Samedi 31 octobre 2020

Coronavirus : Quelles précautions prendre pour voyager en Thaïlande ?

Par Catherine Vanesse | Publié le 30/01/2020 à 00:00 | Mis à jour le 30/01/2020 à 05:56
Photo : Pierre QUEFFELEC (archives)
Coronavirus-Conseil-Voyage-Thailande

Avec 14 cas répertoriés, la Thaïlande est le deuxième pays qui compte le plus de personnes infectées par le coronavirus. Une situation qui suscite quelques inquiétudes auprès des touristes qui s’apprêtent à partir en Thaïlande ou qui envisagent de réserver leurs vacances. 

“Pourquoi y a-t-il autant de personnes qui portent des masques, est-ce à cause de la pollution ou du coronavirus” demande Claire, une Française originaire de Lyon en vacances à Chiang Mai. “À notre arrivée, l’hôtel où nous logeons a pris notre température et ils nous ont dit de ne pas s’inquiéter” ajoute la trentenaire quelque peu surprise par cette mesure alors qu’elle arrive directement de Paris. 

Un mois après l’annonce des premiers cas de coronavirus, le bilan des victimes de l'épidémie s'élève désormais à 132, tous les décès étant survenus en Chine, pays qui compte également 6.000 personnes atteintes par ce nouveau virus. 

99% des cas confirmés de coronavirus se situent en Chine. Les 1% restant se répartissent sur dix-huit pays allant du Vietnam au Canada en passant la France et la Thaïlande.

Si avec 14 cas répertoriés ces dernières semaines la Thaïlande est le deuxième pays ayant signalé le plus grand nombre de cas, on est très loin des 6.000 que déplore la Chine. Par comparaison, Singapour en compte 10, l’Australie 7, les Etats-Unis 5, la France et l’Allemagne 4. Même si la prudence est bien entendu de mise face à une situation évolutive comme celle-ci, il convient de relativiser.

Selon le site de l’ambassade de France à Bangkok qui relaie les informations de l’OMS (Organisation mondiale de la santé) et celles du gouvernement français, aucune restriction de voyage n’est à l’ordre du jour. Hormis des mesures de dépistage et de détection mises en place dans les aéroports pour des vols en provenance de la Chine, l’OMS ne recommande pas d’autres procédures de dépistage systématique.

carte-propagation-coronavirus-monde
Au 29 janvier 2020, près de 99% des cas de coronavirus signalés dans le monde étaient en Chine, 0,2% en Thaïlande et le reste répartis sur une quinzaine de pays (Document Reuters).

Se tenir informer, prendre quelques précautions

“Il faut s’informer tout en restant serein. En France, la grippe saisonnière tue plus” relativise le Dr Gérard Lalande - selon Santé publique France, entre décembre 2018 et avril 2019, environ 8.100 décès sont attribués à la grippe. 

“Il est important de respecter les bonnes règles d’hygiène de prévention qui s’appliquent à toutes les maladies infectieuses et qui sont les mêmes que pour la grippe classique : se laver les mains, s’isoler en cas de symptômes de la maladie, protéger les autres en portant un masque quand on commence à tousser. Par contre, il n’y a pas d’efficacité prouvée en termes de protection sur le port d’un masque pour celui qui n’est pas malade”, ajoute le médecin français basé à Bangkok, qui est aussi directeur de la société CEO Health et auteur d’un livre sur les problèmes de santé spécifiques à l’Asie.  

Lire aussi l'article de l'hôpital Samitivej sur les symptômes et bons gestes à connaître

Le site du gouvernement français recommande pour les personnes qui partent en voyage dans les zones touchées par le virus:
-    d’éviter tout contact avec des animaux, vivants ou morts
-    d’éviter de se rendre sur les marchés où sont vendus des animaux vivants ou morts
-    d’éviter tout contact rapproché avec des personnes souffrant d’infection respiratoire aiguë
-    de ne pas manger de viande non ou peu cuite
-    de se laver régulièrement les mains avec de l’eau savonneuse ou avec des solutions hydro-alcooliques
-    consulter le site de conseils aux voyageurs du ministère de l’Europe et des Affaires étrangères.

En cas de symptômes d’infection respiratoire (fièvre et toux/difficultés respiratoires) il est recommandé:
-    de porter un masque chirurgical si l’on est en contact avec d’autres personnes;
-    d’utiliser des mouchoirs jetables et de bien se laver les mains régulièrement;
-    lors de son voyage en Chine : de consulter rapidement un médecin localement.

Coronavirus Thailande Chine Aeroport
Des bannières de l’OMS donnent des conseils pour réduire les risques de propagation du coronavirus à l'aéroport Suvarnabhumi de Bangkok, le 25 janvier 2020. (photo REUTERS / Athit Perawongmetha)

Ajuster son programme le cas échéant

“Il ne faut pas céder à la paranoïa. Le nombre de cas n’augmente pas si vite que cela, je m’attendais à plus surtout vu le nombre de visiteurs chinois en Thaïlande", commente Ben Lefetey, directeur de l’agence de voyage Thaïlande Autrement. "Et puis, il y a des cas en France aussi. D’une certaine manière, les gens réalisent que le risque est partout et pas uniquement en Thaïlande. Il y a aussi une plus grande communication de la part du gouvernement français, cela nous aide pas mal pour rassurer nos clients”. 

