Mardi 18 juin 2019
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

San Isidro : histoire d'avoir quelques repères

Par Monique Auxenfans | Publié le 13/05/2019 à 15:00 | Mis à jour le 13/05/2019 à 15:00
Photo : DR
san isidro

Qui est Saint Isidore ? Qu'est ce qui distingue les rosquillas tontas des listas ? Et quid des rosquillas francesas ? Que peut on découvrir au Musée de Saint Isidore ? Autant de questions auxquelles vous trouverez la réponse ici



Who's who


Saint Isidore Le Laboureur nait en 1082 près de Madrid. Sa piété, sa dévotion pour la Vierge, sa charité sans limites et ses miracles font que ses contemporains l'admirent et le vénèrent comme un Saint. Il meurt le 30 novembre 1172, âgé de 90 ans. Il est enterré au cimetière de Saint André, sa paroisse. 40 ans après, en 1212, son corps intact est retrouvé par révélation divine. Béatifié par Paul V en 1619 et canonisé en 1622 par le Pape Grégoire XV, la célébration de sa fête est fixée le 15 mai. On peut invoquer Saint Isidore pour qu'il pleuve ou pour obtenir de bonnes récoltes.



Spécialités gastronomiques typiques de San Isidro : rosquillas et rabo de toro


Les rosquillas sont des gimblettes (sortes de beignets ronds sucrés) faites traditionnellement à partir des excédents de pâte à pain. Il y en a quatre sortes.  Les rosquillas tontas et les francesas sont les plus anciennes et les plus simples. Elles sont habituellement parfumées avec de l'anis. Les rosquillas listas (les futées) sont recouvertes de sucre glace, qui peut être de couleurs différentes (marron, jaune, rose....). Enfin, les rosquillas de Santa Clara sont passées par un jaune d'oeuf et couvertes ensuite d'une couche de meringue sèche blanche.
Barbara de Braganza, épouse de de Fernando VI, serait à l'origine des rosquillas francesas. Trouvant les rosquillas tontas insipides, elle aurait demandé à son cuisinier de les baigner dans une poudre d'amande et de sucre donnant lieu à ces beignets qui devinrent très populaires à l'époque dans les rues de Madrid.
Les aventuriers se risqueront quant à eux à goûter le rabo de toro (ragoût à base de la viande de la queue de taureau)... L´histoire de ce plat est bien simple. San Isidro, c´est aussi la semaine où commence une des Ferias Taurinas les plus réputées. 



Le musée


Le Musée des Origines (ancien Musée de Saint Isidore), plus connu sous le nom de "La Maison de Saint Isidore", occupe au pied de la paroisse de Saint André, l'emplacement du Palais des Comtes de Paredes. Une exposition permanente est consacrée à l'archéologie madrilène et à l'histoire de la ville jusqu'au transfert de la Cour en 1561, décidé par Philippe II. 


Musée de San Isidro
Plaza de San Andrés, 2
tel :34.91.366.74.15

monique

Monique Auxenfans

Spécialisée sur les sujets culturels, touristiques et gastronomiques, expatriée au long cours, voyageuse infatigable. Spécialiste de l'Espagne et de l'univers hispanophone.
1 Commentaire (s)Réagir
Commentaire avatar

Ben mar 14/05/2019 - 12:31

Pourquoi faut-il etre courageux pour manger de la queue de Taureau? C'est une viande excellente, et pas vraiment exotique: on en mange aussi souvent en France.

Répondre

Expat Mag

Bangkok Appercu
TOURISME

La grotte de Tham Luang devenue un haut lieu de pèlerinage touristique

Sumalee dépose des fleurs blanches et s'incline devant la statue de Saman Kunan. Ce plongeur est décédé lors du spectaculaire sauvetage des jeunes joueurs de foot thaïlandais et de leur entraîneur, pi

Sur le même sujet