Jeudi 18 juillet 2019
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

New York en mai, loin des sentiers battus

Par Laurène Hamilton | Publié le 06/05/2019 à 16:42 | Mis à jour le 07/05/2019 à 09:40
Que faire à New York

Tous les mois, Le Petit Journal vous livre découvertes, événements et recoins de la ville à explorer et à découvrir. Un rendez-vous avec New York loin des sentiers battus.


Showfields : le magasin « le plus intéressant au monde »


C’est le slogan annoncé lorsque l’on passe devant cet espace sur 4 étages au cœur de NoHo. Et c’est vrai que l’on va de surprises en surprises. À l’heure du tout digital, est-ce que les magasins éphémères ne deviendraient pas le modèle prédominant ? C’est le pari pris par les créateurs de Showfields. Et tout est fait pour donner envie d’y retourner. Commençons par le toboggan du troisième étage. Oui un toboggan pour petits et grands, comme moi qui me suis bien amusée. Des petits espaces pop-up avec des marques comme Saint James, ou encore des créateurs de Brooklyn, des installations artistiques à admirer ou même acheter.  


Bon à savoir : essayer le lit chauffant ou refroidissant réglable par smartphone

Stenfields

 

Lancement du nouvel Essex Street Market

Ce week-end a été marqué par la fermeture du site originel de l’Essex Street Market au 120 Essex street. 

Retour en arrière : en 1910, la dense population du Lower East Side culmine à 550,000 personnes. Les conditions de vie de ces immigrés de toutes origines, sont insalubres. Visitez le Tenement Museum pour vous en rendre compte. Dans les années 1930, les rues pullulent de marchands ambulants rendant l'accès aux services de secours difficile. C’est ce qui amènera en 1940, le maire La Guardia à créer des Halles couvertes sur Essex street. Les marchants sont désormais abrités et les rues dégagées. L’Essex Street Market devient alors un lieu de socialisation pour les communautés environnantes. Ces halles, qui avaient un petit parfum d’antan ont fermé dimanche 5 mai 2019. Heureusement elles vont rouvrir sur un nouveau site juste en face le samedi 18 mai.

L’ancien site va être utilisé pour créer des logements sociaux pour personnes âgées. La New York City Economic Development Corporation (NYCEDC) qui contrôle cet espace, a investi dans un nouveau complexe 3 fois plus grand que le site originel. Tous les marchands actuels se retrouveront donc dans le nouveau marché. De nouvelles enseignes s’installeront pour le plaisir des becs fins, comme par exemple Don Ceviche (cuisine péruvienne), Eat Gai (cuisine Thai) ou Riverdel (des fromages végan).


Le nouveau marché se trouvera ainsi dans un plus large complexe polyvalent comprenant des logements, des espaces verts et des bureaux d’ici à 2024. L’avenir nous dira si l’esprit de communauté aura été préservé avec des habitués hispaniques qui venaient faire leurs provisions et se retrouvaient pour discuter. Il faut l’espérer !


Bon à savoir : Lancement  le samedi 18 mai de 11h à 17h :  inscription gratuite au lancement Essex Market ( tote bag offert, dégustations gratuites, animation enfants)

Essex Market



Le mouvement #stopaugaspillage


Le Petit Journal New York en a parlé lors d’un article précédent, le service de traiteur Hush Hush défend l’idée d’un mode de restauration raisonnable, bio et sain. Au menu service traiteur et pourquoi pas des ateliers ? C’est ce que propose la Brooklyn Grange Farm lors d’un atelier le lundi 20 mai. Le ton est donné, la mission est #endfoodwaste. Cet atelier donne des clés pour changer ses habitudes afin d’avoir un impact réduit sur l’environnement. Il s’inscrit dans une démarche plus large dont le but est de faire évoluer les consciences. Ainsi l’ONG Foundation for New York’s Strongest - sous l’ombrelle de New York City Department Of Sanitation - organise une foire pour tous les professionnels de la cuisine avec plus de 80 professionnels réunis pour partager leurs astuces pour moins gaspiller lors de la Food Waste Fair.

