Édition internationale
Radio les français dans le monde
--:--
--:--
  • 0
  • 0

Le poisson d’avril, une tradition internationale aux formes diverses

Dans de nombreux pays, le 1er avril est la fête des blagues, dont l’origine reste incertaine. Dans les pays anglo-saxons, comme Singapour, c’est April Fools’ Day. Mais, attention, certaines plaisanteries sont illégales ici !

Le 1er avril est la fête des blagues dans beaucoup de pays.Le 1er avril est la fête des blagues dans beaucoup de pays.
Carte postale française célébrant le 1er avril (@ Musée de Dieppe)
Écrit par Jean-Michel Bardin
Publié le 31 mars 2024, mis à jour le 31 mars 2024

Le 1er avril, journée des blagues dans de nombreux pays

La France est loin d’être le seul pays où on fait des plaisanteries le 1er avril. En fait, la tradition festive de personnes qui sont l’objet de farces existe dans plusieurs cultures depuis l'Antiquité et le Moyen Âge au passage de l’équinoxe de printemps : fêtes religieuses romaines des Hilaria célébrées le 25 mars ou la Holi, fête des couleurs hindouiste, qui est célébrée à la même date cette année et où on se jette de la poudre rouge. Il faut noter que la fête des Fous ou des Innocents dans l’Europe médiévale se déroulait dans les jours suivant Noël.

Aujourd’hui, cette fête tombe le 1er avril dans la plupart des pays d’Europe sauf en Espagne, où a été conservée la tradition médiévale de la célébrer à l’occasion de Saints Innocents (28 décembre). Les dénominations diffèrent également : au Portugal, par exemple, c’est « le jour des mensonges ». La durée de la fête varie également : d’une demi-journée pour les Anglais à deux jours pour les Écossais.

La référence au poisson, dont on accroche une effigie dans le dos d’une personne à son insu, n’est pas non plus uniquement française. On la retrouve notamment en Belgique, en Italie et en Suisse. Aux Pays-Bas, les gens lancent même des harengs à leurs voisins.

Une tradition dont l’origine est peut-être française

Il y a plusieurs explications sur l’origine de cette tradition. L’une des plus tenaces, notamment en France, est qu’elle viendrait ... de France. Au début du Moyen-Âge, l’église, soucieuse de se démarquer du paganisme romain, avait fixé le début de l’année le 25 mars, jour de l’annonciation, car 9 mois avant le 25 décembre. Les festivités duraient jusqu’au 1er avril, où tout le monde se défoulait. Puis, le jour de l’an s’est déplacé à plusieurs reprises et de façon différente suivant les endroits. En 1565, le roi de France Charles IX en eut assez et promulgua en 1565 un édit qui ramena une fois pour toutes et pour tout le royaume le jour de l’an au 1er janvier, date qui était déjà en vigueur du temps des romains. Mais certains oublieux continuaient à célébrer le 1er avril et étaient ridiculisés et qualifiés de « poissons d’avril ».

En fait, l’existence de traditions analogues antérieures tend plutôt à lier cette fête, aux festivités du printemps, qui sont célébrées partout dans le monde.

Quant à la référence aux poissons, plusieurs explications s’affrontent également : référence au carême, pendant lequel le poisson prenait une place importante dans l’alimentation ; référence au mot grec ἰχθύς (ichthus), qui signifie « poisson », qui était l’abréviation de « Jésus-Christ, fils de Dieu, Sauveur », et qui était le symbole secret de ralliement des premiers chrétiens ; référence à la date d’ouverture ou de fermeture de la saison de pêche dans certains pays, … Quoi qu’il en soit, la tradition d’accrocher de vrais poissons dans le dos de gens à leur insu a existé dans de nombreux pays.

 

Le poisson était le signe de ralliement secret des premiers chrétiens.
Le symbole des premiers chrétiens (@ Wikipedia)

Pas de blagues pour les médias singapouriens le 1er avril

Singapour n’échappe pas à la tradition. L’année dernière par exemple, le parfumeur Jimmy Choo a annoncé un parfum au café, et la marque de glaces Meadow, une glace à la sauce de soja. Mais la palme est allée à la marine singapourienne qui avait annoncé la création d’une nouvelle unité de reconnaissance et d’opérations (la Frontline Reconnaissance and Operations Group) constituée de grenouilles (des vraies, pas des Français !) spécialement dressées pour pouvoir collaborer avec des humains.

Cependant, il y a un secteur où les plaisanteries sont interdites par la loi : les médias, qu’il s’agisse de journaux, radios, ou télévision. « L'intégrité des médias est remise en question lorsque les normes de qualité sont abandonnées par imprudence en faveur de la plaisanterie inappropriée. Les fausses informations conduisent à la désintégration du tissu social. Toute personne ou médias qui ne respecteront pas cette interdiction seront tenus pour responsables devant les tribunaux » a déclaré la Media Development Authority (MDA).

Il est vrai que certaines blagues peuvent mal tourner. Le 1er avril 2010, les journalistes du quotidien jordanien Al Ghad se sont amusés à faire une grosse plaisanterie. Ils ont ainsi affirmé qu’une soucoupe volante s’était écrasée dans le désert, situé non loin de Amman, la capitale de la Jordanie. Très loin de se douter de l’ampleur de l’info, des troupes ont été envoyés à la recherche des extra-terrestres. Le maire de la capitale, quant à lui, avait fait évacuer une partie de la ville et fermer les écoles. Autant vous dire que ces derniers n’étaient pas très heureux quand ils ont appris qu’il s’agissait d’un poisson d’avril. Une plainte a été déposée contre le journal.

Il vous reste à trouver où est la blague dans cet article !

 

Le 1er avril, on met des poissons dans le dos des gens à leur insu.
Le poisson d’avril d’aujourd’hui (@ Wikimedia)

 

Flash infos