Lundi 21 janvier 2019
Singapour
Singapour
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

Être chrétien à Singapour

Par Laetitia Person | Publié le 17/12/2018 à 14:30 | Mis à jour le 18/12/2018 à 11:13
Photo : @CCFS
Chrétiens, Singapour

Dans une société où multiethnicité et multiculturalisme sont intimement liés et assoient son identité nationale, les autorités singapouriennes ne sauraient occulter la dimension du pluralisme religieux. Pour garantir la multiplicité confessionnelle, le gouvernement déploie une politique visant à garantir l’égalité des communautés, à faciliter l’harmonie religieuse et à préserver l’unité nationale. Dans un tel contexte, quelle est la place des chrétiens à Singapour ?

 

Le christianisme ne représente qu’une goutte d’eau dans l’immense continent asiatique, avec environ 3 % de chrétiens. À Singapour, pour l’essentiel, les Malais sont musulmans ; les Chinois associent bouddhisme, taoïsme et traditions confucéennes. La plupart des Indiens se tournent vers l’hindouisme. Quant au christianisme, il regroupe 18 % de la population (11 % de protestants et 7 % de catholiques). Jugée, par les jeunes, comme une religion dynamique, elle attire de plus en plus de fidèles, notamment parmi les Chinois. Dans son livre intitulé Démocratie, modernité et christianisme en Asie, le père Guillaume Arotcarena, des Missions étrangères de Paris (MEP) expliquait en 2009, que « ceux qui pourraient être considérés comme la classe moyenne supérieure se sont déplacés vers le christianisme, une religion considérée comme moderne ». Une tendance confirmée par le recensement de 2010, lequel a révélé que la proportion de citoyens se définissant comme chrétiens, était celle qui avait le plus augmenté en l’espace de dix ans, par rapport à toutes les autres religions. Plus de mille baptêmes sont ainsi célébrés, au sein de l’église catholique, chaque année, plaçant la communauté chrétienne de Singapour avec l’essor le plus rapide en Asie, devant Hong Kong, Taïwan et la Chine continentale.

 

Les catholiques francophones de Singapour, membres de l’Église universelle

 

Trois dimanches par mois, la communauté catholique francophone de Singapour se retrouve à l’école Saint Joseph Institution Junior pour célébrer la messe. « C’est un moment d’échange et de rencontre fort » pour le père Patrick. « Cette communauté est très riche. Nous accueillons principalement des catholiques, des protestants et des maronites. Nous nous considérons d’abord chrétiens, avec chacun nos spécificités. Cependant, nous profitons de notre présence à Singapour pour créer des passerelles entre les religions et encourager le dialogue interreligieux. L’année dernière, nous avons renforcé nos liens avec la communauté juive. Cette année sera placée sous le signe de l’hindouisme ou du bouddhisme. Notre ambition est d’encourager chacun à chercher la part de vérité qui se place dans l’autre ». À l’image des fidèles présents à Singapour, la communauté catholique francophone est très jeune et dynamique. Elle est portée par une équipe d’animation paroissiale, guidée par un projet intitulé De l’accueil à la rencontre. Les activités et événements y sont nombreux, à commencer par le catéchisme, le scoutisme, mais également des parcours plus spécifiques autour du développement de la spiritualité, de l’accueil, des problématiques de couples et des enjeux business en lien avec la spiritualité. « Une manière d’être des chrétiens contemporains » souligne le père Patrick. « Nous sommes membres de l’Église universelle, mais nous appartenons, de façon individuelle, à cette communauté et la faisons vivre » explique Sara Fredaigue. Une opinion également partagée par Anne-Laure Bertholin, venant de l’Église réformée en France. « En l’absence d’église réformée francophone à Singapour, un pasteur m’avait conseillé de me diriger vers une église presbytérienne, proche en termes de liturgie. Nous y sommes allés plusieurs années, mais cela ne correspondait pas à nos attentes et à nos habitudes. Même en maîtrisant parfaitement l’anglais, ce n’est pas naturel de prier en anglais ». L’appartenance à une langue de transmission de la foi et de la prière est un facteur prégnant dans lequel nombre de fidèles convergent. « Le fait de pouvoir prier en français, dans la langue dans laquelle s’est opérée la transmission de la foi, est quelque chose de fondamental. Dans les églises locales, la prière en anglais est un moyen de redécouvrir la signification de certains textes que je répète de façon automatique à la messe en français. Mais, ce n’est pas la langue dans laquelle on m’a transmis la foi et certains points ne peuvent être évoqués que dans cette langue » tient encore à préciser Sara.

 

Plus d'informations sur la Communauté catholique francophone de Singapour

 

La paroisse de la communauté catholique francophone de Singapour propose une veillée de Noël le 24 décembre à 18h30 à Saint Joseph’s Institution Junior (3 Essex Road – Singapore 309331)

 

Nous vous recommandons

Laetitia Person

Laetitia Person

Rédactrice en chef de l'édition. Diplômée en droit, Laetitia conçoit des stratégies éditoriales et contribue à la production de contenus en free lance depuis 2011. Elle se passionne pour la course à pied.
1 Commentaire (s)Réagir
Commentaire avatar

sanouk mar 18/12/2018 - 02:03

18% de chrétiens à Singapour, je ne l'aurais pas cru!

Répondre

Actualités

Cédric Beltrame - AU NOM DU FRÈRE

Le 24 mars 2018, le terrorisme a détruit une fratrie. Le lieutenant-colonel de Gendarmerie, Arnaud Beltrame est tué quelques semaines avant son mariage. Il a sauvé une otage dans des circonstances de