“Nous avons reçu beaucoup de mails de personnes inquiètes, nous essayons de les rassurer” explique Nathalie Delevaux, directrice des opérations chez Asiajet

À ce jour, Thaïlande Autrement n’a pas encore eu de demandes d’annulation de voyage, mais une baisse du nombre de demandes de devis. 

Même constat du côté d’Asiajet. “Depuis ce mardi 28 janvier, je n’ai plus reçu de demande de réservation alors que normalement j’en reçois une quinzaine par jour. C’est normal, les gens sont un peu inquiets et attendent de voir comment cela va évoluer. C’était pareil lors des inondations en Thaïlande en 2011”, explique Nathalie Delevaux. 

Pour faire face aux inquiétudes des voyageurs, Asiajet a envoyé un courrier à ses agents reprenant les recommandations de l’ambassade et en supprimant les visites des marchés où sont exposées viandes et volailles pour rediriger les voyageurs vers des marchés aux fleurs, fruits et légumes. De son côté, Thaïlande Autrement fournit à ses clients des gels antiseptiques et en met à disposition dans les minivans lors des excursions. 

“En tant qu’agents de voyage, qu’il y ait un tsunami ou des inondations, nous pouvons toujours adapter nos circuits, par contre dans le cas d’une épidémie, nous ne maîtrisons pas le risque. Si le coronavirus ne se répand pas davantage, il y aura peu d’impact sur le tourisme. Par contre si cela devait prendre encore de l’ampleur… Le virus, la pollution, les grèves en France, nous n’avions pas vraiment besoin de cela, finalement la seule chose positive, c’est un meilleur taux de change avec entre l’euro et le baht!”, ajoute Ben Lefetey.

Scanner-Aeroport-Bangkok-Coronavirus
Des appareils infrarouges vérifient la température corporelle des passagers à l'arrivée à l'aéroport international Suvarnabhumi de Bangkok en Thaïlande, le 29 janvier 2020 (photo Thailand Government House via REUTERS)

Contrôles accrus et mesures de prévention

Les autorités thaïlandaises ont mis en place des mesures de détection des cas suspects en provenance de la Chine (recherche systématique de fièvre et de signes respiratoires à l’arrivée dans les aéroports internationaux de Suvarnabhumi, Don Mueang, Phuket, Chiang Mai et Krabi). Ces contrôles de dépistage sont désormais étendus à tous voyageurs venant de Chine alors qu’auparavant ils étaient concentrés sur les visiteurs en provenance de Wuhan, l'épicentre de l'épidémie, de Canton (Guangzhou) et de Changchun. 

La Thaïlande a accueilli 25.000 voyageurs de Wuhan en janvier, selon le ministère de la Santé. 

Le Département thaïlandais du contrôle des maladies a annoncé étendre les mesures de dépistage aux professionnels du tourisme en contact avec les voyageurs chinois. “Nous devons surveiller les Thaïlandais qui sont en contact dans leur métier avec les touristes étrangers, en particulier avec les Chinois. Cela inclut les guides touristiques. S’ils présentent des symptômes tels que fièvres, toux et maux de gorges, nous devons contrôler qu’ils n’ont pas le coronavirus”, explique Tanarak Pipat, directeur général adjoint du Département du contrôle des maladies.

Les compagnies aériennes ont également pris des mesures de précaution, parfois drastiques, sur les lignes desservant la Chine, certaines supprimant les repas chauds, les couvertures et les magazines à bord. Thaï Airways quant à elle désinfecte chaque avion arrivant de Chine ou d’une zone jugée à risque. 

Les grands centres commerciaux dans les principaux sites touristiques en Thaïlande ont pris des mesures d'hygiène.

Les transports en commun, notamment les métros aérien et souterrain de Bangkok, augmentent les fréquences de nettoyage des voitures, a déclaré le ministère des Transports.
 

catherine_vanesse-LPJ-Bangkok

Catherine Vanesse

Installée en Thaïlande depuis 2013 après avoir travaillé pendant 8 ans pour RTL Belgique, Catherine a collaboré avec des médias francophones locaux avant de devenir co-rédactrice en chef pour Lepetitjournal.com Bangkok (et correspondante RTL Belgium)
1 Commentaire (s)Réagir
Commentaire avatar

Luc mar 11/02/2020 - 09:36

Le plus sage est de ne pas venir en Asie du Sud est, bien d’autres destinations pour passé vos vacances

Répondre

Vivre en Thaïlande

PUBLIREPORTAGE

Placer son capital en tant de crise: le bois d’Agar, vert et rentable

Solution particulièrement intéressante en période de crise, la culture du bois d’Agar ne dépend pas des aléas économiques et le prix de revente au kg de produit fini est fixé contractuellement

Expat Mag

Un garde du consulat de France à Djeddah attaqué au couteau

A Djeddah, en Arabie Saoudite, un garde du consulat de France a été blessé par un assaillant. Selon la télévision saoudienne, l’agresseur saoudien a été interpellé.