Jeudi 21 novembre 2019
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

Laure Astier Gudgel aide les femmes à se réinventer

Par Portraits de Femmes - avec le soutien de Rue du Paradis | Publié le 15/08/2019 à 15:12 | Mis à jour le 15/08/2019 à 15:12
Photo : Laure Astier Gudgel dans l’objectif de Stephanie de Rouge
Reconversion professionnelle

Laure Astier Gudgel est originaire de Clermont-Ferrand. Elle y grandit et y fait ses études. Pendant son master en Management, elle passe 4 mois à l’Université d’Oklaoma dans un programme d’échange. Elle y rencontre d’ailleurs son futur mari « je l’ai ramené » dit-elle amusée. Puis, diplômée, elle prend la direction de Lyon, où durant plusieurs années, Laure Astier Gudgel est à la tête de la communication dans un pôle de compétitivité.

Après plusieurs années en France, pour des motifs professionnels, mais aussi par envie de retourner chez lui, son mari murmure l’idée de retourner vivre aux États-Unis. New York est au programme. Nous sommes en 2015, Laure est maman d’un premier enfant et la famille s’installe à Brooklyn.

Laure Astier Gudgel, forte de son expérience en France et d’une double culture qu’elle a acquis avec son Américain de mari se lance sur le marché du travail new-yorkais. Mais, très vite, elle se rend compte que son diplôme et son expérience n’ont aucune résonance de ce côté-ci de l’Atlantique. 

Entre cv et entretiens, Laure reçoit une belle nouvelle : elle attend son second enfant. Elle décide alors de mettre cette recherche d’emploi entre parenthèses et profite de cette période pour se poser et se demander ce qu’elle attend vraiment de son avenir professionnel. 

C’est en préparant chaque jour la lunch box de son aîné qu’une idée fleurie dans son esprit. Pourquoi ne pas lancer un business de lunch box qui viendrait à la rescousse des parents débordés ou manquant d’imagination afin de préparer chaque jour un repas équilibré pour leurs bambins.

Avec une autre maman, la voilà embarquée dans le projet « My Little Lunch Box ». Le projet rencontre vite un véritable succès, mais Laure se retrouve complètement absorbée par ce dernier. Elle, qui ne s’était jamais rêvée derrière un fourneau, passe plus de 10 heures par jour dans la préparation des repas. Aujourd’hui, elle cherche un repreneur pour ce projet.

Dans cette ville où l’on se réinvente sans cesse, où l’on peut avoir plusieurs vies professionnelles et où l’on peut donc parler de reconversion, Laure ose monter un projet qui « maturait depuis longtemps ». Ce projet part d’un constat : 92 % des conjoints d’expatriés sont des femmes. Seule la moitié de ces femmes trouveront un travail dans leur pays d'accueil, souvent en dessous de leurs compétences professionnelles. Des femmes qui suivent leur mari dans leur carrière et mettent la leur entre parenthèses. Et c’est à ces dernières que Laure s’adresse en créant Muse Within. Elle qui a démissionné d’un poste confortable et à responsabilité pour suivre son mari dans son aventure professionnelle sait mieux que quiconque ce que c’est que mettre sa carrière en suspend, entre questionnement et parfois incompréhension.

Mais elle se rend aussi compte qu’elle peut justement se réinventer et porter son propre projet guidé par ses seules ambitions. Après tout, nous sommes dans la ville des possibles. Cette expérience, Laure la partage avec des femmes qui se questionnent sur leur avenir professionnel ou, avec des femmes qui ont une idée de leur renouveau professionnel, mais ne savent pas comment se lancer. Forte de sa double culture, mais aussi d’une formation en développement personnel, Laure accompagne, conseille, guide et encourage toutes les femmes francophones qui ont envie de ce renouveau, de ce second souffle pour leur avenir professionnel, de cette nouvelle voie. Laure Astier Gudgel aide à oser, à oser entreprendre, et à oser s’épanouir dans une expatriation - souvent subie - comme dans une vie professionnelle. 

 

Oser une reconversion professionnelle 

Des programmes, des ateliers, du contenu, une communauté de femmes qui ont osé ou qui vont oser sont une vision nouvelle de l’expatriation au féminin, née de l’expérience de Laure, de son ressenti, de son parcours.

Laure le dit « j’aime l’optimisme américain, la confiance, l’audace d’y aller ». Au début, la jeune femme a dû travailler cette presque sur-estime de soi américaine qu’elle trouve too much. Mais ici, elle se laisse emporter par la liberté, la positive attitude, l’énergie, la mixité de cultures « le nouveau regard sur la manière dont on peut évoluer. Mais cette ville de dingues nous donne la passion et l’ambition pour porter un projet ». 

Pour Laure, « il faut prendre le temps de s’écouter et de faire un face-à-face avec soi-même » et elle rajoute « il faut s’entourer d’autres femmes pour arriver à changer les choses ».

Laure Astier Gudgel s’associe au Petit Journal afin de présenter deux femmes qui ont entrepris un changement de carrière durant leur expatriation à New York. « Du métier d'avocate à celui de Brand Designer, de la gestion de projet à la création de bijoux ou des finances à l'ouverture d'une boulangerie française, elles ont trouvé l'audace de se ré-inventer ».

Comme l’affiche Muse Within « C'EST PAR L'ENGAGEMENT DE CHACUNE D'ENTRE NOUS ENVERS ELLE-MEME QUE LE CHANGEMENT VA OPERER ».

 

Pour en savoir plus sur Muse Within :

https://www.musewithin.com

 

 

Nous vous recommandons

0 Commentaire (s)Réagir

Expat Mag

Hambourg Appercu
HISTOIRE

Les villes hanséatiques : un incontournable de l'histoire allemande

À la fois vestiges historiques et réalités politiques, les villes hanséatiques comme Hambourg et Brême sont une spécificité unique au monde. Des précisions pour comprendre leur nature et fonction.