Vendredi 3 juillet 2020

ESCAPADES - Villages saxons à découvrir: Malancrav

Par Escapades en Roumanie | Publié le 05/06/2020 à 00:00 | Mis à jour le 05/06/2020 à 00:00
Photo : Wikipedia / Caludiacn - https://ro.wikipedia.org/wiki/Fi%C8%99ier:Sat_M%C4%83l%C3%A2ncrav(Malmkrog),_Sibiu,_ansamblu_rural_%22Centrul_Istoric%22_vedere_dinspre_NV.jpg
Village saxon Malancrav tourisme roumanie transylvanie

Dans les environs de la ville médiévale de Sighisoara, se trouvent plusieurs villages charmants, coupés du monde, dont le Prince Charles est tombé amoureux et qu’il a ramenés à la vie grâce à sa fondation Mihai Eminescu Trust. Parmi ces villages se trouve Malancrav, à 15 km de Sighisoara.


Pour y arriver il faudra vous armer de patience et de bonne volonté, le seul chemin y menant, assez abîmé, ondule entre les collines recouvertes de forêts séculaires, de prairies où paissent paisiblement les vaches ou encore de cultures de houblon. Au bout de 8km apparaît le village, caché dans une végétation abondante. Du haut de la colline, l’église fortifiée vous observe.


Malancrav, dont l’existence attestée remonte à plus de 700 ans est le village de Transylvanie avec le plus grand nombre de Saxons restés après la Révolution. Avant 1989, leur nombre s’élevait à 900, aujourd’hui il en reste environ 150, beaucoup d’entre eux étant des enfants ou des jeunes adolescents. Même s'il est assez isolé, vous verrez que Malancrav est loin d’être un village abandonné.

Malancrav-village-saxon
Wikipedia / Monica Groza - https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Malancrav.jpg


En vous promenant sur ses petites ruelles pavées de galets de rivière, vous ne manquerez pas d'admirer les vieilles maisons saxonnes avec leurs façades colorées, leurs inscriptions et leurs décorations en stuc qui représentent la fierté des locaux. Une image d’une Europe rurale dont la beauté et la richesse paraissent encore totalement intactes. Preuves de la tolérance religieuse qui a régné ici durant des siècles, vous pourrez ensuite découvrir les 3 églises du village, chacune appartenant à un culte différent: l’église évangélique de Malancrav, datant du XIVe siècle, qui détient une fresque de 20 mètres (une des plus grandes fresques de style gothique de Transylvanie), l’église orthodoxe construite en 1700 et l’église romano-catolique datant de 1865.

 

malancrav-village-saxon-transylvanie-roumanie
Wikipedia / Aleksander Dragnes - https://ro.wikipedia.org/wiki/M%C4%83l%C3%A2ncrav,_Sibiu#/media/File:M%C4%83l%C3%A2ncrav_church_exterior.jpg

 

Malancrav-village-saxon
Wikipedia / Vargatamas - https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Almakerek2.jpg

 

Malancrav-village-saxon-fresque
Wikipedia / El bes - https://ro.wikipedia.org/wiki/Fi%C8%99ier:Malmkrog_Kirchenburg_Fresko_Judas.jpg

 

Jus de pommes bio

Malancrav est aussi connu pour son délicieux jus de pomme bio, fabriqué sur place, sans additifs, sans sucre ou conservateurs. Avec une tradition ancienne liée à la culture des arbres fruitiers (le nom magyare du village, Almakerek, signifiant «pomme ronde»), ses terres agricoles ont été exploitées de façon intensive durant le communisme, puis ont été laissées à l’abandon. C’est en 2002 que la Fondation Mihai Eminescu Trust a ramené à la vie les verger de Malancrav, les transformant de façon à obtenir le label écologique. Sur une surface de près de 100 hectares, sont cultivées des variétés anciennes de pommes, typiques de la région, comme le Renet de Leizberg, le Renet de Bauman, le Frumos de Boscop, des variétés très aromatisées qui donnent ce goût si particulier au jus de pommes de Malancrav. D’ailleurs, une des spécialités du village est la soupe saxonne de... pommes! A goûter absolument!

 

Artisanat

Un des autres projets de la Fondation a été d’encourager les locaux à revaloriser leurs savoir-faire et les activités artisanales traditionnelles. Les femmes du village ont ainsi recommencé à tisser grâce au savoir hérité de leurs grand-mères. Madame Maria Nistor, spécialisée dans le tissage de la laine naturelle de mouton, fabrique des tapis joliment ornés, alors que Madame Elena Neagu fabrique diverses nappes ou serviettes en coton inspirées de la tradition roumaine et saxonne.

 

Le manoir Apafi

Situé en haut du village, à côté de l’église fortifiée, se trouve le charmant manoir Apafi qui offre une vue panoramique sur tout le village. Son histoire commence au XV siècle, quand le prince magyare Mihaly Apafi, gouverneur de la Transylvanie, le construit pour en faire sa résidence familiale. Il fut repris ensuite au XVIIIe siècle par la famille Bethlen. L’histoire jettera l’anathème sur les nobles de Transylvanie et ainsi commence le déclin de la résidence des Apafi. Après être finalement arrivé dans les mains d’un simple paysan, le manoir est vendu en 1920 à l’église et à la communauté luthérienne du village. En 1947, il est confisqué par les communistes et utilisé comme centre culturel du village jusqu'à la Révolution. En 2000 la Fondation Mihai Eminescu Trust l’a racheté dans un piètre état, pour lui a redonner, après 5 années de restauration, son éclat d’autrefois, tout en respectant les éléments originaux, les matériaux et les techniques utilisés au XVIIIe siècle.


Aujourd’hui l'élégant manoir accueille les touristes curieux de découvrir une demeure vieille de 5 siècle qui respire l’air d’antan avec une magnifique bibliothèque, des salons de lecture, des plafonds hauts, des candélabres, et des poêles magnifiquement décorés. Le prix d’une nuit coûte entre 50 et 75 euros.

manoir-apafi-transylvanie-roumanie
Wikipedia / El bes - https://ro.m.wikipedia.org/wiki/Fi%C8%99ier:Malmkrog_Apafi_Schloss_01.jpg

 

apafi-manoir-transylvanie-roumanie
Wikipedia / El bes - https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Malmkrog_Apafi_Schloss_03.jpg

 

logo-michelin

Escapades en Roumanie

Découvrez la Roumanie et ses richesses avec notre partenaire Michelin. Chaque semaine vous avez rendez-vous avec nos escapades pour vous préparer à la grande évasion.
0 Commentaire (s)Réagir

Communauté

GASTRONOMIE

LA RECETTE ROUMAINE DU CHEF - Carassin frit

La recette d'aujourd'hui a une histoire à part qui commence par un épisode de vie citadine assez commun à Bucarest et dans d'autres villes roumaines, surtout du sud du pays, à proximité du Danube, ou