Jeudi 12 décembre 2019
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

Le tri sélectif au Japon

Par Charlotte Gide | Publié le 06/11/2019 à 11:55 | Mis à jour le 06/11/2019 à 12:10
dechet-poubelle-japon

Au Japon, le tri sélectif peut devenir un vrai casse-tête lorsqu’on ne comprend pas son fonctionnement. Petits conseils pour essayer d’y voir plus clair. 
 

9 millions de tonnes de plastique par an. Malgré sa grande utilisation de matière plastique, le Japon est un des pays maîtrisant aujourd’hui le mieux le tri sélectif. Près de 70% de ces bouteilles et 77% de ces déchets en plastique sont recyclés, selon l’organisation Plastic Waste Management. Plusieurs chaînes de konbini ont aussi prévu de remplacer le plastique par un « bio-plastique » biodégradable et recyclable notamment pour emballer les fameux onigiri. Déjà depuis plusieurs années, le pays du soleil levant a séparé deux types de déchets pour mieux les recycler : les combustibles (燃える) connus comme le papier, les emballages en plastique, les déchets organiques. Puis, les non-combustibles (燃えない) apparentés au verre cassé, aux flacons, aux sprays ou aux produits ménagers. Au fur et à mesure, le tri s’est affiné et aujourd’hui on compte plusieurs autres types de poubelles comme カン (kan) pour les canettes, ビン (bin) pour les bouteilles en verre, ペト(ボットル) (PET bottle) pour les bouteilles en plastique. Pour ces dernières, attention, car avant de les jeter, il vous faudra enlever l’étiquette et le bouchon que vous jetterez dans les combustibles. Le corps de la bouteille lui, ira dans la poubelle prévu à cet effet.

 

tri poubelle japon


 

Il faut savoir qu’au Japon, les gros conteneurs sont plutôt rares puisque le recyclage est entré dans les habitudes de la population. En se promenant dans les rues, il est presque impossible de voir des mégots ou des déchets par terre malgré, parfois, la difficulté pour trouver des poubelles dans les environs. Mais pas de panique, elles se trouvent généralement près des distributeurs automatiques (installés un peu partout dans la ville) notamment pour y jeter les bouteilles ou les canettes mais aussi dans les konbini store. Afin d’éviter de transporter ses déchets toute la journée à cause du manque de poubelle, il est d’ailleurs souvent utile de prendre son propre petit sac plastique dans son sac ou dans sa poche. 
 

Au Japon, les sacs vendus sont d’ailleurs transparents. Gare à vous si un déchet ne va pas dans la poubelle du jour, les éboueurs peuvent le laisser dans la rue jusqu’à ce que le problème soit réglé. Il faut d’ailleurs descendre sa poubelle selon le type de déchet ramassé le jour même au petit matin (le ramassage se fait souvent avant 8h mais tout dépend des quartiers) ou la veille au soir. Pour savoir où jeter sa poubelle, il suffit de repérer un petit filet de couleur dans votre rue, souvent situé près d’un poteau et dans une rue assez fréquentée. Attention, c’est à cet endroit précis qu’il faudra laisser votre poubelle puisque sinon, les éboueurs ne la prendront pas. Chaque résident dispose ainsi d’un calendrier et d’un petit fascicule lui indiquant quel déchet va dans quel conteneur, à quel jour il faut jeter les combustibles ou les non-combustibles… En bref, il va être rare de se tromper de jour, puisque, même sans ce livret, les poteaux électriques indiquent bel et bien le système de ramassage en japonais et en anglais. 

 

poubelle japon


 

Cependant, pour les déchets volumineux ou encombrants, la démarche est plus complexe. Il faut souvent se rapprocher d’une déchetterie pour lui signaler l’objet à jeter. Une fois cela fait et après avoir fixé le jour où vous devrez descendre votre encombrant, il faudra acheter une étiquette à coller dessus pour le rendre plus facilement repérable aux éboueurs. 

 

Quoi jeter dans quelle poubelle ? 
 

Les combustibles : il y en plusieurs types et chaque type peut se jeter dans un sac différent. On entend d’abord les déchets de cuisine comme les restes de nourriture, les coquilles d’oeufs, les plateaux repas, les boites en plastique. On y mettra aussi tout ce qui est fait en papier ou en plastique comme les serviettes de table, les couverts / assiette / verre en plastique, les sacs plastique… Il est aussi possible d’y jeter des déchets en « caoutchouc, cuir, tissu, chaussures » et les déchets organiques type feuilles, herbes, branches.
 

Les non-combustibles : concernent les verres contenant un produit la plupart du temps, comme des flacons de produits ménagers, les bouteilles d’huile, les ampoules, les sprays (à utiliser complètement et percer un trou avant de jeter)… Cela concerne également les métaux type casseroles, ustensiles de cuisine, cintres, parapluies, bouchons métalliques… ou le petit matériel électrique susceptible de rentrer dans un sac (et donc qui n’est pas considéré comme encombrant). Si jamais vous devez jeter des ampoules cassées, des couteaux, des vitres cassées, il faudra les envelopper dans du papier journal et signaler « dangereux » pour éviter toute déconvenue. 
 

Les encombrants : gros objets souvent plus grands qu’un simple sac poubelle. Cela peut être tout type d’objet et également des lampes néon ou fluorescentes. 
 

Les déchets recyclés : c’est tout ce que nous n’avons pas cité avant, comme les bouteilles de jus de fruits, les boîtes de conserve (à rincer avant de jeter), les canettes… Mais aussi les bouteilles en verre (à nettoyer à l’eau avant de jeter et à séparer selon la couleur de la bouteille) et les bouteilles en plastique (PET bottle), les papiers et les vêtements (ces derniers sont à mettre dans des sacs transparents avant de jeter). 

 

tri japon


 

Nous vous recommandons

charlotte-gide-journaliste

Charlotte Gide

Etudiante en journalisme, atteinte de cinéphilie aiguë depuis 23 ans. Aime la culture asiatique, les voyages et les koalas.
0 Commentaire (s)Réagir

Vivre à Tokyo

DÉCOUVERTE

Légendes japonaises : les yokai les plus… originaux

Fantômes, dieux (kami), animaux qui se transforment (bakemono), esprits… Les Yokai 妖怪 (妖 - yo - démon et 怪 - kai - mystère) sont nés dans les légendes japonaises et sont souvent assimilés à...