Jeudi 18 juillet 2019
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

TOURISME – Une journée à Porta Romana

Par Lepetitjournal Milan | Publié le 03/10/2013 à 22:35 | Mis à jour le 08/02/2018 à 13:03

La rédaction vous emmène dans le quartier de la Porta Romana. Situé au sud-ouest du centre de Milan, c'est un point de croisement de l'Histoire de Milan. De l'époque romaine à la domination espagnole, la zone de la Porta Romana reste très vivante. Avec ses marchés, ses coins cachés et ses nombreux bars, le quartier est aujourd'hui encore en pleine effervescence. De vos courses au marché le matin au théâtre le soir, nous vous proposons un itinéraire pour découvrir ce quartier du vieux Milan.

Un peu d'Histoire
La Porta Romana, qui donne le nom au quartier qui l'entoure, est le point de convergence de plusieurs traditions historiques. Placé aujourd'hui entre la fin du Corso Lodi et le Corso di Porta Romana, le quartier se caractérise par la présence de l'Arche monumentale édifiée en 1596, sur la volonté de Philippe III d'Espagne.

La porte espagnole, qui s'intègre dans le complexe des bastions entourant la ville (1549), se situe sur un tracé d'origine romaine. Sur la base d'une ancienne porte latine, s'érige le monument que nous connaissons aujourd'hui.

La porte a été construite à l'occasion de la visite de Marguerite d'Autriche, fille de Charles II d'Autriche, à Philippe III, son futur mari. Avant, l'enceinte des murailles qui protégeaient Milan n'était dotée d'aucun accès triomphal. L'arche de la Porta Romana a été pendant longtemps le seul accès monumental à la ville.

Une matinée au marché de la Porta Romana
Tous les vendredis, Via Crema, à quelques encablures de l'Arche monumentale, le marché de la Porta Romana est un passage obligé. Ne serait-ce que pour l'atmosphère d'antan, il mérite bien que l'on y fasse un petit tour.

Vous aurez la possibilité de respirer le charme du vieux Milan, raconté par Nanni Svampa, chanteur usant le dialecte milanais et grand promoteur des traductions en italien de la chanson française. C'est en effet à la Porta Romana que Nanni Svampa transposa sa version de la chanson Hécatombe de Georges Brassens, originellement située au marché de Brive la Gaillarde dans le Limousin.

Si vous préférez les produits bios, à quelques minutes à pieds de la station du métro se trouve la Cascina Cuccagna. Il s'agit d'une ferme en plein centre ville, qui organise des marchés tous les mardis et les vendredis. Dans une ambiance protégée des tumultes de la ville, il est possible de respirer et se détendre en attendant la pause déjeuner.

Avant de s'enfoncer dans les rues et les ruelles du quartier en direction du centre ville, arrêtez-vous chez Pastamadre (le nom rappelle une espèce particulière de levain). Un endroit très intime, mais moderne et informel. Les tables et les chaises en bois clair vous emportent dans un espace étrange ou la tradition des osterie se mélange avec les lignes sobres du design suédois. Un menu bien ancré dans le terroir, mais qui respire les parfums de la mer et du sud de l'Italie. Leurs pâtisseries sont remarquables. A ne surtout pas manquer !

A la recherche du jardin secret
Repus par la pause déjeuner, vous pourrez abandonner les marchés et vous diriger vers le centre ville. Vous laisserez alors derrière vous l'arche monumental qui veille sur le trafic en empruntant le Corso di Porta Romana.

Malgré sa position centrale, vous aurez comme l'impression de vous trouver dans un petit village des années 1950. Si ce n'est le grand nombre de voitures qui fréquentent cette artère, très peu de signes laissent imaginer que l'on se trouve dans la capitale italienne de la mode, de la finance et du design.

En parcourant le Corso di Porta Romana, vous vous laisserez étonner par le nombre de commerces et magasins à gestion familiale, qui n'ont pas encore cédé le pas aux grandes marques internationales. On peut y retrouver, par exemple, un petit salon de coiffure à l'enseigne anglaise barber shop.

La vrai surprise du quartier arrive lorsque l'on se rapproche de plus en plus du centre ville. Une fois la station de métro Crocetta dépassée, les bâtiments modernes semblent avoir effacé définitivement toute trace du passé.

Pourtant, si l'on s'approche des numéros 76-80 du Corso di Porta Romana, vous pourrez vous apercevoir l'existence d'un trésor caché. C'est le Giardino dell'Arcadia, le jardin du palais du conte Pelusati, aujourd'hui jardin privé et réservé aux résidents des bâtiments qui l'entourent. Projeté et installé en 1737, le jardin tire son nom du fait qu'un groupe milanais de l'Academia dell'Arcadia qui s'y réunissait. Un coin caché d'une beauté rare dans le centre ville, enrichi par une statue d'Hercule se battant contre un lion.

Le parc de la Guastalla et le tribunal
Après une incursion rapide dans le Giardino dell'Arcadia, plongez-vous de nouveau dans la vitalité du quartier. Les rues fourmillent de jeunes à mesure que l'on s'approche de l'université. En cette saison, vous y apprécierez une atmosphère particulièrement vive et suave d'après-midi automnal.

Votre balade dans le quartier de la Porta Romana et ses alentours de son axe principal continue dans les Giardini della Guastalla. Projeté en 1500 selon le style des jardins à l'italienne, c'est l'un des parcs historiques de Milan. Il présente également un bassin néoclassique du XVIIIè siècle et un édicule du XVIIè siècle.

À cinq minutes à pied du parc, poursuivez votre chemin en direction du tribunal de Milan. Un palais de grand intérêt et représentatif du style architectural en vogue pendant la période fasciste.

L'architecte auteur du projet est Carlo Piacentini et les décorations de la façade sont d'Attilio Selva. Deux salles du tribunal ont été décorées par le célèbre peintre futuriste Carlo Carrà.

Aperitivo et teatro en soirée
Une décompression en conclusion d'un après-midi culturel est nécessaire. Nous vous conseillons les Chiostri di San Barnaba, bar et restaurant de grand charme qui occupe l'un des nombreux cloîtres de l'ancien monastère de San Barnaba.

L'endroit est charmant et entouré par le vert des plantes et les structures anciennes du monastère et de l'église, où l'on organise souvent des expositions ou des débats. On peut s'y arrêter pour un aperitivo alla milanese (9 euros la consommation et le buffet à volonté) ou pour un repas complet dans les salles à l'intérieur.

On ne s'attarde toutefois pas trop aux Chiostri di San Barnaba. Il est grand le temps de regagner le Corso di Porta Romana et de terminer notre escapade au théâtre. Le quartier accueille, en effet l'un des grands théâtres de prose de Milan, le Franco Parenti. La programmation varie de la prose classique au théâtre et à la danse expérimentale.

Tommaso Venturini (Lepetitjournal.com de Milan) – vendredi 4 octobre 2013

Crédits photos: T.V pour lepetitjournal.com

Retrouvez nos articles de la rubrique "Tourisme".

Recevez gratuitement tous les matins l'actu des français et francophones de Milan !

lepetitjournal.com Milan

Lepetitjournal Milan

LePetitJournal.com de Milan, c'est le média de référence en français sur Milan et l'Italie.
0 Commentaire (s)Réagir

Que faire à Milan ?

LITTERATURE

Adieu à Andrea Camilleri, le maestro du polar italien

Andrea Camilleri, un phénomène qui domine le panorama littéraire italien. Auteur d’une centaine de titres publiés et père du commissaire Montalbano qui se décline en série télé, retour sur son succès.

Sur le même sujet