TEST: 3715

Eric Hadj expose le “Paris en Quarantaine” à l’Université de Malaga

Par Bernard Frontero | Publié le 26/04/2021 à 23:33 | Mis à jour le 27/04/2021 à 12:35
Photo : Un immeuble de Saint-Mandé rend hommage aux professionnels de la santé chaque soir à 20h, par Eric Hadj (10/05/2020)
Paris confiné, exposition Eric Hadj à Malaga

Eric Hadj, né le 8 février 1968, à Paris, dans le quartier de Belleville, d'une mère espagnole et d'un père algérien, qui s'est découvert très tôt une passion pour la photo, est un photographe internationalement reconnu pour son travail à l'agence Sipa Press puis à Paris Match. Il expose à l’Université de Malaga (UMA) depuis cette semaine "Quarantaine à Paris", une sélection de 27 photographies qu'il a prises l'année dernière, dans sa ville natale, pendant le confinement décrété par le président Emmanuel Macron, en raison de la crise sanitaire provoquée par la pandémie de Covid-19. 

Un confinement apocalyptique 

Le 17 mars, le Président Macron prend les mêmes mesures que le reste de la planète pour protéger sa population et décide un confinement pour toute la France, sans date de fin précise.

L'atmosphère dans la rue était apocalyptique

Comme le souligne Eric Hadj, “l'impact de cette mesure est énorme, ceux qui s'aventurent dans les rues sont effrayés. Vous ne voyez que des policiers, des sans-abri et quelques personnes achetant des produits de première nécessité.”

Avec son exposition, il tente de mettre en lumière, comme il nous le confie, ce qu'une personne âgée lui a avoué pendant la quarantaine : "On se croirait en 1940, quand les Allemands sont arrivés. Mais à l'époque, tous les Français avaient fui la capitale, contrairement à aujourd'hui, où ils sont tous enfermés chez eux.”

Cette fois, l'ennemi est invisible. Il n'y a pas besoin de fuir

Eric Hadj, un photographe reconnu internationalement

Eric Hadj est né à Paris le 8 février 1968. Il a découvert la photographie à l'âge de quinze ans et commence à faire ses premiers reportages dans son quartier populaire de Belleville. En 1994, il rejoint l’agence internationale de photographie Sipa Press, où il a commencé à œuvrer comme photographe professionnel montrant des photographies qui ont un contenu socio-politique. 

En 1996, il a remporté le prix du meilleur reportage social, au Scoop Festival d'Angers avec un travail sur le trafic et la consommation de crack.

En 2011, il quitte Sipa Press et collabore avec le magazine Paris Match, mais continue à travailler sur des questions sociales. Son travail sur le quartier de Clichy-sous-Bois, théâtre des émeutes de 2005, lui ouvre les portes du festival Visa pour l'Image de Perpignan (2007).

En 2019, il expose à nouveau à Perpignan une quarantaine de photos prises lors des manifestations des gilets jaunes. Un regard affûté et sans parti pris. Titre de l'exposition "Lundi, mardi, mercredi, jeudi, vendredi, gilets jaunes, dimanche".

Exposition à la faculté des sciences de la communication de Malaga

Eric Hadj “exposition Cuarentena en Paris Université de Malaga

La salle María Zambrano de l'Université de Malaga, en collaboration avec Galería Central, a invité Eric Hadj a présenter “Quarantaine à Paris" dans l’espace d'exposition de la faculté des sciences de la communication. 

 

Cette exposition peut être visitée gratuitement jusqu’au 22 mai 2021

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Voici quelques images... 

Sur le même sujet
bernard frontero

Bernard Frontero

Directeur de l’édition LePetitJournal.com/Andalousie. Ayant collaboré avec la presse francophone au cours de 25 passionnantes et dynamiques années en assurant la direction de centres culturels français à travers le monde
0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Andalousie !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

Bernard Frontero

Rédacteur en chef de l'éditon Andalousie.

À lire sur votre édition locale