N’oublions pas les réfugiés d'Ukraine à quatre pattes, aidons-les aussi !

Par Dominika Bralczyk | Publié le 14/03/2022 à 00:00 | Mis à jour le 14/03/2022 à 11:36
Photo : post Facebook "Friends of the Shelter SOS Kiev"
Comment aider nos amis à quatre pattes, victimes eux-aussi de la guerre en Ukraine ?

Avez-vous déjà laissé trainer vos oreilles dans les lieux publics ? Retirez simplement vos écouteurs ! La guerre en Ukraine est au centre de toutes les conversations, mais ce qui a retenu l'attention de Dominika Bralczyk, c'est un échange qui abordait « l'autre tragédie » engendrée par l'exode : celle vécue par les animaux de compagnie : chiens, chats, furets, hamsters, chinchillas, oiseaux, lapins... une véritable arche de Noé qu'on ne peut ignorer ! 

 

Une après-midi, deux jeunes femmes habillées de vêtements de sport discutent près de l'arrêt de tramway Galeria Bałtycka à Gdansk. Leurs amis à quatre pattes sont assis juste à côté d’elles. Il semble que ce soit une rencontre imprévue dans la rue, en promenant les chiens.

 

Les animaux, victimes collatérales de la guerre en Ukraine

Les visages des deux jeunes trentenaires n'expriment que la tristesse. Il s'avère rapidement qu'elles parlent de la guerre en Ukraine.  Plus précisément, le sujet de leur conversation concerne la situation des animaux dans ce pays. L'une d'elles mentionne une vidéo très émouvante qui montre les Ukrainiens fuyant avec leurs animaux et ajoute : « Je ne peux pas m'imaginer laisser mon Charlie ! » en regardant le chien assis à côté d'elle. L'autre femme répond : "Moi, je vais adopter un chien d'Ukraine. La guerre est aussi un enfer pour les animaux qui y vivent ».

Depuis que la Russie a envahi l’Ukraine et poursuit ses attaques, plus de deux millions de personnes ont fui leur pays, plus d’1.5 million ont franchi la frontière polonaise. C’est une vraie tragédie, non seulement pour les humains mais aussi pour les animaux : chiens, chats, furets, hamsters, chinchilla, oiseaux... Une véritable arche de Noé, en souffrance ! Nos meilleurs amis sont également victimes de la guerre : certains errent seuls dans des villes dévastées, d'autres doivent se cacher avec leurs propriétaires dans des abris, tremblant de peur, mais sont d’un réconfort infini tant pour les adultes que pour les enfants. Pour les plus jeunes, tétanisés par l’éclat des bombardements, être accompagnés de leur meilleur ami à fourrure, ou juste pouvoir caresser celui de son voisin de couchette, peut apaiser. 

Les gens ont tenté par tous les moyens de se sauver avec leurs animaux de compagnie : sur les genoux, dans les bras, dans le coffre de la voiture, dans un porte-bagages ou sur le sol, à leurs pieds, dans un train bondé... J’ai lu sur internet, qu’une jeune fille avait porté son chien, trop âgé et exténué pour marcher, dans ses bras pendant 17 kilomètres. 

 

 

 

Cela montre à quel point nos animaux de compagnie ont une place centrale dans nos vies

Les citoyens ukrainiens peuvent désormais passer la frontière avec leurs animaux de compagnie. Sur sa page internet, PETA France, qui suit de très près l’évolution de la situation aux frontières ukrainiennes a publié un point le 9 mars concernant leur passage : « (…) heureusement, la Hongrie, la Pologne, la Roumanie et la Slovaquie ont allégé les formalités d’entrée pour les animaux. De nombreux autres pays font de même pour permettre aux réfugiés ukrainiens de voyager avec leurs compagnons animaux. »

PETA  recommande, par ailleurs « vivement aux personnes de ne pas laisser leurs animaux derrière elles. Tout comme les humains qui fuient la guerre, les animaux de compagnie seront effrayés et stressés et dépendront de leurs propriétaires pour leur confort et leur sécurité. ».

 

Des lieux où confier son animal quand il n'est pas possible de l'emmener 

Pour les personnes qui ne pourraient pas fuir avec leurs compagnons, des vétérinaires ukrainiens, Leonid et Valentina Stoynov s’organisent pour les accueillir. 

Une publication d’appel à ne pas abandonner les animaux, a été publiée sur leur compte Instagram Vet Crew :

« Nous sommes bombardés. Sous ces cris, notre matinée a commencé. Effrayant. Mais pas pour nous. Pour les proches, pour les animaux. Pour toutes les âmes innocentes ! Mais nous travaillons et quoi qu'il arrive nous ferons notre travail ! Nous acceptons les animaux en urgence.

⠀Et nous acceptons votre soutien ici 🔴www.patreon.com/VetCrew🔴 (сlick link in bio).

Nous ne fuyons pas et serons à Odessa aussi longtemps que nous le pourrons, ensuite tout dépendra de la situation ! Mais nous n'abandonnons PAS les animaux ! »

 

 

 

Autre initiative : il y a une dizaine de jour, le directeur du zoo d'Odessa, au bord de la mer Noire, Igor Bilakov, avait fait passer l'information à la population, que sa structure pouvait accueillir les animaux que les réfugiés ne pouvaient pas emmener avec eux. Plus de 400 nouveaux animaux lui ont été confiés (chiffres au 12 mars), par des habitants partis se réfugier à l'étranger. 

 

Comment les Polonais se mobilisent-ils pour accueillir les animaux ?

En Pologne, la liste des refuges qui acceptent les animaux d'Ukraine ne cesse de s'allonger. Il y a également beaucoup d’annonces publiées sur les réseaux sociaux tels que Facebook. Grâce à cela, de plus en plus d'animaux trouvent un hébergement.

