STUDNIOWKA – Une danse pour devenir adulte juste avant la Matura, le bac polonais !

Par Lepetitjournal.com Varsovie | Publié le 04/05/2022 à 00:00 | Mis à jour le 04/05/2022 à 13:09
Bal de promo Pologne

« Bobby », capitaine de l’équipe de foot US de son université, attend en bas des escaliers sa dulcinée « Beverly », affublée d’une robe rouge et d’un sourire bright : un cliché bien hollywoodien, qui ne semble coller qu’à la culture américaine ?

 

Pourtant, la Pologne reste également attachée à son « bal de promo » à elle, répondant au doux nom de Studniówka. Et si elle se prive de la cérémonie de remise des diplômes un poil caricatural des Etats-Unis, c’est parce que sa célébration se déroule, assez curieusement, une centaine de jours avant la Matura, l’examen final des lycéens. Soit, vous l’aurez deviné, aux environs de la mi-mars. Le timing est donc parfait pour se plonger dans l’histoire et les petites légendes de cette tradition vieille de plus de deux siècles désormais. 

 

Les origines de la Studniówka

Apparue en 1812, la Studniówka est avant tout l’occasion de célébrer l’entrée dans l’âge adulte des lycéens polonais. Et quelle bonne justification pour organiser une fête gigantesque en tout point ! Le caractère inamovible de cette soirée et le but de sa célébration en ont fait un incontournable pour tous les établissements polonais : c’est à celui qui organisera le bal le plus spectaculaire qui l’emportera. Le port de robes majestueuses pour les filles, et de costumes sophistiqués pour les garçons, la création de petits coupons d’invitations VIP voire même la location d’un château ou d’un manoir : rien n’est assez grand pour marquer les esprits des futurs adultes.

Sous les yeux emplis de fierté des professeurs et des parents d’élèves, conviés, ces derniers assistent à cette cérémonie comme les témoins d’un relais générationnel.

Ainsi, ce bal offre aux futurs diplômés la possibilité de partager un verre de champagne honorifique avec leurs professeurs : c’est, selon la tradition, la première et unique fois que les élèves boivent de l’alcool en présence et avec leurs enseignants.

Pan Tadeusz et la Polonaise

Autre image forte marquant le passage à l’âge adulte, les étudiants ont le devoir d’ouvrir la danse, et pas de n’importe quelle manière. Les premières notes à retentir sont celles du thème de Pan Tadeusz, un film retraçant l’oeuvre du même nom d’Adam Mickiewicz, considéré comme le père de la littérature polonaise et l’un des plus grands poètes romantiques européens, dont cette œuvre est considérée comme la plus marquante de tous ses écrits.

Et, pour parachever l’accompagnement de ces symboles de haut prestige, les étudiants doivent ouvrir le bal par une « Polonaise », une danse prisée dans la Pologne du XVIème siècle. Cette danse, très en vogue jusqu’au XVIIIème siècle grâce à des compositeurs comme Mozart, Bach, et bien sûr Chopin, est de nature très solennelle et lente : le passé glorieux de la Pologne qu’elle représente rattache les étudiants à leurs racines, tout en leur conférant toute la noblesse qui entoure cette danse. Il devient tout de suite plus aisé de comprendre quelle portée symbolique peut avoir un tel moment pour les Polonais, toujours très fiers de se remémorer la gloire de la Pologne d’antan.

Des éléments folkloriques

Voilà pour ce qui est du caractère quasi-mystique de cette soirée. Néanmoins, et même si la Studniówka précède la Matura de quelques semaines, le bal est également à resituer dans son contexte étudiant : à savoir, le fameux examen de fin de lycée - capital, qui approche à grands pas. La Studniówka est ainsi chargée de petits éléments folkloriques, se rattachant aux superstitions et traditions locales insolites, supposées apporter la chance aux diplômés le jour de l’examen.

Il est ainsi conseillé aux jeunes filles de porter lors du bal une jarretelle rouge, qui serait un bon signe en vue de la Matura. Les plus superstitieuses iront jusqu’à remettre cette lingerie le jour même de l’examen, le tout sans l’avoir lavé, de préférence.

Que leurs homologues masculins se rassurent : s’il leur est un peu compliqué de compter sur l’augure de la jarretelle, ces messieurs peuvent volontiers porter des sous-vêtements rouges : l’effet serait sensiblement le même, toujours d’après la légende.
 

Notons que les hommes devraient porter le même costume lors de la Studniówka et la Matura, et que les femmes devraient éviter de se couper les cheveux entre les deux échéances, et que tous ne doivent SURTOUT PAS enlever leurs chaussures pendant le bal !

Les superstitions de rattrapage... 

Les lycéens qui auraient oublié leur caleçon rouge vif, ou qui auraient malencontreusement envoyé valser leurs chaussures pour cause d'ampoules, peuvent également se réjouir d’avoir des superstitions « de rattrapage », à réaliser après la Studniówka. Même en superstition, la Pologne pratique la poprawka

Il en existe ainsi de nombreuses, propres à la région ou la ville où se produit chaque Studniowka. Et la ville de Varsovie n’est pas en reste. Une fois le bal passé, il suffirait par exemple de sauter à cloche-pied autour de la statue de Nicolas Copernic, située dans la Vieille Ville, pour s’assurer des notes exemplaires dans les matières scientifiques. En ce qui concerne les matières littéraires, l’honneur est attribué à … Adam Mickiewicz, encore lui, dont la statue se trouve dans le parc Mickiewicza, évidemment.

 

Il ne reste alors plus qu’à souhaiter bonne chance aux lycéens de Pologne, cette semaine débutent les épreuves de la Matura ! 

Sur le même sujet
0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Varsovie !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

Bénédicte Mezeix

Rédactrice en chef de l'édition Varsovie.

À lire sur votre édition locale