Vendredi 13 décembre 2019
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

DIE CHEMIE DER GRAMMATIK – Une nouvelle méthode comparée d'apprentissage de la grammaire française adaptée aux apprenants germanophones

Par Lepetitjournal Berlin | Publié le 24/11/2015 à 23:00 | Mis à jour le 25/11/2015 à 10:01

Claire Fuchs et Nathalie Gombert, toutes les deux enseignantes indépendantes de Français à Hambourg, ont eu, il y a 8 ans, l'idée de travailler sur l'élaboration d'une nouvelle méthode d'apprentissage de la grammaire française en la comparant avec celle de la langue de l'apprenant. Les deux Françaises, installées depuis des années en Allemagne, ont souhaité offrir aux élèves allemands débutants et de niveau intermédiaire une manière différente et ludique d'appréhender les plus grandes difficultés de la grammaire française en divisant le livre en leçons sur les pages de gauche et exercices sur celles de droite mais aussi en couleurs, chacune correspondant à une règle de grammaire. Ce manuel de 337 pages se différencie également des autres grâce à une ligne conductrice des parties théoriques et pratiques au travers de l'histoire d'une famille lyonnaise donnant à ses utilisateurs la possibilité de s'imprégner de la vie quotidienne en France, que ce soit à un niveau privé, professionnel, culinaire ou encore celui routinier. Die Chemie der Grammatik peut aussi bien servir aux élèves qu'aux professeurs de français en Allemagne, qui chercheraient une façon plus légère et amusante d'expliquer ces difficultés grammaticales de la langue française. Afin d'en savoir plus sur l'élaboration et le fonctionnement exact de cette nouvelle méthode, Claire Fuchs a accepté de répondre aux questions du www.lepetitjournal.com/Berlin


Quelle sont les raisons qui vous ont poussées à rédiger ce manuel ?
En tant que professeur de Français langue étrangère en Allemagne, je me sers, depuis des années, de différents manuels et, j'ai toujours eu l'impression qu'il y manquait plusieurs choses, qu'ils n'étaient pas suffisamment complets. Par exemple, le côté interculturel est presque toujours absent de ces méthodes, hors, on ne peut pas apprendre une langue à une personne sans lui transmettre ce qu'est la France et la francophonie et comment tout cela fonctionne.
Nous avons également remarqué que les exercices proposés dans ces livres sont bien souvent vides de sens et d'informations. Et apprendre la grammaire juste pour apprendre la grammaire, cela peut vite être lassant.

 

 

Comment votre livre se démarque-t-il des autres ?
Nous avons tout d'abord voulu créer une méthode d'apprentissage de grammaire comparative en partant des besoins du germanophone et de sa structure linguistique, ensuite complétés par des exemples et des exercices avec un contenu informatif. Cela permet à l'apprenant d'oublier qu'il fait de la grammaire mais aussi de lui titiller sa curiosité envers l'autre pays afin qu'il puisse aller jusqu'à la fin de l'exercice et de l'information.

Effectivement, tous les exercices sont ancrés dans une réalité assez parlante au travers de petites histoires qui se déroulent toutes à Lyon, pourquoi avoir choisi cette ville ?
Je suis linguiste de formation et me suis donc occupée de toute la partie théorique, c'est-à-dire des leçons de grammaire tandis que ma collègue, Nathalie Gombert, a, elle, pris en charge la partie pratique en rédigeant les exercices. Étant originaire de Lyon, elle connaît très bien cette ville et s'est basée sur des faits réels afin de trouver l'inspiration pour les histoires. Nous avons tout simplement pris l'exemple d'une famille avec trois enfants que l'on retrouve tout au long du livre et qui nous permet également d'intégrer un vocabulaire plus spécifique en fonction des métiers et occupations de chacun. On aborde ainsi tout ce qui est lié avec la médecine, l'aéronautique, les études, les diplômes, les concours des grandes écoles sans oublier tout le côté découverte de Lyon qui fait de cette méthode bien plus qu'un livre de grammaire.

Ce livre peut-il servir à des apprenants autodidactes du français ou à des professeurs de français en Allemagne ?
Cela dépend comment on lit le livre. Soit on le voit uniquement comme une méthode de grammaire en utilisant les pages de gauche et, il peut alors être utilisé par tous ceux apprenant le français. Soit on considère l'ouvrage dans son entité, en prenant en considération les pages de droite et de gauche mais dans ce cas, l'autodidacte peut se retrouver confronter à l'obstacle du vocabulaire. Cette méthode a été étudiée pour les niveaux A2/B1 du cadre de référencement de l'Union Européenne ce qui correspond à tous les élèves allemands du second cycle ayant choisi le français comme langue étrangère ou à tous les adultes qui apprennent le français.

Et ne peut-il pas également servir aux professeurs de français ?
A ma grande surprise, les premiers retours des professeurs nous ont permis de savoir que notre ouvrage les intéresse beaucoup mais avant tout pour consolider leurs méthodes d'apprentissage des règles de grammaire et enrichir leurs cours avec un nouveau vocabulaire ou avec de nouvelles idées pour animer les classes. Il m'a également été confié que les nouveaux cursus européens mis en place dans les universités ne permettent plus aux étudiants de partir plus de trois mois à l'étranger ce qui génère des professeurs de langues étrangères qui, finalement, ont très peu de connaissances sur le fonctionnement même du pays. Ce livre tente ainsi de combler cette lacune en devenir.

Claire Fuchs

 

Et concernant les professeurs de français langue étrangère (FLE), exerçant, entre autres, dans les Instituts français ou Alliances françaises ?
Ces professeurs de français de nationalité française sont les plus durs à toucher car leurs adresses mails ne sont pas affichées sur les sites des Instituts. Mais pour ceux qui ont pris connaissance de l'ouvrage, ils y voient la valeur ajoutée notamment concernant les exercices, qui, dans les méthodes classiques, sont vides de sens.

