Mardi 31 mars 2020
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

L'économie souterraine représente 12,1% du PIB en Italie

Par Lepetitjournal Milan | Publié le 15/10/2019 à 22:20 | Mis à jour le 16/10/2019 à 10:18
Photo : 3,7 millions d’individus travaillaient de manière irrégulière en 2017 en Italie
Travail noir italie

En 2017, l’économie souterraine représentait 12,1 du PIB italien, a indiqué l’institut national des statistiques ce mardi. Un chiffre en hausse de 1,5% par rapport à l’année précédente.

L’économie au noir - les activités économiques non déclarées, sous déclarées et illégales - pèsent lourd en Italie. Elles représentaient 211 milliards d’euros en 2017, selon l’Istat, soit 12,1% du PIB italien. Si le chiffre marque une hausse de 1,5% par rapport à 2016, son poids relatif au Produit intérieur brut affiche un très léger recul de 0,1 point, enclenché depuis 2014. Il y a 5 ans, l’économie souterraine connaissait un pic, équivalent à 13% du PIB.

C’est toujours le travail au noir qui constitue la part la plus importante de l’économie souterraine italienne (37,3%). Environ 3,7 millions d’individus travaillaient de manière irrégulière en 2017, soit 25.000 individus de plus qu’en 2016, pointe l'Istat. Et particulièrement dans le secteur de l’agriculture (18,4%), celui des services (16,8%), notamment les services à la personne (47,7%).
Les activités illégales quant à elles, pèsent pour environ 19 milliards, dont 14,4 milliards sont relatifs au trafic de drogue et 4 milliards à la prostitution.

 

lepetitjournal.com Milan

Lepetitjournal Milan

LePetitJournal.com de Milan, c'est le média de référence en français sur Milan et l'Italie.
0 Commentaire (s)Réagir

Que faire à Milan ?

DÉCOUVERTE

Tour d’Italie à travers ses musées à visiter virtuellement

Les musées du Capitole de Rome, la Galerie d’Ombrie, les Offices de Florence, le musée d’art contemporain de Bolzano... Sélection d’initiatives des musées italiens pour apporter la culture à la maison

Expat Mag

Noho Travels « Je voulais voir plus, je voulais vivre plus »

Après avoir travaillé dans le marketing et la publicité, Arnaud décide de parcourir les routes du monde, ordinateur sous le bras. C’est avec son blog Noho Travels que ce Marseillais nous fait voyager