Santika: L'incendie le plus meurtrier en 12 ans remet en lumière le laxisme ambiant

Par Pierre QUEFFELEC | Publié le 04/01/2009 à 23:00 | Mis à jour le 05/08/2022 à 05:41
Photo : Frédéric BELGE - L'incendie du Santika est le sinistre le plus grave du genre en Thaïlande depuis près de douze ans.
Discotheque-Santika-Incendie-Bangkok_0

L'incendie de la discothèque Santika, en plein coeur de Bangkok, remet en lumière le laxisme ambiant en Thaïlande en matière de sécurité

L'incendie du Santika, dont le bilan dépassé les 60 morts et pourrait encore s'aggraver dans les jours à venir, est le sinistre le plus grave du genre en Thaïlande depuis près de douze ans.

Le 11 juillet 1997, le Royal Jomtien Resort, à Pattaya, avait pris feu, tuant 91 personnes. L'enquête avait alors révélé que les issues de secours avaient été bloquées, ce qui avait empêché des clients et des membres du personnel de fuir l'immeuble en feu.

En 2006, l'incendie du club Route 999 sur la route de Pattaya avait fait 8 morts et 58 blessés dans des circonstances identiques, les portes de secours ayant été là aussi verrouillées. Les gérants du Route 999 avaient par ailleurs procédé à des modifications illégales du bâtiment et opéraient le club en dépit d'une interdiction administrative.

En septembre 2007, l'incendie de l'hôtel Mandarin, situé sur l'avenue Rama IV à Bangkok, avait blessé 16 personnes, la plupart des touristes.

Dans l'affaire du Santika, l'enquête ne fait que commencer, mais les autorités évoquent déjà le non respect des normes de sécurité de l'établissement et l'absence de licence d'exploitation depuis l'ouverture en 2004. Des familles de victimes accusent aussi la direction d'avoir laissé entrer des adolescents - l'âge limite en Thaïlande pour entrer dans des débits de boissons est de 20 ans.

Selon les premiers éléments, l'incendie a pu être déclenché par un spectacle pyrotechnique ou des cierges magiques distribués aux clients. Mais la police vérifie également le circuit électrique.

Un recours en appel auprès du tribunal administratif aurait permis aux patrons du Santika - qui pouvait recevoir jusqu'à 1.000 personnes - de rester ouvert et d'accueillir le public pendant près de 5 ans. Le même soir du réveillon, en Ecosse, 400 personnes ont été évacuées d'une discothèque d'Edimbourg qui avait pris feu dans des circonstances identiques à celles du Santika. Trois personnes blessées ont été brulées.

P.Q. (LPJ Bangkok - 05/01/2009)

Sur le même sujet
Pierre-Queffelec-vignette-2018

Pierre QUEFFELEC

Originaire du sud de la France, il fait ses premières armes dans le journalisme avec la Nouvelle République des Pyrénées en 1996. Arrivé en Thaïlande en 2004, il est en charge des opérations du bureau de Bangkok depuis janvier 2006.
0 Commentaire (s) Réagir
À lire sur votre édition locale