Żarskie Stowarzyszenie Ochrony Zwierząt Aport (Association pour l'assistance des animaux à Żary) dans la région de Lubuskie, accueille, par exemple de nombreux animaux en provenance d’Ukraine en attente de familles d’accueil.

 

 

Néanmoins, comme le rappelle ce post de Koci bzik, accueillir un animal déplacé dans des conditions difficiles et traumatisantes, n'est pas un acte anodin et demande une certaine préparation.

« Tout d'abord, la question de la santé. Lorsque nous accueillons un nouveau chat (qu'il s'agisse d'un chat sauvé d'Ukraine, trouvé dans la rue ou adopté), nous devons veiller à la sécurité de nos pensionnaires.

Vous ne devez en aucun cas laisser un chat nouvellement adopté en liberté avec vos animaux de compagnie. Il est nécessaire d'isoler les chats les uns des autres pour des raisons sanitaires et comportementales. Une période de quarantaine d'au moins 2 semaines est nécessaire. »

 

 

Si vous n'avez pas la possibilité d'adopter un chien, un chat, ou un lapin, vous pouvez néanmoins faire des dons. Nous vous encourageons à suivre les sites des refuges, des associations caritatives pour animaux ou des autorités municipales sur les réseaux sociaux (vous trouverez une liste en fin d'article). 

 

L'organisation à but non lucratif, DIOZ (Dolnośląski Inspektorat Ochrony Zwierząt) : inspection de la protection animale de Basse-Silésie, agit au quotidien sur le terrain en mettant au point des plans de sauvetage. L'organisation recherche notamment des personnes en mesure d'emmener les animaux à la frontière et de les transporter ensuite dans toute la Pologne ; des foyers temporaires pour des animaux sauvés des zones de guerre.

 

 

 

 

 

Derrière un animal abandonné ne se cache pas forcément un maître sans coeur : certains animaux ont perdu leurs humains dans des bombardements ; d'autres se sont sauvés, affolés par les détonations. Des familles encore, la mort dans l'âme ont été contraintes de se séparer de leur compagnon pour partir aux Etats-Unis. 

 

 

Qu'advient-il des animaux qui étaient avant la guerre dans les zoos en Ukraine ? 

Pour en revenir à nos deux amies touchées par le sort de nos fidèles compagnons, je n’ai pas eu malheureusement la fin de leur conversation car mon tram est arrivé. Sauf que je ne pouvais pas m’empêcher de continuer à y penser et d’un seul coup, je me suis demandée, ce qu’il advenait des animaux dans les zoos en Ukraine ? J’ai donc décidé de faire une recherche rapide sur mon téléphone : « Deux lions d’Odessa et un de Kiev ont atteint le zoo de Poznan », titre un article en date du 6 mars 2022, et ce, après de nombreux obstacles pour passer la frontière. Depuis cette date, ils ont été rejoints par d’autres « réfugiés ».

 

 


Nous sommes tous actuellement sous l'effet de l'émotion, ce qui fait naitre une solidarité immense : nous sommes nombreux à vouloir apporter notre aide, à tous les humains et « êtres vivants » arrivant d'Ukraine. 

 «  Le cœur humain se reconnait à la façon dont il traite les animaux », a écrit Emmanuel Kant. « Serce człowieka można poznać po tym, jak traktuje zwierzęta ».

J'espère que dans quelques mois, nous aurons encore autant de coeur à aider les réfugiés à 4 pattes ou à plumes et que les problèmes engendrés par la guerre, ne nous auront pas obligés à revoir nos priorités !

  

A qui s'adresser pour aider :

1 - Une collecte pour les animaux sans abri d'Ukraine a été lancée sur la page internet zrzutka.pl. Toute personne souhaitant soutenir les animaux qui fuient la guerre peut le faire en faisant un don, en cliquant ici pour accéder à l'ensemble des pages.

 

2 - DIOZ niesie pomoc na Ukrainie !  Dolnośląski Inspektorat Ochrony Zwierząt

Pour aider DIOZ, cliquez ici 

 

3 - Fundacja Viva!

  • ul. Kawęczyńska 16 lok 39, 03-772 Warszawa, Poland;
  • Bank: Santander Bank Poland,
  • IBAN: PL53150020801220800001000000,
  • SWIFT: WBKPPLPP,
  • Order: UKRAINE
  • PayPal ici 

 

4 - Fundacja ADA :

Pour donner votre taxe de 1% sur les animaux KRS 0000 313 847

Banque Santander de Pologne S. D: 27 1500 1634 1216 3005 4390 0000

Grèves rapides à l'étranger : WBKPPLPP

IBAN: PL27150016341216300543900000

PayPal ici 

Si vous souhaitez soutenir ce que nous faisons, veuillez faire des paiements à :

Numéro de compte bancaire : PL27 1500 1634 1216 3005 4390 0000

Code SWIFT : WBKPPLPP

PayPal ici 

 

5 - Friends of the Shelter SOS Kiev

 

6 - Soutenir Vet Crew et les vétérinaires Leonid et Valentina Stoynov en Ukraine
Leur adresse internet ici 

Le lien vers leur page pour aide et donation, cliquez ici.

 

7 - Żarskie Stowarzyszenie Ochrony Zwierząt "Aport"

DOMI CAPTURE

Dominika Bralczyk

J'ai été stagiaire à la rédaction et je suis restée ! J'adore écrire des articles sur l'actualité. J’étudie la philologie romane à l’Université de Gdańsk et j’apprends le français depuis 10 ans.
0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Varsovie !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

Bénédicte Mezeix

Rédactrice en chef de l'édition Varsovie.

À lire sur votre édition locale
À lire sur votre édition internationale