L'Australie veut attirer à nouveau les travailleurs et étudiants internationaux

Par Capucine Canonne | Publié le 05/09/2022 à 17:50 | Mis à jour le 12/09/2022 à 05:02
Un étudiant en australie est sollicité par des personnes pour le recruter

 

Le très attendu sommet sur l’emploi promis par le nouveau gouvernement a eu lieu le 1er et 2 septembre. A l’issue de ces deux jours, des annonces ont été faites pour attirer davantage de travailleurs et d’étudiants internationaux. Des décisions pour pallier la longue fermeture des frontières et aux conséquences sur l’économie du pays. 

 

Le gouvernement Albanese l’a annoncé 2 septembre, à l’issue du sommet sur l’emploi : 36 initiatives ont été décidées pour « réduire les obstacles à l’emploi et construire une économie et une Australie plus forte ». Parmi elles, la possibilité pour les retraités de travailler davantage, la modernisation des lois sur le travail, la réduction des obstacles à l’emploi, l’assouplissement des conditions de visas et d’entrée dans le territoire pour les actifs et les étudiants. 

 

Les quotas d’immigration en Australie vont augmenter en 2022-2023 

Le gouvernement prévoit de relever de 25 % les quotas d'immigration qualifiée dès l'année prochaine, et d'accueillir plus de 195.000 étrangers par an. Un record depuis 2018 dans l’un des pays accueillant le plus d’étrangers qualifiés au monde : il y a 4 ans, l'Australie avait accueilli 237.200 étrangers sur son sol. 

Pourquoi choisir d’augmenter autant les quotas d’immigration ? Avec environ 480.000 postes de travail vacants (tous secteurs confondus), l’économie du pays est en souffrance et peine à recruter sur le territoire. Selon une étude de la National Australia Bank, 85 % des entreprises sont confrontées à une pénurie de compétences, notamment dans les secteurs de la santé, du tourisme et de l'hôtellerie et du commerce. Cette situation est la conséquence directe de la politique « zéro covid » instaurée par le pays et la fermeture stricte des frontières. Aujourd’hui, le gouvernement rouvre les portes aux travailleurs internationaux, la main d’œuvre australienne ne suffisant pas ; le taux de chômage est en effet estimé à 3,5%, au plus bas depuis 70 ans. 

 

une tirelire transparente avec de l'argent australien

 

Le gouvernement australien agit sur l’obtention des visas pour éviter une fuite de cerveaux 

Plus de 900.000 demandes de visas permanents et temporaires seraient en attente. Les délais de traitement sont très longs : à titre d’exemple, l'obtention d'un visa étudiant peut actuellement prendre 10 semaines à 3 mois après le dépôt de la demande. Conscient de la situation, et d’une potentielle fuite de cerveaux internationaux vers d’autres pays, le gouvernement a annoncé une enveloppe de 23 millions de dollars sans délai pour résorber la situation. Environ 500 postes devraient être créés dans les prochains mois pour faire avancer l’obtention de visas, avec une priorité pour les visas étudiants. 

 

 

Un visa et un tampon dans un passeport australien

 

La prolongation des visas et l'assouplissement des restrictions de travail pour les actifs et étudiants internationaux ont également été annoncés à l’issue du sommet sur l’emploi et ce, « afin de renforcer la réserve de main-d'œuvre qualifiée ». 

 

L’Australie fait tout pour attirer et garder les étudiants internationaux  

Jusqu’alors, l’Australie était très stricte en matière de reconnaissance de diplômes obtenus ailleurs, particulièrement en santé, en droit ou dans l’enseignement. Les travailleurs étrangers de ces secteurs devaient presque systématiquement reprendre leurs études dès leur arrivée. Aujourd’hui, et face aux défis économiques urgents, le gouvernement Albanese compte reconnaître plus facilement les compétences et les diplômes acquis hors d'Australie. A l’issue du sommet sur l’emploi, il a par ailleurs annoncé vouloir « améliorer l'accès aux emplois et aux parcours de formation pour les personnes aux cultures et langues diverses ».

L’Australie fait partie des meilleures destinations au monde pour les études à l’étranger, en témoignent les universités classées dans le QS World University Rankings 2022-2023 à Melbourne, Sydney et Canberra. En 2019, près de 180.000 étudiants étrangers étaient inscrits dans un cursus australien. Le chiffre a baissé de 7% en 2020 et de 17% supplémentaires en 2021, après que le pays ait fermé ses frontières aux étrangers. Le gouvernement Albanese met donc les bouchées doubles pour inciter les étudiants internationaux à (re)venir, obtenir leur diplôme puis rester dans le pays, à coups de réduction de frais de scolarité et de salaires très confortables. 

 

Souhaitez-vous aller prochainement en Australie ?
Choices
CANONNE_fmt-carre

Capucine Canonne

Après 10 ans d’expérience en marketing média, Capucine se reconvertit en journalisme. Ancienne expatriée et fondatrice de l’édition lepetitjournal.com de Chennai en 2019, elle intègre la rédaction internationale à Paris.
0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Melbourne !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

De la part de toutes les équipes de Lepetitjournal.com

À lire sur votre édition internationale