Samedi 28 novembre 2020

Éric Mangin: "L’entreprise de demain doit être sociale et responsable"

Par Armelle Pape Van Dyck | Publié le 06/10/2020 à 12:05 | Mis à jour le 06/10/2020 à 17:49
Photo : (c) NooS Global
Eric Mangin, NooS Global

Expatrié depuis 17 ans, Éric Mangin se considère un citoyen du monde, ce monde pour lequel il se bat depuis des années au travers de projets humanitaires liés à l’entreprenariat. Il lance NooS Global, une plateforme de gestion de dons qui connecte ONG et entreprises ayant un engagement RSE.


Éric Mangin a un parcours atypique. Biologiste de formation, il quitte la France  pour mener des projets humanitaires, puis devient directeur financier d’une grosse boîte de chimie en Chine, avant de revenir à ses premières amours, l’humanitaire. Il a atterri à Madrid il y a six ans après être passé par le Sénégal, le Cambodge et la Chine. 

Mais attention. En parlant d’humanitaire, son objectif n’était pas d’aider les populations en faisant de l’assistanat. Ainsi, quand il est arrivé en 2003 au Cambodge, Éric Mangin se rend vite compte que ce qu’il avait pensé ne répondait pas aux besoins locaux. Il a alors mis en place des activités basées sur le tourisme et l’artisanat. Ce sont des projets qui ont très vite marché, qui ont dégagé de l’argent et qui fonctionnent de façon autonome depuis une quinzaine d’années. 

Créer de la richesse, pas de l’assistanat

"Il est important d’être sur le terrain -raconte Éric Mangin- pour se rapprocher des problèmes des gens et ainsi trouver les solutions. Et elles ne passent pas par l’assistanat. Il s’agit par exemple de leur apprendre à pêcher et non pas de leur donner les poissons. Pour aider les populations, il faut entreprendre d’abord, pour pouvoir créer de la richesse et ensuite redistribuer pour faire des projets d’intérêt général, liés à l’éducation ou la santé, etcetera. Profit for non Profit". En définitive, aider avec des actions qui n’ont à priori pas beaucoup de sens économique à court terme mais qui contribuent à la longue à la stabilité sociale, environnementale et économique des pays.

Fort de ces expériences, Éric Mangin décide de créer une entreprise autour de ce concept de "profit for non profit", autrement dit, une entreprise qui contribuerait au bien commun et à la société. Et c’est ainsi que naît en 2014 U2Guide, une plateforme de voyage qui permet de mettre en lien voyageurs, guides locaux et ONG locales, et propose des voyages, non pas solidaires, mais responsables. En plus, une partie des bénéfices est reversée à des ONG triées sur le volet, et aux profils différents, qui luttent entre autres pour la cause environnementale, l’éducation ou la santé. 

 

eric mangin noos global


Fini le tourisme de masse

Malgré l’effondrement actuel du tourisme, U2Guide est devenu un véritable précurseur en ayant misé avant l’heure sur un tourisme responsable. La plateforme a de beaux jours devant elle. "Depuis le confinement -explique Éric Mangin- de grands groupes du secteur touristique se sont rapprochés de nous pour nous demander de l’aide. Ils ont compris que le tourisme de masse avait fait son temps et qu’il fallait se repositionner vers des offres alignées sur ce que l’on fait depuis des années. Je viens d’ailleurs de recruter le mois dernier quelqu’un pour répondre à leurs demandes. Malheureusement je ne pense pas que beaucoup d’entreprises dans l’industrie du tourisme recrute actuellement". Pour ce projet, lepetitjournal.com lui a remis en 2019 le Trophée des Français de l'étranger, dans la catégorie entrepreneur.

Éric Mangin fourmille d’idées, et il n’allait pas s’arrêter là. Il est sur le point de lancer, courant octobre, son nouveau bébé, NooS Global, une plateforme de gestion de dons qui permet aux entreprises, via des programmes d’impact socio-environnementaux, d’engager leurs clients et leurs employés dans une réponse collective quant aux défis majeurs de la société et de la planète.  

La RSE, une necessité

Il faut dire que la responsabilité sociale des entreprises (RSE) s’est imposée ces dernières années comme un véritable facteur de compétitivité. Les différentes organisations, petites ou grandes, sont de plus en plus conscientes des impacts qu'elles causent sur la société. Sans oublier un intérêt marketing évident ! Rien de tel que des chiffres pour illustrer l’importance de la RSE pour une entreprise. Pas moins des deux tiers des consommateurs espagnols exigent désormais des marques responsables lorsqu'ils achètent un produit ou un service. Compte tenu des demandes de leurs clients, et des préoccupations sociales, les entreprises cherchent donc à fournir une réponse équilibrée entre activité et développement durable. 

"Le monde occidental est plus sensible à la RSE et aussi à la philanthropie -affirme Éric Mangin. De plus en plus d’entreprises adaptent l’économie traditionnelle en associant aux objectifs purement financiers des buts socio-environnementaux. Certaines d’entre elles, via leurs profits ou leurs ventes, financent des programmes caritatifs portés par des ONG exceptionnelles". Il arrivera un temps où les progrès ne seront plus mesurés seulement en terme de PIB, mais par l’évolution en matière de santé, d'environnement, d'inclusion, de culture, de lutte contre les inégalités, etc.