Autre incontournable recommandé pour tout new-yorkais ou visiteur : découvrir les fermes urbaines sur les toits de Long Island City ou de Brooklyn. Dès mai, des visites sont organisées. Plus d’infos ici.

Ferme urbaine



Pomegranate Gallery : une grenade toute en couleurs


C’est l’histoire d’une famille. Une famille qui, comme beaucoup d'autres, quitte son pays pour rejoindre Israël. La famille d’Oded Halahmy quitte Bagdad dans les années 50. Puis Oded part étudier à Londres, à St Martin School Of Art, avant de s’installer à New York. Si vous passez par SoHo, arrêtez-vous à la Pomegranate Gallery- au 137 Greene Street - qui expose ses œuvres. Son studio est toujours là, au sous-sol. La galerie d’Oded fut là bien avant que Prada et Chanel ne vinrent s’installer dans le quartier. Avec un peu de chance, vous pourrez croiser ce grand monsieur, dont l’âge force le respect. Il vous parlera alors d’« amour », cet objet universel qui est la seule chose qui importe. On comprend alors que les sculptures d’Oded jouent avec les symboles du judaïsme et de l’Islam. 


Bon à savoir : Oded présente sa notion de la patrie de coeur et de ses racines dans l’exposition Hey Wow du Yeshiva University Museum 15 W 16th St du 1er mai jusqu’au 27 Octobre. Entrée gratuite.


À dénicher: un peu plus bas sur Greene Street, se trouve le SoHo building. À l’intérieur, caché, se trouve un petit coffee shop caché des touristes ! Indice : cherchez le plan de métro sur le trottoir.

Galerie d’art


Festival du film indépendant à New York


La fin du mois d’avril aura été marquée par le Tribeca Film Festival et le festival Focus on French Cinema. Le mois de mai mettra à l’honneur des films indépendants et internationaux lors du festival entre le 5 et le 12 mai. L’ONG NYC Independent Film Festival organise aussi des panels de discussions et des performances live. Son objectif est de mettre en lumière des films à petits budgets. Ainsi, depuis sa création, 1280 films de 61 pays ont été projetés depuis les 8 dernières années. 

 

Bon à savoir : du 5 au 12 mai, programmation et info sur : https://www.nycindieff.com/

Festival du Film Indépendant


Lénine sur Houston street


Non loin de l’Essex Street Market, il faut parfois lever le nez en l’air pour découvrir certaines curiosités. Je sais… avec nos maudits smartphones, c'est difficile. Ainsi avez-vous déjà remarqué cette statue de Lénine ? Originellement placée au-dessus du bâtiment Red Square sur Houston Street, cette statue fut déplacée sur le toit du 178 Norfolk Street en 2016. Pour comprendre le clin d’œil du promoteur immobilier Mr Rosen, il faut revenir en 1989. L’URSS s’effondre, et Mr Rosen, professeur à l’université de NYU, entreprend de faire construire un immeuble huppé dans l’East Village, considéré à l’époque comme un quartier populaire très contestataire. Ce sociologue urbain converti en promoteur immobilier eut le sens de la dérision… et du marketing. Quoi de plus kitsch que de nouveaux appartements tout confort au nom de « Red Square », afin de rappeler les origines contestataires du quartier ? Pour pimenter le tout, la statue de Lénine et l’horloge détraquée nourriront le charme décalé de ce bâtiment. Lénine salue le sud de Manhattan ainsi que Wall Street. Petit clin d’œil ? 

L’horloge, quant à elle, camoufle toujours la citerne du bâtiment.

 

Statue de Lénine

 

Laurène Hamilton

Laurène Hamilton

Laurène Hamilton est la fondatrice de New York Prive LLC, ateliers et visites guidées à NYC.
0 Commentaire (s)Réagir