L’emblématique Sophie Calle au Centre Pompidou de Malaga

Par Bernard Frontero | Publié le 28/11/2021 à 13:56 | Mis à jour le 28/11/2021 à 14:07
Sophie Calle Pompidou Malaga

Le Centre Pompidou Málaga propose une monographie inédite de l’œuvre de Sophie Calle, artiste phare de la scène contemporaine française et internationale. L'exposition met en lumière près de quarante années de création, à travers certaines de ses œuvres emblématiques présentes dans la collection du Centre Pompidou, et illustrant les thèmes qui lui sont chers, tels l’intime, les relations amoureuses et l’absence.

Sophie Calle, artiste multidisciplinaire

Le Centre Pompidou Málaga consacre son exposition temporaire à l'œuvre de Sophie Calle, artiste de premier plan sur la scène artistique française et internationale. Tour à tour décrite comme artiste conceptuelle, photographe, vidéaste et même détective, Sophie Calle allie le texte à la photographie pour nourrir une narration qui lui est propre.

Née en 1953 à Paris, Sophie Calle part au début des années 1970 pour un long périple à travers le monde. À son retour en France, elle commence ses premières filatures d'inconnus dans la rue, dérive contrôlée dans la ville qu'elle agrémente de photographies et d'écrits, consignés dans des carnets.

Une exposition des thèmes de prédilection de Sophie Calle

Cette exposition met en lumière près de quarante ans de création de cette artiste, à travers des œuvres emblématiques de la collection du Centre Pompidou qui illustrent ses thèmes de prédilection, tels que l'intimité, l'amour et l'absence. 

L'exposition débute avec Le Mari (1995)

Neuf panneaux narrent les étapes de l’histoire de Sophie Calle avec son ex-mari Greg Shephard, à la manière d’un journal intime où s'entremêlent mots et photographies et intégrés dans un projet plus vaste, Les Autobiographies, comme un journal intime depuis 1988. 

La salle suivante, consacrée à L'Hôtel (1981-1983)

L'une de ses premières œuvres, une série photographique où l’artiste se glisse dans la peau d’une femme de chambre d'un hôtel vénitien afin de détailler durant trois semaines les traces du sommeil et de l’intimité d’étrangers, dans un acte secret de transgression. 

Sophie Calle Pompidou Malaga
Room With a View. © Sophie Calle, VEGAP, Málaga, 202, Galerie Emmanuel Perrotin

Douleur Exquise (1984-2003)

L'exposition propose ensuite une œuvre réalisée au lendemain d'une rupture amoureuse. Sur trois diptyques composés chacun de deux photographies et de deux textes brodés sur un panneau de lin, les mots de Sophie Calle y côtoient ceux d’anonymes auxquels l’artiste a posé la question « Quelle a été votre plus grande douleur ? ». 

La balade  se termine par Souris Calle

C’est l'un des projets les plus récents de l'artiste, présenté pour la première fois en Espagne. Un ensemble d’œuvres visuelles et sonores réalisé suite au décès de Souris, le chat de l’artiste, pour qui elle a demandé à quarante musiciens de composer un morceau en son hommage, parmi lesquels Bono, Laurie Anderson, Pharrell Williams et bien d’autres encore...

Un film, souvenir d’un voyage

Enfin, le film No Sex Last Night (1992), qui a fait connaître l'œuvre de l'artiste au niveau international, sera projeté. Le film est un road-movie sur le voyage effectué par Sophie Calle et son ex-mari, Greg Shephard, à travers les États-Unis.

Exposition visible jusqu’au 22 avril 2022

Exposition du 19 nov. 2021 au 22 avril 2022, tous les jours sauf mardis  

L’entrée est gratuite le dimanche, à partir de 17h. 

Toutes les informations sur ce site du Centre Pompidou Malaga.  https://centrepompidou-malaga.eu/exposicion/sophie-calle/

 

Sophie Calle sur France Culture: "Je suis devenue artiste par hasard, pour jouer"

bernard frontero

Bernard Frontero

Directeur de l’édition LePetitJournal.com/Andalousie. Ayant collaboré avec la presse francophone au cours de 25 passionnantes et dynamiques années en assurant la direction de centres culturels français à travers le monde
0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Andalousie !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

Bernard Frontero

Rédacteur en chef de l'édition Andalousie.

À lire sur votre édition locale
À lire sur votre édition internationale