Vous présentez ce livre comme un nouvel outil d'apprentissage de la langue française dirigé aux Allemands par rapport aux difficultés qu'ils rencontrent dues à leur langue maternelle, sur quoi vous êtes-vous basées pour élaborer ces « pièges » ?
Nous nous sommes avant-tout basées sur notre expérience. Cela fait environ 25 ans que j'enseigne le français à différents groupes et dans différents contextes. Peu importe l'âge et la raison de l'apprentissage du français, les élèves font à peu près tous les mêmes fautes. Nous avons donc essayé de les décortiquer et de comprendre pourquoi les questions étaient toujours les mêmes. C'est en partant de ce constat aussi que nous nous sommes dit qu'il y a avait un manque dans les méthodes d'apprentissage déjà existantes. Et la démarche tout à fait nouvelle dans Die Chemie der Grammatik, c'est que nous y avons introduit une grammaire comparative alors qu'auparavant, dans les cours de langues, les professeurs mettaient un point d'honneur à ne parler que la langue enseignée

En effet, il a souvent été dit qu'il ne fallait pas comparer les langues et encore plus concernant le français et l'allemand, cette position serait-elle en train de changer ?
Je trouve que la grammaire comparative est en réalité un atout. Nous allons chercher l'étudiant là où il démarre avec ses références à lui. Et il faut que les élèves comprennent le fonctionnement d'une langue. Et bizarrement, il y a plusieurs mois, Clé internationale a édité une grammaire comparative pour les Brésiliens et les Anglais. Heureusement pour nous, pas pour les Allemands (rires). Nous sommes donc aujourd'hui dans une nouvelle tendance. Mais attention, il ne s'agit pas de comparer deux langues mais bien de décortiquer la logique linguistique de la langue maternelle et de la comprendre afin de pouvoir faire de même avec la langue à apprendre.

Nathalie Gombert

 

Dans une partie du livre, vous avez le choix de rédiger tout un cours sur le « Verlan », pourquoi cela ?
Nous avons été choquées de voir que les petits Allemands en 2e année de français langue étrangère, ayant donc environ 12 ans, ont tout un chapitre en verlan dans leurs cours. Ils ne savent pas encore parler le français mais les professeurs leur apprennent le Verlan en disant : "C'est comme ça que parlent les Français aujourd'hui", ce qui est évidemment tout à fait faux. Cela est présenté comme un langage hyper moderne à adopter et comme, lors de nos cours particuliers, nous sommes aussi obligés de les aider à apprendre ce chapitre, nous avons souhaité réagir en donnant notre point de vue sur cette question. Et c'est bien ici que l'on voit l'importance du côté interculturel du livre.
A la fin du livre, nous avons tenu également à faire un chapitre sur les anglicismes afin de remettre les pendules à l'heure.

Combien de temps avez-vous travaillé sur la réalisation de cette méthode comparée de grammaire ?
L'idée est née il y a 8 ans mais nous ne nous sommes pas entièrement consacrées à ce livre durant ces années. Nous avons préféré prendre notre temps afin que le produit fini corresponde réellement à ce que nous voulions réaliser. Le titre et surtout le code couleur étaient deux éléments qui me tenaient à c?ur.

En parlant du titre, vous avez choisi de le rédiger en allemand et vous parlez de chimie, pouvez-vous nous en dire plus sur ces choix ?
Oui, le titre est en allemand pour concorder avec l'orientation de cette méthode de grammaire comparative. Nous nous adressons également à des Germanophones de toutes catégories et nous voulions donc leur parler dans leur langue. Pour ce qui est du mot chimie, il s'agit de montrer qu'une langue peut aussi s'apprendre avec des formules à l'instar de la chimie.

Comment arrive-t-on à expliquer simplement des règles de grammaire qui, même pour les Français, semblent compliquées ?
J'ai toujours aimé la grammaire et je pense que l'on arrive à expliquer clairement des règles de grammaire quand c'est clair dans sa tête. Si je prends l'exemple de la partie concernant l'explication de la différence entre le passé-composé et l'imparfait, qui n'existe pas en allemand, nous démontrons dans le livre que l'utilisation des temps correspond à une situation donnée et qu' ils ne servent pas juste à décorer. Et la méthode d'apprentissage utilisée jusqu'à présent ne permettait pas réellement de comprendre le fonctionnement des temps mais juste de les appliquer.

Comment peut-on se procurer votre livre ?
Principalement au travers de notre site internet www.naklar.eu et sur des sites de vente en ligne tel qu'amazone mais c'est plus cher. Après chacun peut en faire la demande dans sa librairie et elle devra ensuite passer commande auprès de nous.

 

Propos recueillis par Anaïs Gontier (www.lepetitjournal.com/Berlin) mercredi 25 novembre 2015

0 Commentaire (s)Réagir

Actualités

Cologne Appercu
FOOT

Être entraineur en Bundesliga en 2019 : chronique d'une précarité

Une valse des entraineurs est à l'œuvre depuis le début de la saison en Bundesliga, l'occasion de faire le point sur les exigences d'un métier à risque au sein d'une ligue particulièrement compétitive

Vivre à Berlin

Cologne Appercu
VIE PRATIQUE

10 MOTS POUR ... - Se faire couper les cheveux en Allemagne

Qui ne s'est pas déjà retrouvé coi en cherchant à dire un mot particulier qu'il ne retrouve plus ou dont il ignore la traduction en allemand ? Pour éviter cette gêne, le présent article se propose de

Sur le même sujet