Lundi 20 septembre 2021

En pleine pandémie, un accompagnement pour les femmes

Par Rachel Brunet | Publié le 14/01/2021 à 15:14 | Mis à jour le 14/01/2021 à 15:23
Accompagnement femmes pandémie

« Les mesures mises en place pour lutter contre la pandémie alourdissent  la charge de travail des femmes », observait, il y a quelques mois, la sociologue Catherine Pigeon Des Rivières, spécialiste en santé publique. Écoles fermées, programmes péri-scolaires annulés, télétravail de rigueur n’ont fait que compliquer et alourdir la charge de travail des femmes en même temps que leur charge mentale. On pourrait imaginer qu’il reste peu de place aux projets professionnels, artistiques, personnels que les femmes envisageaient avant le début de la pandémie. Tout a été mis en suspend sauf un certain malaise, parfois mal-être. Cependant, ces derniers longs mois ont aussi été pour certaines, un moment d’introspection avec à la clé, des envies. Réalisables et salvatrices.

 

Les fermetures d’écoles et de services de garde ont alourdi leur quotidien. Les femmes restent, en effet, les principales responsables des enfants, même si les hommes s’investissent davantage maintenant. Mais ce sont principalement bel et bien les femmes qui ont du conjuguer et adapter leurs emplois du temps à ceux des enfants, durant la pandémie.

Mais ces longs mois de crise, de confinement, de parenthèse ont aussi été l’occasion — entre deux zooms d’école à la maison, entre deux repas à préparer, après une réunion en ligne interrompue par ses enfants — de se questionner, de se projeter, d’imaginer un futur différent. Qu’il soit après la pandémie ou durant celle-ci. Beaucoup de choses ont été remises en cause. Et si on y voyait du positif ?

De quoi a-t-on vraiment envie ? Là est la vraie question. La réponse est possible, pour peu que l’on s’en donne les moyens. Et c’est bien ce que porte Muse Within, qui accompagne les femmes expatriées dans leur reconversion professionnelle ou dans la mise en oeuvre de leurs nouveaux projets professionnel, personnels, artistiques...

« Muse Within est une plateforme online dédiée aux femmes francophones expatriées animées par le désir d’entreprendre ou qui sont dans une réflexion de reconversion professionnelle » nous explique Laure Gudgel, la fondatrice. En cette période de crise — et donc d’introspection — Muse Within se tient plus que jamais aux côtés des femmes expatriées. « La crise a réveillé tous les questionnements » explique Laure Gudgel. Et de rajouter « avec notre programme, nous venons donner un élan, une impulsion, une bulle d’oxygène ». Du positif dans un tableau grisâtre.

 

Trouver sa voie en pleine pandémie

« Trouver sa voie ». Le nom du programme dont la prochaine session est proposée à partir du 25 janvier par Muse Within. Il s’adresse aux femmes qui sont dans une phase de réflexion et d’interrogation sur ce qu’elles vont faire. « Elles savent qu’elles ne vont pas pouvoir poursuivre ce qu’elles faisaient avant ou elles ont envie d’autre chose, sans que tout soit très clair. Ce programme les accompagne dans cette phase d’interrogation et d’introspection. Il leur permet de se poser les bonnes questions, de porter un nouveau regard sur elles. Qui sont-elles aujourd’hui ? Qui ont-elles envie d’être dans ce nouveau contexte » interroge Laure Gudgel. La première partie de ce programme est centrée sur du questionnement de soi, tandis que la seconde est davantage orientée sur de l’exploration. Aller toucher du doigt ces choses qu’elles ont envie de faire, mais qu’elles ne s’autorisent pas vraiment à imaginer.

« Ce programme s’étend sur une durée de 3 mois. C’est un accompagnement quotidien. Chaque jour, elles reçoivent par email un sujet sur lequel travailler afin de pousser leur réflexion. Le programme est fondé sur une approche intégrale avec des zones de travail allant du spirituel au plus concret. Chaque semaine, il y a une réunion collective online animée par une coach spécialisée dans les phases de changement et de transition. Les femmes sont invitées à avancer en tandem, parce que c’est plus efficace de travailler à deux, avec le regard de l’autre, qui peut parfois effrayer, mais qui aide à faire émerger les projets. L’objectif est d'identifier leur future trajectoire » conclu la fondatrice de Muse Within.

« Cela a été une expérience enrichissante sur le plan personnel mais à la fois riche en rencontres. Ces trois mois m'ont permis de me comprendre d'avantage et de me donner les clefs de mon future succès je l'espère. Cela m'a permis de repousser certaines limites et d'avoir une vision plus claire de ce je veux vraiment de la vie. J'ai trouvé le soutien nécessaire d'un groupe à la fois bienveillant et dynamique » témoigne Sandra.

Alors que les femmes et les hommes traversent une période psychologiquement épuisante, s’autoriser à accueillir une nouvelle idée, un nouveau projet, se questionner sur ce qui était jusqu’alors sublimé, oser se projeter et se surpasser permet de réaliser qu’il y a une lumière au bout du tunnel et permet d’imaginer l’après. Se réaliser en tant que soi. Ce soi transformé par la pandémie qui aura bouleversé l’humanité toute entière.

Il faut savoir prendre du temps pour soi. Le temps pour se réaliser. Se transformer. Il faut tout simplement oser.

 

Pour en savoir plus sur Muse Within

Pour s’inscrire au programme « Trouver sa voie » qui débute le 25 janvier 2021

 

 

 

Nous vous recommandons
Rachel Brunet

Rachel Brunet

Après être passée par la presse économique et la presse spécialisée, Rachel Brunet est la directrice et la rédactrice en chef de l’édition New York du Petit Journal.
0 Commentaire (s) Réagir

Expat Mag

Chiang Mai Appercu
TOURISME

La-iad Bungsrithong: “La sandbox de Chiang Mai va avoir du mal à démarrer”

Alors que Chiang Mai se préparer à rouvrir, La-iad Bungsrithong, présidente de l’association des Hôtels pour le Nord de la Thaïlande reste sceptique et n’envisage pas un retour rapide des touristes