Lundi 29 novembre 2021
TEST: 2298

La célèbre bataille de Grunwald

Par Emma Monbrun | Publié le 16/07/2021 à 04:30 | Mis à jour le 16/07/2021 à 04:30
bataille grunwald

La célèbre bataille de Grunwald, l'une des plus grandes batailles de l'Histoire, fête son 611e anniversaire cette année. Le 15 juillet 1410, plus de 50 000 chevaliers, fantassins et artilleurs polonais et lituaniens se sont battus dans le nord de la Pologne afin de repousser les chevaliers teutoniques.

 

Querelles historiques

Il y a eu un grignotage teutonique des terres polonaises et lituaniennes. Les chevaliers teutoniques avaient conquis suffisamment de terres sur la Pologne et le Grand-Duché de Lituanie pour établir leur propre État. Ce qui a d’ailleurs conduit à l'alliance polono-lituanienne. La conversion de la Lituanie au christianisme aurait dû suffire à mettre un terme aux croisades teutoniques dans la région. Mais les chevaliers contestèrent l'acte devant le pape et poursuivirent leur avance militaire, notamment en brûlant quelques villages au passage. Les médiations politiques ayant échoué, les deux parties étaient alors prêtes pour la guerre.

 

Les belligérants

Les forces armées se mobilisèrent à travers le duché, conduisant à la création d'une énorme force de combat: 50 000 soldats et chevaliers polonais et lituaniens;  la cavalerie légère tatare commandée par un ancien Khan de la Horde d'Or; des guerriers ruthènes sous le chef hussite Jan Zizka. Les chevaliers teutoniques étaient soutenus par des alliés des États germaniques et des croisés de l’Europe de l'ouest. Ils étaient commandés par leur Grand Maître, Ulrich von Jungingen, les Polonais et les Lituaniens par leur roi et leur grand-duc.

 

Le cours de la bataille

La première étape de la campagne était de rassembler toutes les troupes polono-lituaniennes à Czerwinsk, à environ 80 kilomètres de la frontière prussienne, où les forces combinées ont traversé la Vistule sur un pont flottant.

En juillet 1410, l’armée envahit la Prusse et marcha vers le bastion de l'Ordre à Marienburg (aujourd'hui Malbork). Cela a pris les chevaliers par surprise et les armées adverses sont entrées en collision vers l'aube dans les champs près de Tannenberg et Grunwald.

L'armée polono-lituanienne s'est alignée avec la cavalerie lourde polonaise à gauche et la cavalerie légère lituanienne à droite. Ils ont été rejoints par les tirailleurs tatars et les guerriers bohémiens.

Une fois la bataille commencée, l'échelle de la victoire était inclinée du côté teutonique. Mais ce n'est qu'à la fin que les forces adverses ont commencé à inverser la tendance en leur faveur. Après des heures de combats acharnés, von Jungingen dirigea une charge dans l'espoir de tuer le roi polonais. Mais il fut tué lui-même. La charge échoua et l'armée de l'Ordre Teutonique fut brisée.

Les chevaliers, privés de leur chef, se sont repliés dans le camp teutonique, mais les civils se retournèrent contre eux.

 

Conclusion glorieuse

La bataille est considérée depuis comme l'une des plus importantes de toute l'Histoire de la Pologne. En 1411, l'Ordre a dû payer une indemnité substantielle pour la Paix.

La victoire polono-lituanienne a marqué le début du déclin des chevaliers teutoniques en tant que puissance militaire. Elle a modifié l'équilibre des pouvoirs en Europe centrale et orientale et a marqué la montée de l'union polono-lituanienne en tant que force politique et militaire dominante dans la région.

 

L’œuvre monumentale de Matejko

La peinture monumentale (4,26m sur 9,87m) de Jan Matejko de 1878 qui est la photo de l’article représente simultanément les épisodes les plus mémorables de la bataille.

Même si le peintre s'est permis d'introduire des éléments fictifs, il l'a fait sur la base d'une recherche approfondie des événements historiques. Il s'est assuré que le paysage de la bataille soit reflété de manière très réaliste. Il a même visité le site de la bataille. Dans La bataille de Grunwald, les trois parties principales que l’on distingue sont:

  • l'épisode dans lequel le chevalier Dippold Kikeritz a tenté d'attaquer le roi de Pologne mais a été arrêté et tué (en haut à droite)
  • le moment glorieux de la défaite du Grand Maître Ulrich von Jungingen (au centre)
  • les derniers instants à Grunwald, où les chevaliers teutoniques restants ont à peine survécu (en haut à gauche)

Si vous souhaitez voir le tableau de vos propres yeux, il est exposé au Musée national de Varsovie.

Ce tableau avait une signification particulière pour les Polonais pendant la période de 123 ans où la nation n'existait sur aucune carte. Les peintures et la littérature conçues “pour égayer le cœur des gens” ont nourri la conscience et le sentiment patriotique du peuple polonais.

 

En juillet 2019, en reconnaissance de la victoire polono-lituanienne et de son anniversaire, des milliers de personnes se sont rassemblées pour reconstituer la bataille, créant un grand spectacle d'épées, de chevaliers en armure et de cavalerie. Il s’agissait d’une des plus grandes reconstitutions historiques du monde ! Le spectacle a rassemblé plus de 1 000 reconstructeurs historiques de Pologne, d'Europe et d'Afrique du Sud, ainsi que 80 000 spectateurs.

 

Nous vous recommandons
IMG_3948

Emma Monbrun

Étudiante puis expatriée à Wrocław, Pologne, je suis professeur FLE depuis 3 ans. Passionnée d'Histoire, des langues et des relations franco-polonaises, maintenant rédactrice pour lepetitjournal.com à Varsovie.
0 Commentaire (s) Réagir