Samedi 24 août 2019
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

Madrid : Municipales 2019, ce qu’il faut savoir 

Par Arthur Diaz | Publié le 21/05/2019 à 19:05 | Mis à jour le 21/05/2019 à 19:11
Photo : Creative Commons
élections madrid

Le 26 mai prochain, les Madrilènes sont appelés à voter pour les élections municipales, en même temps que les Européennes et les élections autonomiques de la Communauté de Madrid. Manuela Carmena est prédit vainqueur pour un deuxième mandat selon les sondages. 

 

Les Français résidant en Espagne pourront voter aux élections municipales le 26 mai. Pour ce faire, il est impératif de s’être inscrit au registre de votre ville de résidence (padrón) avant le 31 janvier et d'avoir fait connaître son souhait de participer au scrutin. Si ce n’est pas déjà fait, il sera alors impossible de voter.  

Le maire est élu par la corporation municipale des conseillers. Ces conseillers municipaux sont 57 à siéger et sont élus au suffrage universel par les Madrilènes en âge de voter. Ces élections sont organisées tous les quatre ans. Une fois ces conseillers élus, ces derniers procèdent à l’élection du maire parmi les candidats qui sont les têtes de liste des élections. Si aucun candidat n’obtient la majorité absolue, c’est tout de même la tête de liste qui a recueilli le plus de voix qui est élue maire, et un jeu d’alliance est quasi inévitable. 


Contexte

Les élections municipales de 2015 à Madrid ont porté Manuela Carmena à la mairie. Cette dernière les avait remportés avec sa plateforme citoyenne Ahora Madrid. Depuis lors, le mouvement se nomme Más Madrid et compte notamment sur le soutien d'Iñigo Errejón, ancien Porte-parole de Podemos. 

La victoire d’Ahora Madrid a mis fin à la domination du Parti Populaire (PP), à la mairie depuis 1991. Depuis 2015, Manuela Carmena, ancienne membre du Parti communiste d’Espagne durant les années 60/70, gouverne avec le soutien des neuf conseillers municipaux du PSOE. 

Les élections municipales espagnoles sont également les premières échéances madrilènes depuis le renversement du gouvernement de Mariano Rajoy (PP) par le socialiste Pedro Sánchez (PSOE). Ces élections municipales espagnoles se présentent comme un test pour les deux partis traditionnels espagnols. C’est également les premières élections depuis l’arrivée de l’extrême droite (VOX) au congrès des députés le 28 avril dernier. 


Pronostique 

Selon les sondages du Centro de Investigaciones Sociológicas (CIS), la gauche gagnerait à nouveau le scrutin dans la capitale. Manuela Carmena embringuerait un second mandat avec 21-23 conseillers, avec le soutien du PSOE qui prévoit 10 à 12 conseillers. Le parti socialiste, représenté par l’ex-entraîneur de l’équipe espagnole de basket-ball, deviendrait la troisième force politique à Madrid. 

Manuela Carmena, ancienne avocate et juge du tribunal suprême d’Espagne, est une des figures de ces nouvelles politiques qui se forment dans toutes les villes d’Espagne. Elle représente les "Mairies du changement", à l'instar de celles de Barcelone (Ada Colau) ou Valence (Joan Ribó). 

 

 


Le Parti Populaire (PP) représenté par José Luis Martínez Almeida serait la deuxième force politique et obtiendrait 13 à 15 conseillers. Cependant, le parti perdrait ainsi 6 à 8 conseillers municipaux par rapport à 2015. Si les sondages sont justes, cela porterait un coup dur aux conservateurs, en crise de légitimité. 

Ciudadanos a vu sa popularité croître dans les sondages après la crise catalane. Le parti qui a pour tête de liste Begoña Villacís Sánchez obtiendrait 8 à 9 sièges. Une légère hausse par rapport à 2015. 

L’extrême droite de VOX ferait son entrée avec 2 à 3 sièges.

 

 


L’entrée de l’extrême droite à la mairie 

Le parti VOX, dirigé par Santiago Abscal, ancien membre du Parti Populaire, a présenté Javier Ortega Smith comme tête de liste à la mairie de Madrid. Le terme "seguridad" (sécurité) se répète dans leurs discours, ainsi que la lutte contre l’idéologie du genre, avec par exemple la proposition de sortir l'Orgullo Gay du centre de Madrid. Ils prônent un recentralisme sur Madrid, la baisse des impôts et l’expulsion des immigrants illégaux. 

 

 

arthur diaz

Arthur Diaz

Jeune journaliste partagé entre la France, le Canada et l’Espagne. Arthur est passionné par la politique. Motivé et polyvalent, il a déjà travaillé pour la télévision québécoise.
0 Commentaire (s)Réagir

Que faire à Madrid ?

Barcelone Appercu
TOURISME

Les tops et les flops des plages espagnoles

L’Espagne est connue pour réunir quelques unes des plus belles côtes d’Europe. Mais si on y trouve de véritables joyaux, d’autres plages peuvent très vite vous faire déchanter.

Vivre à Madrid

TRADITIONS

Le plaisir d’être "de rodriguez" à Madrid en août

"Estar de rodriguez" est une expression qui se réfère aux maris, souvent pères de famille, qui restent à la ville l’été lorsque que leurs femmes et enfants sont au "pueblo" ou au bord de mer.

Expat Mag

ENVIRONNEMENT

Amazonie, le poumon vert de rage

Depuis plusieurs semaines, les incendies ravagent la forêt amazonienne dont 60% se trouvent sur le territoire brésilien. Lundi dernier, Sao Paulo se trouve plongée dans le noir en plein jour

Sur le même sujet