Mardi 25 juin 2019
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

VACCINS: quelles différences entre le calendrier français & espagnol?

Par Docteur Flavie LAMMERTYN-PAREIN | Publié le 04/02/2019 à 15:00 | Mis à jour le 04/02/2019 à 21:57
Photo : ©whitesession
Vaccination Espagne

Préoccupation de nombreux parents, les vaccins sont un sujet suscitant beaucoup de questions. Mon enfant est-il bien vacciné ? Quelles sont les vaccinations nécessaires avant de se rendre en Espagne ? Voici quelques explications simples et pratiques car les réglementations en matière de vaccination des enfants varient considérablement dans l’Union européenne.

 

Une politique vaccinale différente entre l'Espagne et la France 

Les réglementations en matière de vaccination des enfants varient considérablement dans l’Union européenne et de nombreux pays optent pour des recommandations plutôt que pour une obligation. C’est le cas en Espagne où aucun vaccin n'est obligatoire. 

Cependant, les pouvoirs publics en recommandent 13, gratuits pour les patients : poliomyélite, diphtérie, tétanos, coqueluche, bactérie Haemophilus influenzae B, rougeole, oreillons, rubéole, hépatite B, méningocoque C, varicelle, papillomavirus et pneumocoque. Certaines régions financent également celui contre l'hépatite A. D'autres sont recommandés mais payants comme le vaccin contre le méningocoque B et le vaccin contre le rotavirus.

En Espagne, alors que 13 vaccins sont proposés gratuitement mais non obligatoires, plus de 96% des parents font vacciner leurs enfants

En France, depuis le 1er janvier 2018, 11 vaccins pris en charge par la Sécurité Sociale, sont désormais obligatoires pour les nouveau-nés. Avec cette disposition, le gouvernement espère restaurer la confiance dans la vaccination. Avant cette date, seuls trois vaccins infantiles étaient obligatoires en France : la diphtérie (depuis 1938), le tétanos (depuis 1940) et la poliomyélite (depuis 1964). On parlait du "DTP" qui faisait l'objet de trois injections groupées avant l'âge de 18 mois.

Huit autres étaient recommandés : coqueluche, rougeole, oreillons, rubéole (ROR), hépatite B, bactérie Haemophilus influenzae, pneumocoque, méningocoque C. Ce sont eux qui ont été rendus obligatoires en plus des trois autres, soit un total de onze. 

Tous les enfants nés à partir du 1er janvier 2018 sont concernés mais la mesure n'est pas rétroactive et ne s'applique pas à ceux nés avant cette date. Ces onze vaccins obligatoires sont indispensables à l'enfant pour être admis en collectivité (crèche, école, etc.).

Le vaccin contre le papillomavirus (prise en charge également par la Sécurité Sociale), reste fortement recommandé. Le vaccin contre le rotavirus quant à lui, n'est pas recommandé dans le cadre du calendrier vaccinal, ni pris en charge par la Sécurité Sociale.

 

Des calendriers vaccinaux quasi similaires

Calendrier des vaccinations en France en 2018
Calendrier des vaccinations en France en 2018

 

Calendrier des vaccinations en Espagne en 2018
Calendrier des vaccinations en Espagne en 2018

 

Si les calendriers vaccinaux français et espagnols sont presque similaires, il existe tout de même quelques différences en ce qui concerne le méningocoque C, le vaccin contre la varicelle et le rappel du DTPcoq chez l'enfant de 11/13/14 ans. 

Ainsi, la vaccination contre le méningocoque C se fait en trois doses en Espagne, avec un rappel à 12 ans qui n'existe pas en France. Par ailleurs, si le vaccin contre la varicelle chez l'enfant est systématiquement fait en deux doses (à 15 mois et vers 3 ou 4 ans, rattrapé à 12 ans si non réalisé), il n'est recommandé en France et pris en charge par la Sécurité Sociale qu'à partir de 12 ans en deux doses, si l'enfant n'a jamais déclaré la maladie auparavant.

Enfin, il n'existe qu'un rappel de Td à 14 ans en Espagne, alors qu'en France un rappel de DTPcoqacellulaire est réalisé vers 11 ou 13 ans.

 

Les vaccins pour les populations particulières et à risque

En France, il faut retenir que les vaccins BCG, Grippe, et BEXSERO (contre le méningocoque B) sont recommandés pour des populations particulières et à risque. Votre médecin est compétent pour vous préciser et expliquer si votre enfant doit en bénéficier. Le BCG est remboursé par la Sécurité Sociale et recommandé si le nourrisson ou l'enfant est à risque de tuberculose. Le vaccin contre la grippe pour sa part est pris en charge si les nourrissons sont à risque dès 6 mois. Le BEXSERO quant à lui n'est pas systématique mais recommandé chez des nourrissons à risque. 

En Espagne, le BEXSERO (3 doses espacées d'un mois et rappel entre 12 et 15 mois) est systématiquement proposé à tous les nourrissons dès la sortie de la maternité. Concernant ce vaccin payant, on remet aux jeunes parents une fiche explicative sur le méningocoque B et une information sur le coût de revient des 4 doses de vaccins que les parents doivent acheter. BCG et Grippe sont, comme en France, recommandés pour des populations particulières et à risque. 

