Jeudi 21 octobre 2021
TEST: 3277

En Arizona, le retour des chambres à gaz

Par Rédaction - New York | Publié le 11/06/2021 à 14:48 | Mis à jour le 11/06/2021 à 15:04
Chambres à gaz

Il y a de quoi trembler. Après 7 années sans exécution, l'État d’Arizona vient de « réhabiliter » sa chambre à gaz, où la dernière exécution au gaz mortel du pays a eu lieu il y a plus de deux décennies avant que les États-Unis ne rejettent l’abjecte de ce type d’exécution. L’État entend bien reprendre les exécutions, d’une manière barbare et historiquement effrayante.

 

Reprise des exécutions en chambres à gaz

Selon des informations obtenues par The Guardian, L'État d’Arizona a acheté les matériaux nécessaires à la fabrication du cyanure d'hydrogène ; utilisé lors de certaines exécutions américaines antérieures ; le même gaz que les nazis ont utilisé pour tuer 865 000 Juifs dans le seul camp de concentration d'Auschwitz. Comme beaucoup de méthodes d'exécution à présent discréditées aux États-Unis, la chambre à gaz fut présentée comme une alternative à la pendaison . Au début du XXe siècle, les partisans de la peine capitale affirmaient qu'elle procurerait une mort rapide et sans douleur. En 1921, le Nevada devint le premier État à autoriser la chambre à gaz et réalisa sa première mise à mort au gaz en 1924.

En Arizona, la chambre à gaz de l’État, a été construite en 1949 et, est désaffectée depuis 22 ans. Elle a été « dépoussiérée » récemment, selon le département, « refurbished » de l’État. Les joints des fenêtres et de la porte ont été vérifiés pour assurer l'étanchéité à l'air. De l'eau a été utilisée dans les tests à la place des produits chimiques mortels, avec une grenade fumigène allumée pour simuler le gaz. Certaines des techniques utilisées pour tester la sécurité de la chambre étaient étonnamment primitives, révèlent des documents obtenus par The Guardian. Les agents pénitentiaires seraient même allés jusqu’à vérifier les fuites de gaz avec une simple bougie.

Au cours des derniers mois, l'État contrôlé par les républicains, a agi de manière agressive pour redémarrer son système d'exécution, pourtant profondément défectueux. La peine de mort est suspendue en Arizona depuis sept ans, juste après l’exécution râtée de Joseph Wood en 2014. Le condamné avait mis près de deux heures à mourir : l’État d'Arizona avait expérimenté sur lui 15 doses d'une concoction létale alors peu utilisée.

 

 

Une méthode utilisée par les nazis

Walter LaGrand, un ressortissant allemand, a été condamné à mort en chambre à gaz pour un vol de banque à main armée raté en 1982 au cours duquel un homme avait été tué. Le journal Tucson Citizen avait alors publié un témoignage de son exécution en 1999. Il avait subi 18 minutes d’agonie avant mourir.

Dans une véritable précipitation pour redémarrer les exécutions, l'Arizona a sélectionné deux détenus comme candidats probables, parmi une population de 115 condamnés à mort. Il s'agit de Frank Atwood, 65 ans, condamné à mort pour le meurtre d'une fillette de huit ans, Vicki Lynne Hoskinson, en 1984 ; et Clarence Dixon, 65 ans, reconnu coupable du meurtre en 1978 d'une étudiante, Deana Bowdoin.

Malgré les efforts de l'Arizona pour présenter sa chambre à gaz comme une technique de mise à mort fiable, les horreurs du passé pèsent. Lourdement. Horriblement. Les nazis avaient utilisé le cyanure d'hydrogène sous le nom commercial Zyklon B pour tuer plus d'un million de personnes dans des chambres à gaz à Auschwitz et dans d'autres camps d'extermination. Robert Dunham, directeur exécutif du Death Penalty Information Center, a déclaré : « Vous devez vous demander à quoi pensait l'Arizona en croyant qu'en 2021, il est acceptable d'exécuter des personnes dans une chambre à gaz avec du gaz de cyanure. Ont-ils demandé à quelqu'un d'étudier l'histoire de l'Holocauste ? »

1 Commentaire (s) Réagir
Commentaire avatar

pierrea47 ven 11/06/2021 - 17:39

On parle des 18 minutes d'agonie du condamné mais on oublie le temps pendant lequel a souffert le fillette de huit ans, Vicki Lynne Hoskinson, ou l'étudiante, Deana.

Répondre