Le drame du Mountain B ravive la question des normes de sécurité en Thaïlande

Par La rédaction de Bangkok | Publié le 08/08/2022 à 03:11 | Mis à jour le 08/08/2022 à 04:33
Photo : Reuters
Mountain-B-incendie-discotheque-Thailande_1

L’incendie du bar de nuit Mountain B qui a tué 15 personnes vendredi dans la province de Chonburi, a remis au jour la problématique du respect des normes de sécurité en Thaïlande

Le Premier ministre Prayuth Chan-O-Cha a ordonné samedi une deuxième enquête sur l'incendie du bar de nuit le Mountain B, qui a tué 15 personnes et blessé 38 autres dans la nuit de jeudi à vendredi dans la province de Chonburi, en plus de l’enquête initiale qui a d’ores et déjà révélé que l'établissement avait été modifié illégalement et était exploité sous une licence inadéquate.

Cité par le Bangkok Post, l’ancien général a également fait savoir qu’il avait demandé au ministère de l’Intérieur, aux gouverneurs de province et à la police de faire le nécessaire pour éviter que ce genre de drame se renouvelle, rappelant le terrible incendie de la discothèque Santika en 2009 à Bangkok qui avait fait 66 victimes.

Lors de la soirée du nouvel an 2009, un spectacle pyrotechnique ayant mal tourné avait embrasé la discothèque Santika dans le quartier d'Ekkamai, tuant 66 personnes et blessant des dizaines d’autres. Inculpé pour homicide par négligence, le propriétaire avait été acquitté en appel en 2013 avant d'être finalement condamné à trois ans de prison par la Cour Suprême deux ans plus tard.

L'Administration métropolitaine de Bangkok (BMA) avait également été jugée en partie responsable de l'incendie de la discothèque par la Cour Centrale Administrative.

En réaction au drame du Mountain B, la BMA a d'ailleurs fait savoir samedi qu’elle avait ordonné une série d’inspections des établissements de nuit de la capitale et que plus de 80 établissements jugés problématiques avaient déjà été temporairement fermés, selon le Bangkok Post.

Le propriétaire incarcéré, un responsable local mis au placard

À Sattahip, il ressort que le Mountain B a été modifié illégalement en discothèque, qu’il n’avait qu’une licence de restaurant, et était construit sur une zone en principe interdite aux lieux de divertissement, selon le ministre de l'Intérieur, Anupong Paojinda. Le ministre a également fait savoir dimanche que le chef du district de Sattahip avait été transféré en attendant de nouveaux éléments qui devront permettre d’expliquer comment l’établissement, ouvert depuis juin dernier, a pu être modifié ainsi et autorisé à opérer depuis deux mois.

La Thaïlande à la réputation d’être laxiste en matière de sécurité et, malgré les catastrophe passées, nombres d’établissements de nuit accueillent encore du public sans respecter les normes en vigueur comme la présence de sorties de secours opérationnelles et signalisées, la vigilance en matière de systèmes électriques, ou encore le respect de la capacité d’accueil.

Le jeune propriétaire de 27 ans s'est rendu à la police dimanche et a admis ses torts selon son avocat, cité par le Bangkok Post. Il a été incarcéré en attendant que le tribunal statue sur son éventuelle mise en libération sous caution. 

Malgré les vœux du général Prayuth Chan-O-Cha, lorsqu’il a pris le pouvoir en 2014 par un coup d’Etat, de combattre la corruption, celle-ci reste endémique dans le royaume, et permet aux propriétaires peu scrupuleux de passer outre leurs obligations sans craindre d’être réprimandés par les autorités. Là-dessus, la crise du Covid-19, qui laminé le secteur du tourisme et des loisirs et tout particulièrement et le milieu de la nuit, ne fait qu’accroitre aujourd’hui la tentation de certains de s’affranchir des dépenses que nécessitent une mise aux normes de sécurité et le respect des règles.

0 Commentaire (s) Réagir
À lire sur votre édition locale
À lire sur votre édition internationale