisseurs étrangers. Dommage !

Répondre
Voir plus de réactions