Dimanche 17 octobre 2021
TEST: 2283

Antonio Manuel Nsaku Ne Vunda, premier diplomate africain du Vatican

Par Juliette Haudidier | Publié le 12/02/2021 à 08:20 | Mis à jour le 12/02/2021 à 11:01
antonio manuel nsaku ne vunda Vatican

À l'occasion du « Black History Month », Le Petit Journal de Rome vous propose de revenir sur le parcours des personnalités noires qui ont fait l’Histoire de l’Italie. Ce portrait est consacré au premier diplomate africain du Vatican : l’ambassadeur du Royaume Kongo : Antonio Manuel Nsaku Ne Vunda.

 

Nsaku Ne Vunda choisit de devenir prêtre et prend le nom portugais de dom Antonio Manuel. Suite à sa récente ordination, il reçoit le 17 août 1604 du Mani Kongo Alvaro II – le monarque qui est également son cousin - des lettres de créance qu’il doit porter au Pape Paul V, afin de renforcer le catholicisme dans son pays.

 

Le Royaume du Kongo s’étire du nord de l’Angola, comprenant la République Démocratique du Congo, le Congo- Brazzaville, ou encore le Gabon. À cette époque, il est placé sous tutelle portugaise et pour s’opposer à la traite des esclaves, pour cela il tente un rapprochement avec le souverain pontife.  En effet, depuis plus d’un siècle une partie de la population du royaume et la famille royale sont réceptives aux messages portés par les missionnaires portugais.

 

Le royaume de Kongo

 

Le périple à travers les mers et continents

Quelques jours après avoir reçu sa mission, le prêtre prend la tête d’une délégation de 26 personnes et ils embarquent direction le Nouveau Monde. L’objectif de Nsaku Ne Vunda est simple : rejoindre le Portugal par la mer pour ensuite rejoindre Rome par la terre. La traversée n’est pas de tout repos, il doit échapper aux attaques des corsaires, mais aussi le prêtre découvre l’horreur de la Traite Négrière.  L’écrivain congolais Wilfried N’Sondé, a consacré un ouvrage à l’incroyable périple du diplomate, qu’il décrit de la manière suivante :

« Pour quitter les côtes du royaume du Kongo, il embarque sur le seul galion disponible : un navire négrier qui, avant de rallier Lisbonne, va d’abord aller déposer sa sordide cargaison au Brésil. »

Nsaku Ne Vunda doit également faire face aux intimidations du Portugal qui refuse que le Kongo n’entretienne des relations diplomatiques avec le Saint-Siège. C’est pourquoi, il exige que l’équipage du diplomate effectue un immense détour pour retarder son arrivée à Rome. Le Portugal ne reconnaît pas la souveraineté du Royaume du Kongo, il exige l’application du principe de la Padroada auprès de l’autorité papale. Cette prérogative stipule que les pays ayant procédés à l’évangélisation de population, possèdent le droit de les administrer.

 

Fresque représentant l’ambassadeur Dom Antonio Manuel Nsaku Ne Vunda, exposée au palais du Quirinal à Rome.

 

Après un voyage éreintant, il atteint les côtes portugaises fin 1606. Le commandant de l’expédition est ensuite retenu en captivité à Lisbonne, puis Madrid. Durant sa séquestration, il échange sans cesse des lettres avec le Vatican qui décrète après plusieurs mois que :

« La Congrégation des rites du Vatican, ayant examiné la question, décide que l’envoyé du Mani Kongo peut être reçu aussi solennellement que les ambassadeurs des autres rois. »

Avec l’aide du Vatican, dom Antonio Manuel arrive finalement à Rome le jeudi 3 janvier 1608. Épuisée et fortement affaiblie après plusieurs années d’aventures, sa délégation ne compte plus que cinq membres. Le Pape lui envoie ses meilleurs médecins, puis se déplace personnellement pour le rencontrer. Harassé par son interminable voyage, Antoine Emmanuel Nsaku Ne Vunda meurt le 6 janvier 1608, jour de l’Épiphanie. Durant ses obsèques, le diplomate reçoit les derniers honneurs et est inhumé dans la basilique romane de Santa Maria-Maggiore.

 

Représentation dans les Arts

Après le décès du diplomate, le Pape Paul V demande au sculpteur Stefano Maderno de réaliser un buste en marbre à l’effigie du défunt. Un portrait est également exposé dans la « Sala dei Corazzieri », au palais Quirinal. Enfin une fresque est réalisée par Giovanni Battista Ricci en 1610 à l’intérieur de la Chapelle Paolina au Vatican. Elle représente les derniers instants d’Antonio Manuel avec le Pape à son chevet.

 

Portrait of Portrait d’Antonio Manuel Nsaku Ne Vunda © Bridgeman

 

Pour en savoir plus sur Nsaku Ne Vunda, vous pouvez retrouver le roman de Wilfried N’Sondé, Un océan, deux mers, trois continents, publié aux éditions Actes Suds en 2018. 

 

Nous vous recommandons
Juliette Haudidier

Juliette Haudidier

Juliette est étudiante en 3ème année à Sciences Po Paris et effectue un stage de 4 mois au Petit Journal de Rome.
2 Commentaire (s) Réagir
Commentaire avatar

Vyp ven 19/02/2021 - 13:44

Je viens de finir le roman de Wilfried N'Sondé, un vrai chef d'oeuvre littéraire Merci pour cet article qui résume tout autant le contenu de ce roman

Répondre
Commentaire avatar

Alroy sam 13/02/2021 - 14:25

Merci pour ce super article !

Répondre

Actualités

ECONOMIE

Une reprise économique dépassant toutes les espérances !

La reprise de l’économie italienne, que des mois de restrictions dues au Covid-19 ont mise très en difficulté, reprend avec une vigueur étonnante depuis quelques mois.

Vivre à Rome

INSOLITE

Des maisons pas comme les autres : Les Trulli.

Témoignage vivant de la vie rurale présente et passée des Pouilles, le trullo est un habitat dont l’existence remonte aux temps préhistoriques.

Expat Mag

EXPO

Exposition Morozov : voyager à travers l’art

Jusqu’au 22 février 2022, la Fondation Louis Vuitton propose l’exposition Morozov. Cette collection russe de renom international dévoile les oeuvres des plus grands artistes d’art moderne