Vendredi 16 novembre 2018
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

RELIGION - Ras el am el hejri : jour de l’An de l’Hégire

Par Lepetitjournal Tunis | Publié le 13/09/2017 à 00:00 | Mis à jour le 13/09/2017 à 00:00
HEGIRE

 

Ras el am el hejri désigne le début de l'ère musulmane, c'est le nouvel an musulman. Il sera célébré cette année le 21 septembre, avec l’entrée du premier jour du mois de Moharram de l’an 1439

Cette année, Rosh Hochanah, le nouvel an juif, sera célébré au même moment : du 20 septembre au soir jusqu’au vendredi 22 septembre.

Hégire est issu du verbe arabe hàjara "émigrer". En 622, le prophète Mohammed quitte la Mecque qui ne l'accepte pas comme prophète. Il émigre à Yathrib avec une centaine "muhajirun" (compagnons) dont Abou Bekr Es-Seddiq, l'envoyé de Dieu, devenu ensuite dirigeant religieux, politique et militaire. Il fut le premier calife de l'islam, de 632 à 634 après la mort du Prophète.

Yathrib se situe à 430 kilomètres de La Mecque. Ils y sont accueillis par les deux tribus des Aws et des Khazraj, appelés les "Ansars" : ceux qui ont aidés.

Yathrib devient Médine "la ville" par excellence et, plus tard, la Ville du Prophète : Medina en Nabi.
C'est ici que débute l'ère nouvelle, celle de la première communauté musulmane.

L'Hégire est fêtée comme le premier jour de l'année musulmane. Ce n'est pas une fête fixe dans le calendrier civil usuel, car elle dépend de l'année lunaire qui compte 354 jours. Elle recule donc chaque année de 11 jours, du point de vue du calendrier solaire, comme les autres fêtes musulmanes..

La fête de l'Hégire ne donne pas lieu à de grandes festivités dans le monde musulman, comme c'est le cas pour l'Aïd el sgheir (la petite fête) à la fin du Ramadhan ou l'Aïd el "kebir" (la grande fête) ou Tabaski, à la fin du pèlerinage à la Mecque.

Elle marque simplement le début de l'année musulmane et l'anniversaire de cette migration du prophète et de ses compagnons en 622 de La Mecque à Médine.

La tradition

Il convient de s’échanger des vœux de bonheur et de manger du couscous fait de légumes, d'haricots et de pois chiche avec le qaddid de l'Aid et les andouillettes séchées et épicées (ousbene cheyah).
Le soir précédant la fête on prépare la mloukhya, porte bonheur et  sous le signe de la verdure.

A Nabeul, chaque enfant reçoit un methred en poterie de fruits secs, de dattes, d'œufs durs, de bonbons, de morceaux de sucre et garni au centre par une statuette de sucre moulée et colorée, représentant des animaux (coq, gazelle…) ou des personnages (poupée, cavalier).

Territoire sacré

L'accès à Médine est interdit aux non-musulmans, c'est un « territoire sacré » : enfreindre cette règle est très gravement punie. Afin, de garantir celle-ci, des postes de contrôle sur les routes surveillent l'accès à la ville. La présentation d'un « certificat de conversion à l'islam » est nécessaire, et se fait lors de la demande de visa « hajj » ou « omra » à l'ambassade d'Arabie saoudite. Ce document est normalement délivré dans n'importe quelle mosquée, après entretien et contrôle des connaissances. Ce document n'est pas nécessaire lorsqu'on possède un nom et un prénom musulman. 

La Mecque

C'est ici qu'est né Mahomet, le prophète de l'islam, à la fin du VIe siècle. Elle abrite la Kaaba au cœur de la mosquée Masjid Al-Haram. Sa fondation est liée à Ibrahim (Abraham), ce qui en fait la ville sainte la plus sacrée de l'islam, réservée aux musulmans à l'instar de Medine.

C'est annuellement et depuis le VIIe siècle le lieu du pèlerinage de La Mecque (hajj) qui rassemble aujourd'hui des millions de fidèles des différentes confessions de l'islam, venus du monde entier. C'est aussi le lieu vers lequel sont adressées les prières quotidiennes des pratiquants musulmans.


La Rédaction (www.lepetitjournal.com/tunis) mardi 12 septembre 2017

 

0 Commentaire (s)Réagir

Que faire à Tunis ?

IDÉE SORTIE

A VOIR A FAIRE - L'agenda du week-end

Chaque lundi : l'agenda de la semaine - Chaque vendredi : l'agenda du week-end : cinéma, théâtre, musique, événements, festivals, gastronomie, sorties, centres culturels