Plaisir et addiction : quels sont les mécanismes ?

Par Article Partenaire | Publié le 27/01/2021 à 12:30 | Mis à jour le 27/01/2021 à 12:37
cerveau addiction plaisir

La simple vue d’un éclair au chocolat ou d’une quelconque sucrerie peut provoquer chez certains une envie, voire même un besoin irrésistible de consommer. Ce besoin est causé en grande partie par l’activation du circuit cérébral lié à la récompense.

Qu’est-ce qui fait que l’on glisse vers l’addiction ? Nous allons essayer de vous l’expliquer en vous décrivant ce qui se passe dans notre cerveau.

 

Comment fonctionne le plaisir

Naturellement l’être humain tend vers les sources de plaisir qui sont pour lui synonymes de survie.

Lorsque vous avez mangé pour la première fois un éclair au chocolat, les régions de votre cerveau liées au système de récompense se sont mises en branle. L’objectif de ce système est de maintenir « l’homéostasie » c’est-à-dire votre équilibre global. D’ailleurs de nombreux mammifères possèdent le même mécanisme.

Son rôle est de vous pousser à faire les activités basiques comme manger et dormir, essentielles au bon fonctionnement de l’organisme.

La dopamine, l’hormone du plaisir, se libère quand le circuit de récompense est activé. Cette libération de dopamine permet à l’organisme de se souvenir des stimulus agréables. Ainsi, vous répétez les actions et comportements qui procurent du plaisir. Il s’agit là du renforcement positif : vous mangez un éclair au chocolat, vous y prenez du plaisir, votre cerveau mémorise. Par la suite, dès que vous voyez un éclair, votre système de récompense s’active sans même l’avoir porté à votre bouche. Simplement en le voyant vous avez envie de le manger. On peut dire à ce moment-là que vous êtes « conditionné ».

 

Les différents circuits de récompense

Outre le circuit de base de la récompense, (fatigue = dormir) trois autres circuits cérébraux se mettent en route lors des récompenses naturelles :

  • Le circuit de la mémoire et de l’apprentissage qui s’active lorsque vous apprenez une leçon pour avoir une bonne note à l’école.
  • Le circuit de la motivation qui s’active quand vous vous engagez dans une activité agréable comme des jeux, des paris sportifs ou aider dans une association.
  • Le circuit de contrôle qui s’active lors de situations sociales comme par exemple en étant galant avec une femme.

 

L’expérience de la récompense produit du plaisir, tandis que le désir correspond à l’espérance de la récompense. Pour que le renforcement positif soit maintenu il faut pousser l’expérience jusqu’à la satisfaction.

 

Il est donc à souligner que la motivation de l’être humain ne vient pas uniquement de l’appétit. L’art ou la musique, par exemple, sont des stimuli bien plus complexes. Le circuit de la récompense peut être activé par la contemplation d’un tableau ou par l’écoute d’un morceau de musique, peu importe le style. Ces stimulis qui ne sont pas essentiels, à priori, pour la survie de l’organisme, sont plus sensibles à l’apprentissage.

 

Quand le plaisir devient addiction

C’est dans les années 50 que le psychologue et neuroscientifique américain James Olds et son collègue neuroscientifique canadien Peter Milner ont découvert le circuit de la récompense. Ils l’ont découvert en implantant des électrodes dans le noyau accumbens (ensemble des neurones se trouvant à l’intérieur de la zone corticale) du cerveau d’un rat. Le rat pouvait par la suite, en appuyant sur un levier, stimuler tout seul cette zone du cerveau impliquée dans le mécanisme de récompense. Résultat : le rat passait son temps à s’auto-stimuler sans même plus prendre le temps de manger.

C’est ce mécanisme qui est activé lorsque vous êtes sous l’emprise d’une addiction produite par les drogues licites ou illicites ou par certains comportements : la stimulation du circuit devient tellement puissante qu’elle est contre-productive. Elle vous amène à oublier vos besoins fondamentaux.

Lorsque vous êtes sous l’emprise d’une addiction les circuits ne sont plus synchronisés. Le circuit de récompense et celui de la mémoire-apprentissage fonctionnent de leur côté tandis que celui de la motivation et du contrôle marchent chacun de leur côté.

 

Manger sainement, se reposer et faire du sport permettent en général de garder le contrôle sur ces circuits de récompense et ne pas tomber dans les addictions.

 

Article Partenaire

Les “articles partenaires” ne sont pas des articles de la rédaction de lepetitjournal.com. Ils sont fournis par ou écrits sur commande d’un annonceur qui en détermine le contenu.
0 Commentaire (s) Réagir
Dans la même rubrique