Vous l’aurez compris, les calendriers vaccinaux étant quasiment identiques, seule la politique de vaccination diffère entre les "recommandations" pour l'Espagne et les "obligations" pour la France. Il n'est donc pas nécessaire de prévoir de vaccination complémentaire à celles obligatoires en France.

 

La varicelle des « petits expatriés »

Une petite remarque pour nos "petits expatriés" français : il ne faut pas oublier qu'en Espagne, les enfants sont vaccinés contre la varicelle. Ainsi votre enfant aura peu de chance (ou de risque) d'être en contact du virus varicelle-zona et donc aura peu de chance de s'immuniser naturellement. Aussi, il ne faudra pas oublier de le faire vacciner vers 12 ans si besoin.

 

Soins des enfants en Espagne
Photo©Semevent

 

Lexique pratique des noms commerciaux des vaccins 

Vous pouvez facilement vous procurer les vaccins en France et en Espagne dans les pharmacies avec une ordonnance médicale. Il faut tout de même savoir qu'en Espagne, si vous achetez votre vaccin en pharmacie, il y aura toujours un délai de commande. Les vaccins sont remboursés par votre caisse de sécurité sociale sur facture et feuille de soin Cerfa "soins reçus à l'étranger" dûment remplie. Sinon ils sont faits gratuitement dans les "centro de salud".

  • BCG : tuberculose
  • INFANRIX HEXA, HEXYON : poliomyélite, diphtérie, tétanos, coqueluche, bactérie Haemophilus influenzae B, hépatite B 
  • PREVENAR 13 : pneumocoque
  • PRIORIX, MMR VAX : rougeole, oreillons, rubéole / sarampion, parotidis, rubéola
  • NEISVAC, MENINGITEC, MENJUGATE Kit :  méningocoque C
  • ENGERIX B, HBVAX pro : hépatite B seule
  • GARDASIL et CERVARIX : papillomavirus ou HPV 
  • VARIVAX : varicelle 
  • VAXIGRIG, INFLUVAC : grippe 
  • BEXSERO : méningocoque B

Il faut parfois se méfier car les noms diffèrent un peu : le BOOSTRIX polio espagnol équivaut au BOOSTRIX tetra français qui concerne la poliomyélite, la diphtérie, le tétanos et la coqueluche pour les rappels des 6 ans et 13 ans.  

Votre médecin est compétent pour vous aider dans la vaccination de votre nourrisson ou de votre enfant, il est facile et important de le mettre à jour dans ses vaccins et même expatriés, vous pouvez le faire aisément en Espagne.

 

Ne pas oublier l’importance de la vaccination

Pour conclure, insistons encore sur l'importance de la vaccination. Au cours des dernières années sont réapparues des maladies graves, voire mortelles ; des maladies que l'on croyait disparues et qui reviennent quand la vaccination recule, comme la poliomyélite, 18 ans après sa disparition. La poliomyélite a fait son retour en Papouasie-Nouvelle Guinée en juin 2018. Avant la généralisation du vaccin à la fin des années 1980, cette maladie virale était un des plus terribles fléaux de l'enfance, touchant plus de 600.000 enfants par an dans le monde restant parfois handicapés à vie.

Par ailleurs, 22 personnes sont décédées de la rougeole en France depuis 2008 et plus de 24.500 cas ont été déclarés entre 2008 et 2017 selon l'Institut Français de Veille Sanitaire. Cette recrudescence est due à la défiance croissante envers la vaccination. Ainsi, la diphtérie, la coqueluche, la rubéole, la tuberculose, ces maladies que l'on pensait enterrées font malheureusement leur retour depuis quelques années.  

N'oubliez pas que plus votre enfant est voyageur, meilleure doit être son immunité vaccinale. Et la seule façon de le protéger aujourd'hui contre certaines maladies graves reste la vaccination. 
 

Flavie Lammertyn, Diplômée d'État de Docteur en Médecine, Spécialisée en Médecine Pédiatrique et Materno-infantile

Docteur Flavie LAMMERTYN-PAREIN

Diplômée d'État de Docteur en Médecine, spécialisée en Médecine Pédiatrique et Materno-infantile. Ancien Interne du CHU RENNES, médecin de PMI Conseil Général du Morbihan et médecin du Centro Medico de la Canyada València
0 Commentaire (s)Réagir

Actualités

DROIT

Mourir sans testament

Souvent associé à un présage de décès ou uniquement réservé aux successions importantes, le testament est un acte de responsabilité que chacun d’entre nous devrait exercer dès sa majorité

Communauté

EDUCATION

Atelier du journalisme au LFV : un travail prolifique avec les 4e

Depuis deux ans, l’édition valencienne du site Lepetitjournal.com propose des ateliers sur le métier de journaliste et l’écriture journalistique au Lycée français de Valence.

Que faire à Valence ?

TRADITIONS

SAINT-JEAN – Une fête flamboyante

C'est ce dimanche soir qu'ont lieu de nombreuses célébrations autour de la Saint-Jean et du solstice qui marque le début de l'été. A cette occasion, des feux de joie sont allumés sur les plages...

Vivre à Valence

SANTÉ

Avortement en Europe : quels sont les délais à respecter ?

Chaque année, 3000 à 5000 Françaises se rendent dans des pays européens pour procéder à un avortement dans un délai plus large. Mais quels sont les délais dans le reste de l'Union Européenne ?