TEST: 3277

Comprendre les élections européennes

Par Rachel Brunet | Publié le 10/04/2019 à 22:32 | Mis à jour le 10/04/2019 à 22:32
Élections européennes

Du 23 au 26 mai 2019, les citoyens de l'Europe entière élisent leurs représentants au Parlement européen. 79 eurodéputés français seront élus pour 5 ans au scrutin proportionnel à un tour, avec la tâche de bâtir les textes de lois appliqués par les Etats de l'Union européenne. Si en France, le vote aura lieu le dimanche 26 mai, à New York, les citoyens français seront appelés aux urnes avec un jour d’avance, soit le samedi 25 mai.

Chaque parti politique français présente sa liste de candidats. Cette année, une nouveauté s’impose tout de même dans cette élection. Les listes sont en effet nationales : dans tout le pays, les citoyens auront le choix entre les mêmes candidats, alors que jusqu’au précédent scrutin, chaque parti présentait une liste en fonction d’une région.

Si toutes les listes doivent être déposées officiellement auprès du ministère de l'Intérieur entre le 23 avril et le 3 mai, quelques partis ont d’ores et déjà déposé leurs listes avec le noms des 79 candidats. Certains, ont d’ailleurs commencé à annoncé leurs candidats ou tête de liste depuis l’automne dernier.

Qui sont les candidats aux élections européennes ?

La République en Marche, parti du président Macron, a annoncé le 26 mars dernier les 30 premiers candidats de la liste « Renaissance » conduite par l’ancienne ministre Nathalie Loiseau. À 54 ans, elle a 25 ans de carrière de diplomate derrière elle. Ancienne directrice de l’ENA, elle avait rejoint le Quai d’Orsay en 2017.

Jordan Bardella, plus jeune candidat de ces élections, porte la liste d’extrême-droite Rassemblement National. Celui qui, dès ses 16 ans avait sa carte de sympathisant du Front National est le « jeune espoir » du parti.

La France Insoumise a été le premier parti à communiquer la totalité de ses 79 candidats, et ce dès le 8 décembre dernier. La liste est portée par Manon Aubry. Issue du monde associatif, elle est totalement novice en politique.

Le groupe Europe-Ecologie Les Verts a aussi dévoilé ses 79 candidats de la liste portée par Yannick Jadot.  L'ancien directeur des campagnes de l'ONG Greenpeace France a pour l’instant refusé tout rassemblement avec tout autre parti de gauche, certainement en mémoire de son désistement à la présidentielle au profit de Benoît Hamon qui avait obtenu le score historiquement bas de 6,36 %, arrivant en cinquième position au premier tour de la présidentielle.

L'alliance entre Place Publique et le Parti Socialiste a été officialisée le 16 mars 2019. Seule la tête de cette liste commune a été désignée pour le moment, en la personne de Raphael Glucksmann. Compagnon de Léa Salamé, il est le co-fondateur du mouvement Place Publique.

Benoît Hamon mènera la liste "Génération.s", dévoilée mercredi 3 avril 2019. Le candidat malheureux de la présidentielle 2017 porte un programme qui se veut « écologiste de gauche » et partisan d'une Europe fédérale.

La liste du PC « Pour une Europe des gens, contre l'Europe de l'argent ! » a été présentée le 28 janvier 2019, avec à sa tête Ian Brossat. Porte-parole du parti d'extrême-gauche, il est également depuis 2014 adjoint à la maire de Paris Anne Hidalgo, en charge du logement.

Nathalie Arthaud, de Lutte Ouvrière, porte la liste « Contre le grand capital » dont les noms des 79 candidats ont été dévoilés le 29 mars. Elle conduit une liste autonome, en se démarquant de Philippe Poutou et Olivier Besancenot.

Du côté de l’UDI, la liste « Les Européens » sera menée par Jean-Christophe Lagarde et Nora Berra. Alors qu’il était question de faire course commune avec le parti d’Emmanuel Macron, l’européen Lagarde a finalement décidé de porter son projet en toute autonomie.

Les Républicains ont dévoilé le 6 mars les premiers noms des candidats dont la tête de liste est François-Xavier Bellamy. Notons la présence des anciens ministres Morano et Hortefeux respectivement à la 4ème et 5ème place de cette liste.

Nicolas Dupont-Aignan, président de Debout la France a de son côté dévoilé sa liste souverainiste dont il est la tête « Les amoureux de la France » le 28 mars. Après s’être rallié à Marine Le Pen à l’entre-deux tours des élections présidentielles de 2017, NDA a refusé tout rassemblement dans cette course aux européennes. 

Jean Lassalle à la tête du mouvement « résistons ! » s'était fait remarquer le 21 novembre en enfilant un gilet jaune à l'Asssemblée nationale se positionne en faveur d'une « Europe des nations ». 

François Asselineau, à la tête de l’Union Populaire Républicaine est un des autres porteurs du Frexit. Il accuse d’ailleurs Florian Philippot « d’escroc » et de lui avoir volé les idées de son programme.

Florian Filippot, ancien bras droit de Marine Le Pen et partisan du Frexit, porte la liste de son propre parti Les Patriotes. Le 27 décembre dernier, il avait annoncé au journal L'Opinion son souhait de «constituer une liste hybride, mi-Patriotes mi-gilets jaunes». Et c’est bien dans cette logique qu’il a déposé la marque «Les Gilets Jaunes», le 30 novembre dernier, auprès de l'Institut national de la propriété industrielle.

 

Des Gilets Jaunes aux Européennes 

Notons que plusieurs listes « Gilets Jaunes » se sont constituées au fil des dernières semaines et des différents « actes » de rassemblements. La liste « Ralliement d’initiative citoyenne » a été la première liste Gilets jaunes à se déclarer le 23 janvier dernier. 

Union Jaune portée par Patrick Cribouw, lui a emboîté le pas seulement 6 jours plus tard.

Le « Rassemblement des gilets jaunes citoyens » porté par Thierry-Paul Valette est entré dans la course le 1er février.

Le gilet jaune Christophe Chalençon, a fait part le 3 mars dernier, de sa volonté de mener la liste « Évolution citoyenne ». Cet artisan forgeron est l'une des figures les plus controversées des gilets jaunes. En compagnie d'autres membres de la liste RIC, il a rencontré début février le vice-Premier ministre italien Luigi Di Maio, leader du Mouvement 5 Etoiles.

 

Il faudra attendre le 3 mai prochain, afin de connaître définitivement l’ensemble des listes officiellement déposées en vue des élections européennes, ainsi que les noms des candidats.

Nous vous donnons rendez-vous dans quelques jours pour le second volet de notre série « Comprendre les élections européennes ».

 

 

 

 

 

 

 

Rachel Brunet

Rachel Brunet

Après être passée par la presse économique et la presse spécialisée, Rachel Brunet est la directrice et la rédactrice en chef des éditions New York et Miami du Petit Journal.
0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction New York !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

De la part de toutes les équipes de Lepetitjournal.com

À lire sur votre édition locale