La nouvelle stratégie de sécurité nationale décidée à Berlin

Par Héloïse Leclercq | Publié le 12/04/2022 à 10:30 | Mis à jour le 12/04/2022 à 10:30
Photo : © Twitter - Annalena Baerbock
nouvelle strategie securite nationale Berlin

En faisant le choix d’une nouvelle stratégie de sécurité nationale depuis quelques semaines, l’Allemagne décide de renforcer la capacité de défense collective européenne.    

 

Une décision stratégique

Le vendredi 18 mars, la ministre allemande des Affaires étrangères, Annalena Baerbock a présenté les grandes lignes de la nouvelle stratégie de sécurité à Berlin. Cette décision intervient un mois après le début de la guerre en Ukraine et trois semaines après la décision d’augmenter les dépenses militaires de l’Allemagne. Berlin a, au même titre, exprimé sa volonté de participer à la redéfinition du « concept stratégique » menée par l’OTAN depuis le début de la guerre menée en Ukraine. La décision de remodelage de la stratégie de sécurité nationale s’inscrit dans une démarche doctrinale ayant pour objectif une défense nationale et européenne plus large. La ministre des affaires étrangères considère que l’Allemagne doit affirmer clairement ses choix militaires en consolidant sa capacité de défense mais aussi dans l’optique de renforcer la partie « Est » de l’OTAN. Afin d’atteindre les objectifs d’une nouvelle stratégie, l’Allemagne devra prendre position en s’engageant au nom de la paix et de la sécurité dans le monde.

 

Entre Berlin et l’Ukraine, il n’y a que dix heures de route […] Pour nous, ces dix heures sont aujourd’hui la distance qu’il y a entre la paix et la guerre - Annalena Baerbock

 

Une rupture avec le gouvernement Merkel

Cette décision politique, qui appellera notamment à redéfinir les relations de l’Allemagne avec un certain nombre de pays va à l’encontre des décisions de l’ex-chancelière allemande. La politique menée pendant des années par Angela Merkel est pointée du doigt par la ministre, celle-ci a exprimé le devoir politique allemand futur, tant sur le plan économique qu’énergétique ; le pays ne peut plus rester sous silence sur la dépendance énergétique mais doit affirmer ses choix d’indépendance ou du moins, de choix des partenaires économiques.

Annalena Baerbock a parallèlement exprimé le devoir de ne plus répéter les erreurs du passé en redéfinissant la responsabilité de l’Allemagne au sein de l’Europe et du monde. La décision est par ailleurs doublement significative car la ministre allemande des Affaires étrangères, étant membre du parti écologiste dont elle a été présidente pendant trois ans en Allemagne, a appuyé son discours sur la rupture avec le nucléaire pendant de nombreuses années et par ailleurs axé celui-ci en faveur de l’OTAN. La décision de remodeler le système de stratégie nationale est donc enclin à la révolution culturelle et politique allemande prônée par les verts et marque une rupture avec les axes politiques de l’ex-chancelière allemande.

 

Des objectifs multiples

Annalena Baerbock aura un an en incluant des consultations participatives pour présenter les grandes lignes de la stratégie. Celle-ci tiendra compte d’une nouvelle réalité créée par l’invasion de l’Ukraine et visera, plus généralement, à repenser la sécurité pour l’avenir face à la rupture de l’ordre de paix.

 

Le comportement agressif de la Russie nous le montre : aucun pays, pas même l’Allemagne, ne saurait être neutre lorsqu’il est question de guerre et de paix, de justice et d’injustice - Annalena Baerbock

L’enjeu principal sera de garantir la sécurité et la liberté et se déclinera en trois axes non dissociables les uns des autres : l’intégrité de nos vies comme l’a expliqué la ministre mais aussi la sécurité des fondements de notre existence et enfin la protection de la démocratie et de nos vies. Afin d’atteindre ces objectifs, la politique de sécurité intégrée devra être accompagnée d’une action interministérielle englobant la sécurité intérieure et prenant en compte la gestion militaire des crises et les instruments de la politique étrangère. Dans l’optique d’un objectif commun, la politique de stratégie nationale devra être décidée dans la durée et engagera une mutation des mentalités en Allemagne ; la ministre a par ailleurs appelé les experts, les politiciens élus mais aussi les citoyens allemands à contribuer à cette réflexion. Avec ce nouveau projet, la rupture avec l’époque Merkel est forte et traduit la fin des appréhensions allemandes à jouer un rôle déterminant en matière de défense sur la scène internationale. C’est une volonté nouvelle d’accroître le rôle de l’Allemagne grâce à une participation active des parties prenantes sur les questions de sécurité nationale.

 

 

 

 

 

Pour recevoir gratuitement notre newsletter du lundi au vendredi, inscrivez-vous !

Pour nous suivre sur FacebookTwitter et Instagram.

 

 

heloise_0

Héloïse Leclercq

Étudiante à Berlin depuis septembre 2021, Héloïse est en double diplôme d'histoire de l'art et en école de commerce. Elle aime découvrir Berlin et ses habitants au travers des événements culturels et artistiques.
0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Berlin !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

Emma Granier

Rédactrice en chef de l'édition Berlin.

À lire sur votre édition locale