 

eric mangin noos global


Une stratégie philanthropique

"De nombreuses entreprises souhaitent vraiment s’investir -poursuit Mangin- faire quelque chose pour contribuer à la planète et à la société. Beaucoup essaient de créer leur propre stratégie philanthropique, mais ne savent pas toujours que faire. Le but, avec NooS Global, est de leur apporter des outils digitaux qui vont leur permettre de mieux engager leurs clients et leurs employés ; pour les entreprises plus petites qui n’ont pas les compétences ou les ressources, on leur facilite le travail en sélectionnant méticuleusement des ONG pertinentes sur cinq domaines : la biodiversité, le zéro déchets, la reforestation, la santé et l’éducation". 

Comme aime à le rappeler Éric Mangin, "le don est le chemin mais l’objectif final, c’est l’impact". Cette phrase de Peter Singer résume en effet à merveille la philosophie de NooS Global. "Les gens sont de plus en plus sensibles aux thématiques environnementales et sociales –souligne Éric Mangin- et les entreprises sont de plus en plus généreuses. Le Covid-19 a boosté ça. Le virus a traversé les frontières facilement, il n’y a plus de problèmes isolés, ce sont des problèmes globaux et on ne peut pas y arriver seuls ; la solidarité est là et c’est en unissant nos efforts qu’on y arrivera. Aujourd’hui, la technologie permet de catalyser tout cela".

On comprend mieux le nom choisi pour cette plateforme solidaire où le "nous tous ensemble" prend tout son sens. "NooS vient du grec ‘nous’ -explique Éric Mangin- et est un formidable concept philosophique. Alors bien évidemment en Espagne cela rappelle de tristes souvenirs, mais cela aurait été dommage de laisser l’usage de ce si joli mot à quelques véreux", déclare-t-il en référence à l'affaire Urdangarin. 

 

eric mangin noos global


Lancement le 6 octobre

Dans cette belle aventure, se sont regroupées plusieurs personnes engagées comme l’ancien managing director du Wall Street Journal ou une ancienne vice-présidente de Western Union. "Ce sont des gens qui ont excellé dans leurs carrières -raconte Éric Mangin- et qui se posent des questions essentielles, qui souhaitent aujourd’hui contribuer positivement afin que la maison arrête de brûler. La plateforme sort cette semaine en Europe et c’est comme un bateau que l’on met à l’eau, on ne sait pas s’il va voguer comme on l’espère, mais l’équipage est incroyable". Longue vie sur une mer tranquille à Noos Global.

Plus de renseignements : https://noos.global

 

eric mangin noos global


 

Nous vous recommandons

Armelle pvd

Armelle Pape Van Dyck

Après 15 ans à la direction de la communication de la 1ère banque espagnole, elle a décidé de concilier vie pro & perso, comme journaliste freelance en français ou espagnol. Elle est vice-présidente de l’Association des Correspondants de Presse Étrangère.
1 Commentaire (s)Réagir
Commentaire avatar

KRISS jeu 08/10/2020 - 00:50

"...c’est comme un bateau que l’on met à l’eau, on ne sait pas s’il va voguer comme on l’espère, mais l’équipage est incroyable"...... Ouai comme le Titanic ! Ni l’équipage ni l’iceberg le problème du naufrage du Titanic mais le bateau lui-même! Or aujourd’hui devant tous ces BATEAUX énormes MACHINS couteux qui nous dirigent, le seul principe que nous devrions considérer est que vues toutes les organisations internationales que NOS IMPOTS PAIENT pour ces fonctions il est inadmissible d’avoir besoin d’organisations privées pour avoir des idées pour faire flotter ces monstres technocratiques parmi les ICEBERGS de la mondialisation! Quand les bonnes volontés comme les vôtres verront-elles que c’est lui BATEAU mastodonte insubmersible qu’il faut radouber et non ajouter et ajouter des organismes bénévoles EQUIPAGES comme les vôtres pour le faire naviguer en ce monde ! Toutes ces énormes organisations internationales interlopes sont devenues fonctionnarisées mafieuses sans aucune responsabilité aux auto-émoluments mirobolants et vous êtes des milliers de bénévoles à faire leur travail en écopant avec une tasse de thé pour les maintenir à flots quand elles coulent ! Croyez moi cette technocratie d’eau douce prendra toujours place dans les chaloupes pendant que combien comme vous se sont déjà noyés ! Si vous ne les balancez pas à la mer c'est vous qui y serez! Bon vent et bon courage !

Répondre

Entreprise

Barcelone Appercu
GASTRONOMIE

La Bodega du Français: un ambassadeur des vins français en Espagne

Yann Silistrini a créé la "Bodega du Français" en arrivant à Barcelone il y a quatre ans. La carte propose une sélection de vins en provenance de l'Hexagone, distribués en Espagne

Expat Mag

Nouvelle-Calédonie Appercu
SPORT

Wind-Surf : Sarah Hauser entre au Guinness World Records

La windsurfeuse Calédonienne Sarah Hauser entre au Guinness World Records pour la plus haute vague wind-surfée par une femme à 10,97 mètres de haut à Haiku, Hawaï, USA le 31 Décembre 2019.

Sur le même sujet